Archives pour janvier 2012

22-01-2012

LA CORRUPTION N’EPARGNE PERSONNE AU MAROC:ENSEIGNANTS MAGISTRATS CONSERVATEURS…

JUSTE après la promulgation de la loi sur la corruption qui innocente et protège  la victime  dénonçant cette tare aux responsables , nous commençons à assister à des spectacle extravagants où les masques se fracassent et on découvre qu’on connait celui et celle qui se cache derrière :un conservateur foncier ,s’appuyant sur sa parenté avec le conservateur général du Royaume ,se permet tout  et agit en vrai caid de la mafia  en empochant des millions de centimes quotidiennement . le jour où j’ai lu la nouvelle dans le journal , je suis passé chez le dentiste et je  la lui ai apportée  croyant l’égayer mais il a mis sa tête ente ses mains et a commencé  à respirer difficilement comme s’il suffoquait …Il m’a dit que lui et certains membres de sa famille devait aller chez ce conservateur pour traiter avec lui en vue d’obtenir certains de leurs droits. 500 DH empochés comme pot de vin par ce directeur de la conservation foncière de Ain Choc  à Casablanca  étaient suffisante pour dévoiler l’ampleur de la corruption  inhérente aux problèmes de l’immobilier qui ne cessent d’éclater ci et là. Les bidonvilles qui résistent à tout effort d’éradication ;la falsification des papiers  pour mettre la main sur des terres appartenant surtout aux anciens colons …Les prix exorbitants des appartements…. QU’un fonctionnaire de ce gabarit tombe  dans  le piège veut dire que ce service, pourtant vital et stratégique, est complètement pourri. UNE vaste enquête doit être ouverte pour  pouvoir évaluer les retombées de cette pourriture sur les autres secteurs.

Deuxième flash ayant marqué la mémoire de la société marocaine ces derniers jours c’est la vidéo montrant un enseignant en train de masser son organe sexuel en guise de masturbation en pleine cours. L’accusation est  prouvée par les experts et les déclarations d’une élève qu’il ne cessait de harceler … Dans ce même ordre d’idée , un surveillant général à Tétouan était arrêté en flagrant délit de trafic de drogue en exploitant des élèves  et surtout son logement de fonction à l’intérieur de l’établissement… Ca veut dire que la dépravation n’épargne aucun secteur . Elle est généralisée. Les gendarmes et les policiers  étaient chassés par milliers car leurs actes abusifs sont tellement banals qu’ils crèvent les yeux.

Puis , le grand coup était donné à Tanger où un magistrat était arrêté  avec 25millions de centimes en poche. Une opération supervisée par le ministre    de la justice en personne . 25 millions d’un coup et des mains d’un investisseur étranger , tunisien par-dessus le marché …C’est incroyable mais vrai .Je ne sais pas où et allait mon voisin du bled qui  avait  reçu un chèque contenant 450millions  qu’il n’a- vait pas tardé à aller tirer de la banque  AU VUE ET AU SU DE TOUT LE MONDE .CECI AUX TEMPS DE LA SIBA..…. Corruption !!! Pour venir au bled organiser une fabuleuses fête de noces où , pour la première fois j’ai vu  les mariés offrir de l’argent et des cadeaux aux nombreux invités …Quelle Catastrophe !!!!!

Le DRöle dans l’affaire c’est que ce magistrat est un militant , c’est le secrétaire du club des magistrats . AH là ,il faut être sérieux. Beaucoup de pourris  ont exploité l’écartement des vrais militants  associatifs , syndicaux et   politiques pour  glisser et occuper des positions parfois déterminante …Comme ce type , maintenant parti en retraite, qui dirigeait le service économique dans une grande faculté. Chaque fois que je rendais visite à ma cousine , elle m’informait de ses magouilles   concernant les offres d’appel , ses relations douteuses …Sa falsification des appel d’offre qu’elle réalise ….Je lui disais que si elle possédait des preuves irréfutables il faudrait qu’elle aille à Transparenty et les avertir …En fin on n’avait rien entrepris . Mais le malheur ,c’est que  cet agent  gère  un service   économique d’une faculté de dimensions trop importants..Des chiffres , des achats , du matériel qui coutent des milliards …IL  est omniprésent lors des grands rassemblements et manifestations d’un grand syndicat…Même chose pour cette fille parie , elle aussi  en retraite, qui se présente comme une militante de la gauche pure alors qu’elle est purement  fasciste et raciste de premier degré dans ses relations humaines et professionnelles. Même chose pour son camarade qui a acquis un poste de responsabilité  par le biais du syndicat. SES scandales ne cessent de se répandre partout.

Donc personne n’est à l’abri de cette épidémie qui s’appelle la corruption . Si on arrive a faire quelques pas en avant , ce sera un prélude au décollage . Mais la corruption a parfois des visages doux comme la peau de serpent.

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

22-01-2012

JIRARI , CHARQI , ROUICHA , SOUSDI L’IDENTITE DU MAAROC S’ECROULE. LA QUEUE CONFIRMEE.

CETTE PATRI QUI S’ECROULENT  DEVANT NOus

Cette semaine , deux artistes du profond et vrai Maroc s’étaient éteints. Des jalons  authentiquement marocains vont nous manquer pour confirmer notre identité. Celle-ci est un chantier en perpétuelle construction .  les artistes sont des   acteurs  à même de l’explorer  en vue de repérer  la nuance solaire destinée exclusivement  à notre pays  .

 LES   mystères  de nos âmes, la   lucidité de notre raison, les   plaisirs et les  joies de nos cœurs , de nos yeux et de os oreilles  sont  appréhensibles au moyen de l’Art ou plus précisément l’expression artistique. C’est ce  qui aménagerait notre inconscient collectif, l’éclaire voire l’humanise.  L’Espagne c’est  Picasso ,c’est Julio IGlesias , c’est Cervantès mais c’est aussi  La Barça et Le  Real… La cascade des artistes et des sportifs de grands talents ne s’affaiblit ni ne tarit  guère .   L’Espagne , grâce à ses biens symboliques et spirituels serait capables de se relever pour pallier sa crises économique aux dimensions redoutables. Nous avons cité l’Espagne  pour arriver au Maroc OU on tire depuis longtemps   sur tout ce qui a une relation avec le vrai art et le sport.

Pour ce qui est du foot, on va se promener en Europe, si un sportif est prêt à  jouer au nom du Pays , on l’emmènera   d’une manière et d’une autre . Le produit local est considéré comme un sous produit  inutile. Pour cueillir vite des résultats  qu’on  exploite   dans des dimensions démagogiques, propagandistes, parfois chauvinistes. D’ailleurs  , une bouffée de charlatanisme   confectionnée  de recettes  sécrètes et de potions magiques  s’est incarnée par l’arrivée d’un entraineur Eric Gerets aurait signé un contrat  juteux de quatre ans pour entraîner l’EN du MAROC.  Si ce n’était pas plus important que celui  qui le liait au grand club Saaoudien Al Hilal , cet ancien Diable Rouge, ex-entraîneur de l’OM, ne serait  rompu son contrat avec AL Hillal  pour venir au Maroc . Donc  nous, les marocains, sommes plus riches et plus puissants que les saoudiens et leurs océans de pétrodollars selon ALI FASSI FIHRI , époux de Yasmina Baddou ex ministre de la santé , patron de l’eau et de l’électricité ; frère de Taib Fassi Fihri ,ex ministre des affaires  étrangères et actuel conseil du roi , oncle de BRA1HIM FASSI FIhri, PR2Sident d’Amadeus que les ONU Viennent de consacrer comme le 8ème ….FRERE D’OTHMAN PATRON DES AUTOROUTES DU MAROC .petit cousin d’Abbas Fassi premier Minister du Maroc et patron du puissant parti de l’ISTIQLAL

ON A VITE  comblé les brèches par lesquelles de temps en temps des  marocains s’infiltrent et se font reconnaitre par le monde entier  comme étant des  sportifs talentueux…Maintenant on a  tout désertifié, il n’y aura plus des AOUITA , des GUERROUJ , DEs NAWAl mouillant le drapeau marocain de sueur et de larme tout en offrant aux jeunes du peuples de larges horizons d ‘espoir et de confiance dans l’avenir …C’eST FINI, !! Mes chers  compatriotes, allez applaudissez pour Brahim fassi Fihri , n’a-t-il pas été  apprécié par les ONU !!!!!

