Archives pour avril 2009

17-04-2009

Le Maroc risque la pagaille

le Maroc a risqué  la pagaille. Des grèves des moyens de transports ont figé le mouvement dans les veines du pays.

A l’origine un ministre,polytechnicien ,jeune  et gourmand. Il faut dire que ces polytechniques   n’engendent  pour nous que des catastrophes.  Ces technocrates , qui dans la plupart des cas , illustrent  la médiocrité, La médiocrité nous tue.

Ce garçon  gaté a voulu soulager nos souffrances générées par les accidents de la circulation , c’est dire par des chauffards qui ne respectent pas le code de la route.  Or les règles fondamentales d’une approche réellement réaliste et participative sont absentes. Il est de notoréité publique que l’état des route au maroc est déplorable. En ces moments mêmes , cet état cause  beaucoup d’incidents désagréables aux coureurs qui  participent au tour du Maroc. Les comportements amoraux des policiers et des gendarmes ne sont pas à démontrer. Tu glisses un billet de banque et tu files même avec des stupéfiants ou des cadavres à bord . C’est la vérité.  En plus , le métier de chauffeur au Maroc  ne permet guère de gagner de quoi subvenir aux besoins élementaires. Et le comble de l’ironie c’est que les autorisations du transport sont des cadeaux que l’état fait pour ses bien aimés. Ces derniers sont chez eux  et les autres doivent travailler d’arrache pied pour les payer…

Prenons l’exemple d’un petit taxi, le propriétaire doit négocier l’autorisation moyennant quelques 5000DH  qu’il doit verser au bien aimé de l’état en plus d’une somme  /cadeau sous la table de queques milllions de centimes. Ce propriétaire doit chercher au moins deux chauffeurs pour assumer la tâche. ces derniers doivent lui rembourser quelques500Dh quotidiennement et se réserver le reste , bien sûr pour entretenir leur famille, payer le loyer … C’est inconcevable.  Imaginons la psychologie d’un chauffeur .Le stress le ronge et le désespoir l’étouffe. Je conduis, tu achètes la voiture ,IL se la coule en douceur.

Notre ministre  Bisoucomme ses semblables emoticoneemoticoneemoticoneemoticonequi  cherchent des bouc émissaires, veulent faire fleurir davantage la corruption ,anéantissent la citoyenneté.. D’ailleurs le ministre de l’Education a fait la même chose,pour lui le responsable de la détérioration de l’école ce sont les enseignantsemoticoneemoticoneemoticone. Il a élaboré une grille d’évaluation et l’a confiée aux proviseurs ,aux inspecteurs et autres adminitrateurs de l’Education… Comme si ces responsables ne sont pour rien dans l’affaire. Le corps enseignant  a lui aussi ses magnatsCool,l’argent circule à flot. Il y a une aristocratie d’enseignants qui gagnent des millions par mosi et se partage le gateau avec ces responsables. Les cours du soir, un sal boulot qui se pratique au vu et au su des responsables est largement approuvé, parainné parfois partagé…là aussi on se joue du stress des parents , de leur crainte…. et il ya , bien entendu , les prolétaire, les militants  pour une école garante de l’avenir de la nation… Ces types là sont matés et c’est à eux qu’on veut appliquer l’évaluation pour les réprimer et les paupériser davantage….  Les fonctionnairesemoticone de l’intérieurse sont vus leurs salaires grossir au momentù les enseignants grognaient…

La Médiocrité a atteint des proportions redoutables au Maroc , quant l ‘EN du foot encaisse des défaites à domicile , la faute c’est aux joueurs…Quand l’enseignenmnt trébuche , ce sont les enseignants qu’on accuse, quand les accidents augmentent ; c’est aux chauffeurs qu’il faut s’en prendre… N’est ce pas là la médiocrité et l’abus du pouvoir….????????????????????????????????????????????????????????????……..

 

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

06-04-2009

Ainsi va le Maroc

Il y a plus d’un mois que je n’ai rien apporté à ce blog. Je suis un peu dégouté et désespéré. Car je me dis à quoi bon tracer des mots  quand  l’écart devient de plus en plus grand entre  l’être et le monde, entre  le sujet et l’objet. Même le monde  est tourbillonné étant donné cette incertitude qui plane au-dessus de son âme et se  pointe méchamment dans  son horizon.

Dans un pays  comme le mien, un Maroc qui peine pour ajuster ses  gestes  en vue de se faire remorquer  , de vivre ou plutôt de survivre, les paroles n’ont d’effet que lorsqu’elles  sont tranchantes. Or les faire trancher n’est pas à la portée de tout le monde. Car ce qu’on redoute le plus, c’est la dégringolade. Le plus souvent, on nous arrache la maigre pitance qu’on a entre les mains et on nous met dans l’obligation de nous la rapproprier.

On se pose souvent au Maroc la question  suivante : avançons-nous ou non ?

C’est une réelle problématique : on avance dans des sens et on recule dans d’autres.  Au point où on est, la responsabilité est partagée. La médiocrité épousant le plus souvent l’hypocrisie freinent toute avancée.

Sur le plan des libertés publiques, le progrès  est indéniable or l’aménagement de ces espaces  conquis reste à désirer. Certains y ont élu domicile et ont oublié qu’il s’agit là  d’une propriété du peuple  qui doit être appelé à les occuper pour les exploiter . Le peuple est écrasé par la misère, il n’en a rien à faire. Il faut que ces espaces soient pour lui un tremplin vers l’acquisition de certains droits fondamentaux tels le travail et  la dignité. Il faut tout orienter de façon à  soulager les maux. Or la politique c’est autre chose que la charité. Et c’est là le maillon qui manque…Les associations des droits de l’homme  ainsi que certains partis politiques  réclament des réformes politiques fondamentales afin de  lever l’opacité et déterminer les responsabilités  or le petit peuple est incapable de barrer le chemin à un petit responsable qui détourne des acquis ou des droits .

L’enjeu est dangereux car au moment où on appelle à ce que les institutions politiques soient réaménagées  démocratiquement, le peuple fait l’école buissonnière de l’école de la démocratie. Il n’apprend que ce qui est antidémocratique et  non démocratique.

Quand il y aura un scrutin populaire pour déterminer le type du système démocratique qu’on voudra , ce peuple fera le mauvais choix et il ne faut pas lui en vouloir. Les élites sont parties en éclat, la confiance dans le système , ses institutions ainsi que ses représentants  est inexistante… Donc l’avancée est périlleuse. Il faut , à mon avis, faire attention car l’écart est grand entre l’activité politique et la réalité des gens

Je n’ai rien  écrit pendant  un mois car j’ai vu des choses écœurantes au cours des dernières inondations du Gharb. Moi-même j’ai subi des mesures arbitraires car je m’étais trenpé et j’avais cru que les choses ont changé…

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

politique |
Aequalis |
LE JOURNAL DES INFOS UTILES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CGT Menuiseries Gregoire
| La marche européenne des pa...
| Royaume du Maroc