Avant de mourir Abdennabi Jirari avait déclaré  devant la caméra de la TV : «  moi je touche comme pension de retraite 2600 DH, moi Anbi  Jirari !!! »

 Un homme de cette trempe gagne mensuellement un salaire au-dessous du SMIG .

Voici une notice biographique sur ce vétéran de l’art musical au Maroc : وبالفعل، قادته خطواته ليتعلم قواعد الموسيقى في معهد موسيقي صغير وبسيط، مفتقرا إلى ابسط التجهيزات، حيث كان يجلس على الحصير في غياب المقاعد، في تلك الفترة. ولم يكن المستعمر الفرنسي ينظر بعين الرضا إلى إقبال شباب العاصمة السياسية للبلاد على صقل مواهبهم الفنية.

وكأي طالب متحمس مفعم بالروح الوطنية، شارك الجيراري في المظاهرات الوطنية التي كانت تقام ضد الاحتلال. وفي إحدى المرات كاد يلقى حتفه في «مظاهرة الجامع الكبير» بالرباط، بعد إصابته بجروح وإلقاء القبض عليه. ويسجل له التاريخ الفني أنه أول من أنشأ جوقا موسيقيا عصرياً، أطلق عليه «جوق الاتحاد الفني الرباطي» عام 1945، بمعية رفيق دربه الفنان الراحل عبد القادر الراشدي، الذي سرعان ما انفصل عنه، وأسس هو الآخر، جوق «التقدم»، لتتوالد بعد ذلك أجواق ومجموعات موسيقية أخرى في مختلف المدن المغربية، حتى كاد أن يصبح لكل ملحن مغربي جوقه الخاص.

وكان ضمن الأسماء الفتية التي عايشت لحظة ميلاد جوق «الاتحاد الفني الرباطي» شاب ناشئ اسمه إسماعيل الخطابي، يتردد كثيرا على بيت الجيراري، لتعلم العزف على الكمان، هو الذي أصبح في ما بعد إسماعيل أحمد، المطرب المشهور الذي ولد من رحم المعاناة، بعد أن عاش فترة صعبة في بداية بناء شخصيته الفنية.

أخذ «جوق الاتحاد الفني الرباطي» يحيي سلسلة من السهرات والحفلات الفنية، كان عنوانها البارز والأكبر، هو ترديد الأناشيد الوطنية لبث الحماس في النفوس، وذلك بتنسيق مع رجال الحركة الوطنية في المغرب، كما يقول الجيراري، حيث كان للفن مفهوم واحد ودور واحد، هو النضال ضد الاحتلال.

وانطلاقا من إذاعة «راديو ماروك»، بدأت معزوفات ونغمات جوق الجيراري مثل «سلوى» و«بشرى» و«جمال الريف» تصل إلى المستمعين، فتثير انتباههم بنفَسِها العصري في انصهارها مع مقامات الموسيقى العربية، وخصائص الهوية التراثية المغربية في أصالتها وتنوع إيقاعاتها وزخم تنوعها.

وبموازاة مع ذلك المسار الفني بدأت رحلة عبد النبي الجيراري في البحث عن أصوات جديدة، حتى لا يبقى الغناء وقفا فقط على الملحنين الذين كانوا يكتفون بأداء ألحانهم بسبب ندرة المطربين في ذلك الوقت. ويحسب للجيراري الذي يجيد العزف على العديد من الآلات الموسيقية، أنه أول مَن جدد شباب الأغنية المغربية، وأول مَن أدخل آلة البيانو ضمن معمارها الفني، مما منحها نكهة أخرى ومذاقا فنيا آخر.

وربما سبق الجيراري عصره بانفتاحه على تركيبات وتعبيرات موسيقية لم تكن مألوفة آنذاك في الإذن المغربية، غير أنها سرعان ما فرضت نفسها وأثبتت صواب اختياره الفني وسعيه للتحديث والعصرنة عوض الارتكان للقوالب القديمة. إن ألحانه مثل «ابتسم يا غزال» و«اذكرى» لإسماعيل أحمد، و«رفيقتي» لمحمد علي، و«يا حبيب القلب» و«حسبتك» لعبد الهادي بلخياط، و«كان قلبي هاني» للراحل المعطي بنقاسم، ما زالت محتفظة بقيمتها الفنية المتجددة، وكأنها سجلت بالأمس فقط، وفي كل أغنية من هذه الأغاني التي شاعت وذاعت وانتشرت على الشفاه، وتردد صداها في كل أنحاء المغرب، يبرز وجه الجيراري الحداثي، وإضافته الفنية الواضحة التي تعطي للعمل الغنائي عمقه الأصيل.

وبلغ هذا التجديد ذروته في مسيرته الفنية باختياره لمقاطع من قصيدة «صلوات في هيكل الحب» المطولة لشاعر تونس أبي القاسم الشابي، وصاغها في أغنية سماها «أنت»، واسند غناءها للفنان عبد الوهاب الدكالي، فكانت محطة رائدة في طريق الأغنية المغربية العاطفية المستندة إلى متن القصيد.

ورغم أن للجيراري كل هذا الرصيد الهائل من الألحان التي نالت حظها من النجاح، فإن الصفة التي بقيت راسخة أكثر في أذهان الجمهور، هي صفة مكتشف المواهب وصانع النجوم، من خلال برنامجه التلفزيوني الذائع الصيت في المغرب «مواهب» انطلاقا من سنة 1967.

بحاسته الفنية التي لا تخطئ كان الجيراري يكرس وقته تقريبا كله للبحث عن الأصوات الناشئة، ليتبناها فنيا، ويصقلها بالرعاية والتشذيب بنوع من الأبوة الحانية، قبل أن يفتح أمامها الأبواب والنوافذ بالوقوف أمام الميكروفون، لتنال فرصتها للتألق. فكان يمد يد العون والمساعدة لكل من يشم فيه رائحة الموهبة، ولا يتوقف الأمر عند العطاء الفني، بل انه أحيانا يشمل إيواء صاحب الموهبة في بيته، خاصة إذا كان شابا قادما من نقطة قصية، أو من قرية أو مدينة بعيدة عن الرباط، ولا تسمح إمكانيته بالإقامة في الفندق.

وكأي طالب متحمس مفعم بالروح الوطنية، شارك الجيراري في المظاهرات الوطنية التي كانت تقام ضد الاحتلال. وفي إحدى المرات كاد يلقى حتفه في «مظاهرة الجامع الكبير» بالرباط، بعد إصابته بجروح وإلقاء القبض عليه. ويسجل له التاريخ الفني أنه أول من أنشأ جوقا موسيقيا عصرياً، أطلق عليه «جوق الاتحاد الفني الرباطي» عام 1945، بمعية رفيق دربه الفنان الراحل عبد القادر الراشدي، الذي سرعان ما انفصل عنه، وأسس هو الآخر، جوق «التقدم»، لتتوالد بعد ذلك أجواق ومجموعات موسيقية أخرى في مختلف المدن المغربية، حتى كاد أن يصبح لكل ملحن مغربي جوقه الخاص.

وربما سبق الجيراري عصره بانفتاحه على تركيبات وتعبيرات موسيقية لم تكن مألوفة آنذاك في الإذن المغربية، غير أنها سرعان ما فرضت نفسها وأثبتت صواب اختياره الفني وسعيه للتحديث والعصرنة عوض الارتكان للقوالب القديمة. إن ألحانه مثل «ابتسم يا غزال» و«اذكرى» لإسماعيل أحمد، و«رفيقتي» لمحمد علي، و«يا حبيب القلب» و«حسبتك» لعبد الهادي بلخياط، و«كان قلبي هاني» للراحل المعطي بنقاسم، ما زالت محتفظة بقيمتها الفنية المتجددة، وكأنها سجلت بالأمس فقط، وفي كل أغنية من هذه الأغاني التي شاعت وذاعت وانتشرت على الشفاه، وتردد صداها في كل أنحاء المغرب، يبرز وجه الجيراري الحداثي، وإضافته الفنية الواضحة التي تعطي للعمل الغنائي عمقه الأصيل.

وبلغ هذا التجديد ذروته في مسيرته الفنية باختياره لمقاطع من قصيدة «صلوات في هيكل الحب» المطولة لشاعر تونس أبي القاسم الشابي، وصاغها في أغنية سماها «أنت»، واسند غناءها للفنان عبد الوهاب الدكالي، فكانت محطة رائدة في طريق الأغنية المغربية العاطفية المستندة إلى متن القصيد.

ورغم أن للجيراري كل هذا الرصيد الهائل من الألحان التي نالت حظها من النجاح، فإن الصفة التي بقيت راسخة أكثر في أذهان الجمهور، هي صفة مكتشف المواهب وصانع النجوم، من خلال برنامجه التلفزيوني الذائع الصيت في المغرب «مواهب» انطلاقا من سنة 1967.

عبد النبي الجيراري.. مكتشف المواهب وصانع نجوم المغرب

أطلق سميرة سعيد وعزيزة جلال ورجاء بلمليح وعبد الهادي بلخياط في سماء الشهرة

داخل البلاد وخارجها على السواء. فهو الذي اكتشفها بعد أن كانت مجهولة، لا يعرفها أحد، ومهد لها الطريق نحو مشارف الشهرة والانتشار الفني، في وقت لم تكن فيه الإمكانات متاحة مثلما هو عليه الحال اليوم، في برامج مسابقات الغناء التلفزيونية من المحيط إلى الخليج.

ولم يأت اسم الجيراري، من فراغ، بل بناه صاحبه بعزيمة لا تكل، وإرادة لا تمل. فقد فتح عينيه وسط محيط عائلي، يتسم بالعلم والتثقيف.

أول خريجة من برنامج «مواهب» هي سميرة بن سعيد، التي احتضنها معد ومقدم البرنامج الجيراري، وهي يومئذ طفلة في ربيعها التاسع. وما زال المشاهدون المغاربة القدامى يتذكرونها من دون شك، وهي في إطلالتها الأولى، تردد مقاطع من أغنية «الأطلال» لأم كلثوم، بعد أن بلغت الحادية عشرة من سنها. وحين كبرت قامتها الفنية أسند إليها غناء موشح من توقيعه، قبل أن يتهافت عليها الملحنون الكبار في المغرب، فغنت لعبد الله عصامي أغنية «كيفاش تلاقينا؟»، فنالت نجاحا منقطع النظير، ولحسن القدميري «وعدي»، ولعبد القادر الراشدي «يا لحن جميل عربي أصيل»، ولعبد العاطي أمنا «رسالة إلى أطفال العالم» في مهرجان الأوروفيزيون بإيطاليا، قبل أن تحلق مهاجرة إلى أرض الكنانة.

أما عزيزة جلال فكانت يوم قدومها إلى التلفزيون سنة 1975، للمشاركة في ذات البرنامج، تلميذة في إحدى المدارس الثانوية بمدينة مكناس، حيث حضرت برفقة أمها وأبيها إلى تلفزيون الرباط، تتعثر في خطواتها، يسبق الخجل نظرات عينيها، لكنها خطفت انتباه الجميع بسرعة، حين وقفت أمام الميكروفون تغني أولا أغنية شريفة فاضل «الليل موال العشاق»، أعقبتها بأداء أغنية أسمهان «ليالي الأنس في فيينا»، باقتراح من الجيراري الذي لمس في حنجرتها كنزا كامنا بين النبرات.

منذ اللحظة الأولى لمشاركتها في البرنامج كان واضحا أنها مطربة حقيقية بكل المقاييس، وهو ما تأكد بالفعل يوم أنشدت لحنا من توقيع مكتشفها الجيراري وكلمات الشاعر المهدي زريوح أغنية «نقلت عيوني هنا وهناك.. شفت الشرق.. وشفت الغرب».

وبنفس الإحساس والاندماج في الأداء، غنت عزيزة جلال لمشاهير الملحنين في المشرق العربي، قبل أن تعتزل الفن، وتتفرغ لحياتها العائلية الخاصة، مخلفة وراءها باقة من الأغنيات العطرة «مستنياك» و«الأول ما تقابلنا» وغيرهما.

كذلك الحال مع المطربة الراحلة رجاء بلمليح، التي حضرت أول مرة إلى استوديو «مواهب» مرفوقة بوالدها، سنة 1978، وشاركت بأغنية «أعطني الناي» للفنانة فيروز من شعر جبران خليل جبران، فأبانت عن وعي وإلمام بقواعد الإلقاء الفني السامي.

كما أن نعيمة سميح أيضا صديقة للبرنامج، ومحمود الإدريسي كذلك من اكتشاف عبد النبي الجيراري أيضا، والملحن محمد بلخياط، ومحمد الإشراقي، وجمال أمجد، ومحمد الحياني ـ يرحمه الله، والمطرب عماد عبد الكبير ـ يرحمه الله، والملحن عبد القادر وهبي، صاحب لحن «ياك اجرحي»، وعز الدين منتصر، وفوزية صفاء، وآمال عبد القادر، ونادية أيوب، وعبد المنعم الجامعي، والبشير عبده، ومحمد الغاوي، الذي شغل في البرنامج في البداية وظيفة المكلف بالتوثيق، والمطرب أنور حكيم، الذي كان مشرفا في البرنامج على فقرة الرسم.

لقد امتد نشاط البرنامج وتوسع ليشمل مختلف أشكال التعبير الأدبي والفني، فكانت هناك فقرة خاصة بالشعر والزجل تحت إشراف الشاعر المعروف المهدي زريوح، بينما كان الشاب أنس نجل الجيراري معداً لفقرة الخط، ومنها انطلق خطاط التلفزيون محمد قرماد. كذلك سعيد الزياني المذيع الإذاعي والتلفزيوني الذي جرب حظه مع الغناء قبل أن يعتزل الفن والإعلام معا.

والصناع التقليديون كانت لهم أيضا فقرة يستعرضون فيها إبداعاتهم على الشاشة الصغيرة. فظهر في البرنامج مخرجون، ومنهم المخرج التلفزيوني شكيب بنعمر، الذي سبق أن ساهم بفقرة فنية قبل أن يتخصص في فن الإخراج، ويبرع فيه.

وتردد أيضا على البرنامج في البداية زجالون وشعراء شباب، منهم الشاعر الغنائي عمر التلباني، كاتب كلمات أغنية «سوق البشرية» لعبد الوهاب الدكالي، الفائزة بالجائزة الأولى في إحدى دورات مهرجان الأغنية العربية بالقاهرة، واللائحة طويلة.

المساهمة في التباري ضمن برنامج «مواهب» كانت تقتضي بعث طلبات خطية لضبط وترتيب المشاركة وفق جدول زمني محدد. وفي حوزة الجيراري الآن كميات من تلك الرسائل التي كتبها إليه أصحابها بخطوط مرتعشة، يلتمسون منه فيها فرصة للظهور وتجريب حظوظهم، وقد وضع كل تلك الرسائل في وثائق منظمة ومرتبة بشكل بديع ضمن أرشيف خاص، يحمل بين ثناياه خفقات الدهشة الأولى، موقعة بالأسماء الحقيقية التي تحولت في ما بعد إلى ألقاب فنية مستعارة. وفي الحقيقة فإن بيت الجيراري متحف حقيقي بكل ما في الكلمة من معنى، يؤرخ لفترة مهمة من تاريخ المغرب الفني.

وثمة ركن خاص بالمواهب، ويتضمن صوراً لمشاهير الفنانين من رفاق الدرب، كما أفسح مكانا للآلات الموسيقية واللوحات والملفات الفنية.

ما أكثر ما أنجزه الجيراري من أعمال فنية واكتشافات صوتية في مسلسل طويل من سماته الأساسية: التضحية والإيثار، والمكوث في الظل بعيداً عن الأضواء ليلمع الآخرون في عوالم الشهرة، حتى ألحانه التي قدمها لهم بالمجان تقديراً لظروفهم المادية في بداية حياتهم الفنية يحجمون الآن عن غنائها في السهرات الغنائية، تنكراً للأيدي البيضاء التي امتدت إليهم، يوم كانوا في أمس الحاجة لمن يتكئون عليه في أول المشوار.

والجيراري نموذج فني نادر في الجدية والاتزان وعفة اللسان وعزة النفس. ورغم قلة الوفاء لدى بعض الفنانين الذين صنع نجوميتهم، ولم يلمس منهم مقابل ذلك سوى الجحود والعقوق والتقصير ونكران الجميل، فإنه يظل محتفظا بكبريائه ونخوته وشهامته، لا يعاتب أحداً، ولا يحقد على أحد منهم، بل انه في قرارة نفسه، كما يقول دائما، يشعر بالفرح، وهو يتابع نجاحهم، إحساسا منه بأن الجهد الذي بذله في صالحهم لم يذهب سدى، فالمواهب بالنسبة إليه، كما يقول أيضا، مثل البذور لا بد من رعايتها لتعطي ثمارها المرغوبة، وها هي البراعم التي كانت صغيرة غدت كبيرة بفضل دعمه وتشجيعه لها ماديا ومعنويا.

لقد أنفق ثروة أهله في سبيل الفن، لذلك يحلو للجيراري أن يصرح أنه دخل التلفزيون بجيب ممتلئ وخرج منه خاوي الوفاض، وعزاؤه الوحيد هو هذا الرصيد المتنامي من المحبة التي يلمسها في عيون الناس لدى لقائهم به.

أحيانا ينتابه الحنين إلى تلك الفترة التي كان يأتي فيها إلى الاستوديو متأبطا دفتر تسجيل الملاحظات وتنقيط المساهمين من أصحاب الأصوات الناشئة لمتابعة مراحل تطورهم الفني، ومدى تجاوبهم مع توجيهاته وإرشاداته، حين كانوا يقصدونه من جميع أقاليم المملكة المغربية، بغية التباري في ما بينهم في إطار من التنافس الفني الشريف.

ووعيا منه بمعاناة وظروف هؤلاء الوافدين من الأقاصي البعيدة، ممتطين صهوات أحلامهم، أصبح البرنامج، بقيادة الجيراري، هو الذي يتوجه إليهم، متنقلا بين المدن والولايات إلى أن وصل إلى عيون الساقية الحمراء في رحاب الصحراء المغربية، لتسجيل حلقات حية من عين المكان.

وفي عز وذروة ذلك النجاح الباهر، صدر فجأة قرار إداري عبثي سنة 1985 في التلفزيون، يقضي بتوقيف البرنامج وإعدامه إلى الأبد، من دون أي مسوغ منطقي أو سبب موضوعي، ومن دون كلمة شكر، لا لشيء سوى لإفساح المجال لبرنامج آخر بالفرنسية في قناة مغربية بعنوان «موزيكا» تذيعه الفرنسية جاكلين، سرعان ما أحجم المشاهدون عن متابعته لفراغه من أي مضمون وخوائه شكلا ومضمونا، بينما ظل برنامج «مواهب» حيا في الذاكرة، من خلال الأصوات التي اكتشفها، وما زالت تملأ الأسماع طربا.

Donc un doux parcours  artistique  patriotique  était saboté sciemment pour être remplacé par  MUSICA DE JAqueline ALIOLLI . LE temps  où on a écarté BZIZ de la T2levision où Driss s’est adjugé la direction de la RTM  après avoir eviné presque de force un certain Md Larbi Khattabi.

Je crois que notre mal est  né ou du moins s’est renforcé  en ce moment là .

 

Pour parfaire le processus de paupérisation, il fallait arracher des mains du peuple ses biens culturels et symboliques pour venir à bout de toute solidarité  sociale ou compréhension inter identitaire. L’extermination de toute création artistique et de toute pratique sportive saine et massive visaient  la désarticulation profonde du tissu social  parait nécessaire pour déboussoler les masses  voire les hypnotiser. Dès lors, aucune valeur ne fait surface . De nouvelles identités  faites de richesses étalées ostentatoirement, d’agressivité , de mafia , d’intolérance… En ce moment même  2M présente de graves incidents qui ont entaché un match de basket bal  entre Raja et  WIdad… C’est ce qui confirme  l’idée que je suis en train de développer.

 

Les Fihri Fassi, bien qu’ils aient légèrement  humiliés par Bassri , ont  pris leur revanche  non pas pour discrétiser la politique basrienne mais exceller dans son imitation et le dépasser de loin.

Un cas illustrant la fascination de la visctime par le bourreau bienque seule la ville de F2Z a payé les pots cassés en devenant la première ville  de la criminalité au Maroc.

Car le monde contemporain  a un patron . C’est lui qui détermine les grands traits et les orientations des politiques pratiques sur des masses

Des génies comme Raouicha  ont l’intuition de la nécessité de se frayer un chemin loin de ces gendarmes  et du coup loin des sentiers battus.est quelqu’un qui était super intelligent , il est resté chez lui et sollicitait l  ’affection et l’approbation des siens et non pas des boites confiées aux fassi Fihri pour en faire ce qu’ils veulent.

Pour feu Sousdi de Lamchaheb , c’est le malchanceux. A le voir trainer les larmes dans les yeux , on se déchirait le cœur  mais le sorts dess constructeurs de l’identité    et des producteurs des joies spirituelles sont dénigrés au Maroc.

La souffrance est encore indispensable  pour accoucher …

Qui achèverait l’édification de cette identité ? Qui serait vraiment capable de construire ces ponts entre les différentes composantes du peuple marocain autre qu’un ROUICHA pure berbère marocain musulman et arabe ?

Surtout ne comptez pas sur des Fassi Fihri , ils ne cous comprennent point

On est devenu les QUEUES DE L’ORIENT ET DE L’OCCIDENT à cause de nos  responsables qui  n’ont de compte à rendre à personne  et qui  se permettent de troquer notre avenir pour des profits substantiels  et  pour un pouvoir  qu’il veulent transmettre comme un héritage légal à leurs enfants .

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

20-01-2012

الشعب Au Marocيريد إسقاط إلا مم المتحدة et AMADEUS ET LES FASSIS FIHRI

الشعب  Au Marocيريد إسقاط إلا مم المتحدة  et AMADEUS ET LES FASSIS FIHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES 004-300x225

Toux ceux qui ont  une dent contre Fass iFihri TAIB, Ali ou  Othmane n’ont que le doigt de  fourrer leur doigt dans leur œil. Leur fils et neveux  ainsi que  son joujou Amadeus ont été reconnus par l’ONU ; oui l’ONU :lors d’une cérémonie organisée  à l’Université des Nations Unies à New York à l’occasion de la parution du 2011 Global Go-To Think Tank Rankings Report, l’Université de Pennsylvanie a dévoilé son très prisé classement annuel des meilleurs think tank dans le monde et par sphère géographique .Référencé en 2010, l’Institut Amadeus occupe une très encourageante 18e place mondiale au classement des centres de recherches nouvellement référencés et la 29e place dans la région Moyen Orient – Afrique du Nord (y compris la Turquie)

l’honneur  et la considération  Pour l’enfant Ibrahim Fassi Fihri ;   l’opprobre et l’humiliation pour nous. Nous, les misérable , les jaloux , les rancuniers .. . Les حزقين  ولاد الحزقين+-

Apothéose des hauts commis du makhzen et de leurs rejetons qui pourraient devenir PRESIDENT DE QUELQUE CHOSE sans élections ni  lutte.

APOTHEOSE  des grands militants makhzéniens  pour qui  cette patrie où nous vivons est leur propriété privée   .

Apothéose des Fassi Fihri qui nous gouvernent  et nous dominent  malgré nous.

NOUS nous analysent à Amadeus malgré nous. Dans leur laboratoire de clichés et de sentiers battus .

NOUS vendent l’eau et l’électricité au prix qu’ils veulent malgré nous.

Nous contraignent  à rêver d’être champion d’Afrique de foot malgré nous.

Nous construisent des autoroutes malgré nous et même si nous n’avons pas de voiture.

Nous  font l’honneur  de  nous représenter et de parler en notre nom  .

malgré nous , ils nous  servent .

A tout Seigneur tout honneur. Ce ne sont pas des créatures démocratiques pour se salir dans le marasme des élections .

Tels des héros , ils sont issus d’une instance multiforce céleste . Ils jouissent de pouvoirs surnaturels et peuvent ainsi nous commander à partir de leur tombeau. Fzeg : l’expression religieuse et magique de la démesure héroïque  qui ,seule, pourrait satisfaire ces  héros  du Maroc  sinistré.  Ces types ne sont pas des hommes normaux , ce sont  des héros qui avaient tout d’abord remporté une victoire sur eux même , sur ce qui est raison , logique , patriotisme  et humanisme chez eux… Eliminés , ces vertus les libèrent pour se   se transformer en soleil  offrant chaleur et lumière, en star brillant au-delà des regards envieux et des espaces communs.. .Le psychologue  C .G. Jung   a identifié le héros à la puissance  de l’esprit dans les symboles liés à la libido. Table rase de tout ce qui «réfléchit »au Maroc, une et une seule régnerait :Amadeus .

Combien Ali Fassi Fahri gère –t-il  de milliards de DH ? Y a -t-il quelqu’un qui le contrôle ou bien les héros sont au-dessus de tout soupçon ?  Il est le sommet des sommets ,la perle rare du Maroc car qui serait en mesure de gérer l’eau , l’électricité et le foot ?

les mère marocaine n’ont pas l’habitude d’accoucher des tentacules polycéphales mais d’enfants courageux et forts comme AOUITA,  Abdallah Laroui , KHATTABI , ZERKTOUNI, BEnMBARAK, BELHASSANE Ouazzani , BEN MBARKA , Ahmadi , le jeune de 17 ans qui a remporté le championnat du monde de Ski au Nom du Maroc.  Ce dernier dont le patriotisme débordante  de la famille l’a obligé à  participer sous le drapeau marocain.
En effet , le jeune Adam Lamhamedi s’est adjugé, samedi 14/01/2012, en ski alpin la médaille d’or du Super G de ces premiers jeux Olympiques d’hiver de la jeunesse (JOJ) disputés à Innsbruck (Autriche) .Sur la piste de Patscherkofel , le jeune marocain s’est imposé devant le Suédois Fréderic Bauer (spécialiste de l’épreuve) : excusez du peu !
Pour la suite de la compétition des JOJ d’Innsbruck , outre le super –G , Lamhamedi défendra les
Mais le jeune Lamhemdi n’en est pas à son premier exploit : ce jeune marocain de 16 ans, résidant au Canada a été sacré champion du Québec dans sa catégorie en 2011 et élu athlète masculin de l’année au …Canada !

Eh bien , nous disons à cette ONU qui honore n’importe quoi et n’importe qui  ce qu’un veux syrien avait écrit sur un morceau de carton  qu’il avait brandi lors de sa sortie dans une manifestation contre le régime de BAchchar :الشعب يريد إسقاط إلا مم المتحدة والجامعة العربية والشعب
َ

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

16-01-2012

Rman LE PANIER ET LE PARTI LA ville de Zaytouna et ses sages

 

Chômeur le plus souvent, Ramdane passait toutes ses journées à se balader dans les ruelles et les champs de Zaytouna. Une liberté absolue qui lui permettait de découvrir la ville dans tous ses états.

Jadis,en sa compagnie, on s’amusait à provoquer de vieux commerçants qui avaient survécu au siècle passé. Ils occupaient le meilleur endroit de Zaytouna. Peu à peu l’âge puis la mort les avaient tous décimés.

Toutes leurs boutiques étaient des estrades qui s’élevaient presque à un mètre du niveau du sol. Une demi-porte battante suspendue au-dessus de leur tête servait aussi de paravent. Des portes robustes en chêne vert. Ils vendaient du goudron, du gaz lampant, de la menthe et du sucre transformé en gâteaux multicolores. Ils étaient éclairés au moyen de bec -à -gaz et de bougies.

 

Actuellement, on a nivelé ces échoppes et on y vend des bijoux en or. Ce sont les transformations principales qui ont affecté la principale artère de Zaytouna. Et c’est peut-être la seule amélioration apparente dans toute la ville.

 

Quand Ramdane eut conscience des décomptes de sa vie, il ne ressentait qu’un mince filet de lumière qui le reliait à ces lieux .

 

D’ailleurs, nous frôlions tous la déprime. Un amour platonique auquel il fallait nous soumettre malgré nous. Nous voulions vraiment consommer cet amour et perpétuer la vie et la ville. Mais, nous étions trop naïfs pour atteindre un but pareil. Nous assistions à l’épanouissement de la bêtise, de la traîtrise et de la répression parfaitement inséminée dans les cerveaux et les cœurs. Une traque à peine cachée qui nous contraignait à l’exil. Une menace pour notre existence, pour notre conscience imbibée de rêves et d’écume de lauriers roses.

 

Zaytouna cachait mal ses verrues et ses souffrances. Une amertume en jaillissait tout le temps et partout. Des espoirs avortés, des échos terribles et des masques abîmés tourbillonnaient une cité prise en otage par de paisibles citoyens métamorphosés en pirates.

L’amour et l’espoir s’enlaçaient et hurlaient, on les déracinait. Quelques lambeaux d’histoire étaient jetés dans le dépotoir qui occupait l’ancien parc public  règnant au centre -ville.  On était pris dans la spirale des destructeurs, des bâtisseurs du néant. Le paradis était devenu un amas de cendre et d’absurde. Des contours barbelés et brûlants.

Parfois, cette ville se restreignait au point de nous froisser les cœurs. Et nous fuyions. Nous devenions des feuilles mortes que le vent emportait de l’autre côté du cimetière.

 

Le plus raisonnable des zaytounis avait   élu domicile au cimetière.

C’était là, selon ce qu’il avait déclaré à ses auditeurs, le meilleur endroit de la ville.  On le connaissait comme étant un humble chiffonnier du sud qui était venu à Zaytouna emportant sur son dos un sac plein de bâtards ramassés le long de son voyage  vers le nord.

Au cours de la journée, il montait sa halqa entre les tombes, au bord de la falaise. Le soir, il travaillait comme gratteur et masseur dans les bains maures. Certains disaient qu’il n’était venu à Zaytouna que pour être proche de l’un de ses amants qui y était un notable très connu. D’autres disaient que cet homme mystérieux était en mission et il attendait un signal pour vider son sac hermétique et ficelé.

Un jour, selon une histoire qui amusait trop  Ramdane, des ivrognes, qui passaient leurs agréables moments au cimetière, avaient décidé de lui ravir le sac pour voir ce qu’il y avait dedans.   Aussitôt l’avaient-ils ouvert qu’une horde de chiens aux têtes d’hommes avaient sauté en poussant des cris moqueurs et stridents accompagnés de rires hilarants. Puis ils s’étaient dispersés en un clin d’œil ; d’où, selon les misérables râleurs,    étaient nés tous les maux qui sévissaient à Zaytouna.  La souffrance   procréait implacablement l’affliction

Posté par TAHRI dans CREATION LITTERAIRE ROMAN, Non classé | Pas encore de commentaires »

16-01-2012

DES VICTIMES DU REGIME MAROCAIN PERSEVERANTS ET CLAIRVOYANTS!!

Cette fin de semaine, j’étais très heureux de revoir certains de mes amis que je n’avais pas vus il y a presque trente ans …  Les retrouvailles étaient très chaleureuses. A peine nous étions-nous retrouvés que nos blagues et nos beaux souvenirs s’étaient mises à s’égrener malgré nous. Les marmites où nous cuisinions n’importe quoi. Les militants qui avaient perdu la porte du pavillon, de peur, la nuit du 24/01/1984 où la cité universitaire était encerclée par trois ceintures d’armées  pour empêcher quiconque de fuir. Le commissariat  installé en pleine air  au cours de cette nuit de janvier  où on ne pouvait pas mettre un chien dehors. Le froid terrible et l’interdiction d(aller uriner. Les arrestations massives ;les erreurs de la police ou de l’armée….Le matin où tout était déjà terminé ; sans trace ni marque… Puis les amis , les copains, les filles Et surtout Si Lhilali doyen de la faculté….

Bien que nos conditions de vie ne soient pas déplorables , le poids des injustices semblaient nous écraser. Que signifie faires de dures études en physique pour devenir instituteurs dans une école primaire ?  Pourquoi quitter son pays et émigrer malgré soi ? Comment faire des thèses et ne pas être reconnus ???

Autrement dit , notre société doit se réconcilier avec elle-même, d’un chômage affreux à un bouche trou humiliant, le désespoir et l’amertume  ne pourraient disparaitre du jour au lendemain. Comme le disent les manifestants du M20F, nous sommes tous des rancuniers envers les responsables qui nous méprisent et nous détestent. Si tu es injuste , il ne faudra pas que tu t’attendes à ce que les autres t’aiment. Les autres, tes victimes , ceux qui n’ont que la flamme de leur âme pour agir, qui n’acceptent point  lécher les bottes ou louer leur dignité…

Au fur et à mesure que le processus de la démocratisation avance, le dénuement des masses laborieuses et consciencieuses s’accélèrent. Paradoxalement, un processus qui ne nous  a mené nulle part. Cloués à notre désespoir, nous avons servis  comme monnaie de change  à des vautours déguisés pendant longtemps en justiciers militants. Le drame continue, l’injustice s’enfonce au point de fissurer notre mémoire.LA MASCARADE ET LE MEPRIS battent leur plein.

TOUT  a empiré malheureusement. A l’époque nous mangions au moins à notre faim. Il y avait des ressauts et des cités pour les étudiants . Maintenant , on construit une école ou une faculté que l’étudiant ne pourrait rejoindre que par avion. On se fiche de la gueule des gens , disant des citoyens … On donne comme alternative l’enseignement privé , une opprobre dans le dossier de nos dirigeants. Car ça ne sert qu’à enrichir des parvenus au détriment des angoisses et des désespoirs du peuple.

Des graines d’espoir sont nées avec ce gouvernement du PJD. Or il parait que les coups vont bientôt s’abattre sur eux . On dit que le roi et son armada  de conseillers vont tous bloquer. Car c’est le roi qui détient le pouvoir de remercier n’importe quel ministre voyou. Personnellement , je pense que des types comme Ramid ou Daoudi  sont obstinés et ne se laisseraient pas marcher sur les pieds. Le danger vient également de ceux qui ne ménagent aucun effort pour discrétiser ces gens là. Ils veulent une révolution  radicale. Ils donnent l’exemple de la Libye , de l’Egypte et de la Tuniiisie…En fait je ne partage pas leur point de vue …  Je  ne suis pas péjédiste mais je crois que c’est une expérience à soutenir. Pour Adl Wal hsane, mêeme avec  ses discours ardents, il  serait en passe de s’affaiblir s’il n’adopte pas une tactique sservant les intérêts des masses.  Si le PJD trouve la bonne voie , le peuple s’en passera.

J’étais heureux de constater que mes amis ont le même point de vue que moi malgré les injustices que nous avons tous subies.

 

 

Posté par TAHRI dans LE PRINTEMPS MAROCAIN ET LE M20F, Non classé | Pas encore de commentaires »

16-01-2012

M20F 15/01/2012 QUE FAIRE DU RITUEL ET DE LA TRANSE? LA SURPRISE POUR QUAND?

Derb Soltane le 15/1/2009  Le M20F est de retour. Il parait reprendre  du poids. Je l’ai rejoint vers Derb Chorafa. J’ai traversé en hâte plusieurs  ruelles   . De loin, à travers une débouchée, la manifestation était visible ; elle  donnait l’impression  d’ être  une fête de mariage… L’étroitesse des ruelles augmentait son volume. Les slogans décriés des hauts parleurs étaient stridents. Les habitants  du quartier vaquaient à leurs préoccupations  sans grande curiosité  pour la grande vague des manifestants. J’ai sauté en pleine marée. J’ai rencontré mon ex collègue, militant intrépide du PASD. Il n’ a pas été retenu en tant que surveillant général au lycée où nous travaillions. Son cas était semblable au mien : chassés  de tout poste de responsabilité par une mafia de la délégation qui tire grand profit de la détérioration du secteur de l’enseignement.  Mais il n’a point protesté car le jeu ne vaut pas la chandelle. J’ai marché jusqu’au boulevard Mohammed Six. Puis je me suis écarté des foules pour  avoir une idée claire sur la manifestation et pour filmer  quelques vidéos.

En comparaison avec celle de Derb Ghallef , elle était plus consistante. Les slogans  n’étaient pas tellement forts. On dirait que les forces politiques et sociales  épargnent leurs forces pour plus tard. Les étudiants , les ouvriers , les salafis et autres n’étaient présents que symboliquement. Une dizaine d’étudiants pour représenter des centaines de milliers alors que leurs problèmes sont aigus et surtout leur avenir  est sombre. Même constat pour les salafis qui , malgré leur nombre réduits, faisaient beaucoup de tapages et ne passaient pas inaperçus. Leur présence était mise en scène d’une manière très significative. Vers le centre , la libération de Haked , le rappeur militant du M20 F,  donnait beaucoup de punch aux animateurs de la manifestation. Il faut tout de même reconnaitre que l’absence de EDL Wa lIHSAN  se faisait sentir pour les observateurs  présents   chaque dimanche aux manifestations. Ce ne sont pas les mêmes masses quantitativement et qualitativement.

Revenant aux salafis , peu nombreux mais bien visibles. Leurs slogans tournaient au tour de la libération des détenus. Beaucoup de parents portaient les photos des siens  et marchaient. Les barbes étaient bien longues et les voix bien hautes. Vers la fin c’était une femme qui avait pris la parole pour parler de l’arrestation de son fils . Celui-ci ; selon elle , ne connaissait pasun  autre chemin que celui de la maison et de l’école . Elle avait  rappelé comment des dizaines de policiers avaient  envahi la maison à 1 heure du matin .Ils n’avaient rien trouvé que des outils de maquillage de femme qu’ils avaient saisis comme étant des matières pour fabrication d’explosifs. Un cercle s’était fait autour des salafis qui  semblaient avoir confiance excessive en eux. L’animateur sans  barbe    avait appelé tous les reporters en herbe dont je faisais partie  pour s’approcher d’un vieux monsieur qui affichait une banderole sur laquelle sa petite histoire de victime de répression depuis 1964 était notée. Le monsieur manifestait chaque dimanche , il boitait mais adoptait dans le calme et la solitude  la même attitude chaque dimanche …Jusqu’à côté des « basistes » ,semblent-ils, car ils chantaient des slogans reprenant le martyr et la violence répressive subie par ZEROUAL . DAHKOUN ; SAIDA … Mais  leur présence par rapport aux salafis étaient presque négligeable  bien que sur le plan de la quantité ils furent  presque les mêmes .Il ne serait pas aberrant d émettre une remarque là-dessus : les animateurs de clique des salafis étaient presque tous sans barbes tandis que les filles basistes portaient des gilets qui portaient M20f et surtout des voiles qui leur cachait les cheveux. Dans les parages, de jeunes militants  avaient rassemblaient au tour d’eux des enfants et répétaient dans la transe et la danse des slogans. La Présence des enfants  militants avaient attiré un cameraman étranger qui s’était mis à les filmer . C’était là la tête de la manifestation .

Entre la queue occupée par les salafis et la tête par des enfants et LHAKED qui souriait et se prêtait volontiers aux prises de photos avec certains manifestants ,ce sont  des  vérités qui se cachent  momentanément. Les animateurs de la manifestation mère  exhibaient leur satisfaction   de la résistance du M20F. Ils exprimaient également leur optimisme  et menaçaient le régime. Les élections occupaient une bonne place de leur discours. LES mêmes figures qui devraient être en prison sont au parlement…Pas de chance pour le changement, la révolution selon eux est imminente !!!! !!!!

VOIR album 15/01/2012

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

11-01-2012

TENTACULES PARENTHESES ET LES BRAISES QUI S’ATTISENT LE SANG ET LA POLITIQUE

Aujourd’hui , c’est le vingtième anniversaire  du renversement de la démocratie par l’armée algérienne.car c’était la démocratie  qui n’avait pas plu aux militaires qui fut froidement assassinée. Et le sang de  gicler en flot au milieu  d’une transe où les couleurs avaient perdu leur éclat et leur pertinence. Benjdid était démis de ses fonction et  la liquidation du peuple et de ses espoirs prenait libre cours .  C’est vrai que l‘Algérie  était pionnière  au sujet de la démocratisation  avortée  dont les officiers se glorifient  sans vergogne. Or ils oublient qu’ils sont maitres incontestés du pillage et de la souffrance de leur peuple.

De parenthèses en parenthèses,  le despotisme  encastre et momifie la liberté. La démocratie serait un retour à la ligne. De parenthèses en parenthèses les braises s’attisent .L’histoire ne peut ne pas creuser son lit dans une mémoire future ; miroir des peuples et horizons  des espoirs.  L’armée  algérienne est, bien entendu, solidaire et homogène mais  au prix d’une violence inouïe  , de la généralisation , de la systématisation et de la banalisation de la mort.  Le long corridor jonché de dépouilles  mènent à l’enfer de la vengeance et de la haine .

Au Maroc, la marée d’injustices ne datent pas d’aujourd’hui. La démocratisation a été un long processus de métamorphose  au point d’en faire un avatar horrible. Les espoirs du peuple ont rendu l’âme à petit feu. Il n’y avait pas de KO mais  les vautours ont proliféré beaucoup plus que les rêves des population. Et tout se fait démocratiquement ; une diversité politique , un multipartisme et une liberté  de suicide absolue.

Je dirais que nous sommes dans la même situation  quant on se positionne du côté de ce qu’endurent les populations.

En 1978, nous étions des adolescents intéressés par la politique surtout en apprenant la grève de faim  observée  par les détenus politiques à la pison central de Kenitra. Nous étions vraiment émus quand   la martyre Saida Mnebhi  s’était éteinte . Et puis la révolution iranienne n’était pour nous qu’une phase transitoire vers la révolution socialiste. Nous discutions  et nous avions souvent la certitude  que l’Islamisme n’avait ou n’a rien à offrir aux peuples sauf une morale   , une passion et une conscience heureuse. Je ne sais pas si nous avions eu tord ou raison .

Ce qui est certain  actuellement c’est que les régimes qui nous gouvernent  sont tentaculaires. Horizontalement et verticalement, matériellement et moralement.  D’ailleurs si le devenir des peuples pouvait s’améliorer  en décimant les régimes , nous serions autres que ce qu’on est maintenant . que de REVOLUTIONS  avaient connus les nations arabes : en Egypte en 1953, en LYBIE en 1969, en Irak en 1959 et 1969 , au Yémen ; au Maroc , en Algérie…. Canular emballé dans Canular…

Actuellement ,  rien n’augure d’autres perspectives. L’Envie de tout recommencer est évident.

Où sont les LUMIERES ?  La Conscience historique ou l’intuition indispensable aux peuples  pour  agir et non pas réagir ?  Quelle pensée avaient produit nos intellectuels ? Où sont-ils ?  Quels sont les types de problèmes  que les islamistes au pouvoir vont-ils créer ? Quels sont ceux qu’ils pourraient résoudre ? Comment rejoindrons –nous le train de la technologie de pointe roulant à une vitesse vertigineuse ? Comment accèderons-nous à la force et à l’unité ?

Et ces régimes aux  tentacules hideuses beaucoup plus invisibles que visibles, comment les repérer, les diagnostiquer  et les arracher ????

Posté par TAHRI dans LE PRINTEMPS MAROCAIN ET LE M20F | Pas encore de commentaires »

11-01-2012

LES CONSEILS NATIONAUX DE LA VACUITE ET LES SEMENCES DE LA HAINE

Que fera le Maroc de ses centaines de milliers de chômeurs diplômés ?  Benkirane leur a promis du lait et des dattes si jamais ils viendraient  chez lui. Les forces de l’ordre  n’hésitent pas à se déchainer contre ces marocains non désirés.  Le comble du tragique c’est ce qu’on leur a proposé : des poignées de postes pour des centaines  de millions  de postulants…

Un certain jeune  diplômé d’Agadir avait  supplié Abbas Lfassi pour qu’il l’accepte comme fils et lui donne son non afin de pouvoir se caser. Des jeunes  qui s’approchent de l’âge de la retraite sans  bénéficier d’aucun droit…Que de haine !!!

Les responsables marocains haïssent ces jeunes vieux. Et ces derniers ne pourraient que les haïr car ils sont trop égoïstes et impitoyables . Cette haine ravagerait  tous les champs d’espoir qu’on fait semblant de labourer.

En contre partie , les enfants chanceux ont tous les droits . On les embauche  là où ils veulent.

 Une tare profonde de la politique marocaine demeure dans les Conseils , majaliss en arabe , c’est-à-dire là où s’assoit :

جلس.:الجلوس:القعود,جلس يجلس جلوسا’فهو من قوم جلوس و جلاس’,,, و المجلس.موضع الجلوس,,,أهل المجلس,,,

Ils se reposent donc  sans ennuis ni pépins  car ils  les enfants de la providence et de la bénédiction..

Ces conseils sont très nombreux. Leur apport est nul tandis que leur budget est colossal. Ainsi on pourrait citer entre autres :

Le Conseil national des droits de l’homme  où d’anciens militants  de la gauche ont été copté par le makhzen pour promouvoir la culture des droits de l’homme. Ces droits sont réduits actuellement  à celui du suicide .

Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger : Les MRE crient de toutes leur force et dénoncent  le style moyenâgeux des consulats et des ambassades du Maroc à l’étranger. Des consulats qui ne pourrait même pas te délivrer de simples documents administratifs . Politiquement ces marocains ne sont pas reconnus  contrairement à la devise qu’ils apportent…

Le Conseil de la Concurrence présidé  un magnat de l’enseignement supérieur privé HEM. Un enseignement privé  qui se nourrit de l’enseignement public transformé en une charogne répugnante.

Le Conseil national de la jeunesse et de l’avenir du Maroc confié au grand leader  uspéfiste  Habib Malki par Hassan Deux. On ne sait pas ce que ce leader a apporté à cette jeunesse  depuislus vingt ans .

 Le Conseil National de l’Environnement ???

Le Haut Conseil de l’Éducation … quelle éducation pour quelle peuple ???Rien de rien  , des coquilles vides et de l’argent jeté par la fenêtre…

La dernière innovation dans ce sens c’est le Conseil Economique et Social  dont  le décret définissant les indemnités alloués à ses  membres  a été publié au Bulletin Officiel.  Quel conseil§ Un régal, un vrai :

-        L’indemnité forfaitaire brute pour participation aux travaux des assemblées : 12.900 dh une fois par mois ;

-        L’indemnité forfaitaire brute des membre du bureau : 3.600 dh par jour de travail ;

-        L’indemnité forfaitaire brute des rapporteurs des commissions : 2.900 dh par jour de travail ;

-        L’indemnité forfaitaire brute pour participation aux travaux des commissions : 2.200 dh par jour de travail ;

-        L’indemnité forfaitaire brute pour la rédaction des rapports : 32.300 dh par rapport.

 Que  les  pauvres diplômés chômeurs aillent à l’enfer ! qu’ils se suicident !  Qu’il  tapent le ciel !!l

Voici l’argent et voici  ces maîtres !!!!

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES, Non classé | Pas encore de commentaires »

08-01-2012

LE PANIER ET LE PARTI RAMDANE BEN CHAABANE ET MOI A ZAYTOUNA AU DEBUT DES ANNEES 80

Quand j’étais de retour à Zaytouna, il m’annonça sa décision définitive de quitter le magasin :

« Je ne pouvais pas agir autrement, je n’ai plus de temps de sensibiliser les gens aux principes de mon parti ; et puis j’ai commencé à  gagner trop d’argent qui me fait peur. Je risque de pourrir. Il faut que je le quitte avant de m’habituer à cette vie facile de laquelle il me serait  difficile de me séparer plu tard. Et je serais obligé de rester et de céder. »

C’était le raisonnement de Ramdane, une logique absurde mais quand même il ne jouait pas au Tartuffe. Il se cramponnait terriblement à sa misère. Il prit sa décision malgré l’insistance d’Alhaj et les pleurs d’Alhajja.

Absorbé par ses réflexions, il voyait passer et repasser devant lui un homme lorgnant la boutique. Il l’interpella . L’homme se mit alors à lui raconter ses conditions de vie atroces. Une famille  à sa charge et il n’avait pas le sous. Le soir même, il le présenta à Alhaj et lui remit les clés. .

Dès lors Ramdane plongea dans une oisiveté complète. Il   ne cessait de me rebattre les oreilles par des commentaires insensés :

« Regarde autour de toi, il y a partout des chômeurs, pourquoi ne pas gonfler leur rang… C’est un fléau socio politique que seul le socialisme scientifique soit à même d’endiguer. »

Il m’amenait chez les marchands de pépins et de pois chiches qui s’alignaient en face de la boutique d’Alhaj qu’il me pria de méditer, de savourer le bonheur de l’homme qui la dirigeait.   Ces pauvres marchands passaient toute leur journée derrière des tables, adossés à la clôture d’un parc public transformé en  dépotoir en pleine ville. Ils échangeaient avec lui quelques propos légers tout en le plaignant ouvertement pour la folie qu’il a commise en laissant tomber un travail facile et intéressant. Pour désamorcer ces critiques acerbes, il se mettait à fredonner à voix audible :

«

Sous les vieux ponts

Nous, communistes luttons

Pour les beaux yeux de la liberté

Les aventures et les risques

Nous les affrontons

Jusqu’à la victoire

Ou le bonheur  …ha… »

Malgré tout, Ramdane m’éblouissait par son optimisme ; son mot d’ordre était le rêve et rien que le rêve. Il nous qualifiait de jeunes éclairés alors qu’il était lui, et selon ses amis vendeurs de pépins, un vrai illuminé. « Jeunes éclairés » était l’euphémisme que son parti utilisait pour désigner tous ceux qui se réclamaient de la gauche mais qui combattaient politiquement et idéologiquement le soi-disant parti de l’avant garde ouvrière.

 

Et je continue de dire le parti de Ramdane bien qu’il l’ait quitté, les larmes dans les yeux, depuis le dernier congrès, avant que le XXIème siècle ne pointât. Mais pour moi, comme pour tous les habitants de Zaytouna, et surtout pour les éclairés et les Administrateurs, Ramdane Ben Chaabane était le parti et le parti était Ramdane Ben Chaabane . Une âme indivise, une entité inextricable.

Pour nous tous, qui nous ressemblions comme les arbres d’une forêt brocantée et terrassée par le vent, notre capital était cet espoir morné. Et personne d’entre nous n’a pu flairer les affres du temps pour comprendre que ces rêves étaient morts nés. Les guerres contre les incertitudes et les déceptions majestueuses nous ont rendus exsangues.

Malgré les moqueries piquantes et  les critiques dures, Ramdane se collait toujours à ses convictions. Je le contemplais au-delà des considérations politiques, j’essayais de cerner chez lui les frontières entre les lumières et les ténèbres, entre la raison et la passion. Parfois je concluais qu’il était conscient jusqu’à l’ivresse. Une conscience limpide et une clairvoyance idéale. Parfois je voyais en lui une image froissée, une effigie qu’on devrait brûler inexorablement ; un feu qui devrait chauffer les autres.

A l’époque où il était le prince du café que certains adolescents de Zaytouna considéraient comme un petit bout de Paris, sa conscience coïncidait avec la réalité. Il a implanté l’idée du syndicalisme parmi ses amis de travail. Ils en ont profité mais après son expulsion suite à la grève générale qu’il était seul à observer dans toute la ville de Zaytouna.

Posté par TAHRI dans CREATION LITTERAIRE ROMAN | Pas encore de commentaires »

06-01-2012

TRANSPORT DIGNITE TAZA LE BLE BENKIRANR ET LE CHOMAGE

« -On n’a pas de chance, on est  quatre gros sur ce coussin derrière !!!

-Qu’on patiente , c’est une question de minutes. Alors deux d’entre nous doivent essayer  de  se décaler  en s’inclinant un peu en avant »

-Ce n’est pas grave .Heureusement, les deux dames occupent le siège devant .

-Mais , c’est une situation insoutenable ;entrelacer  son corps et celui des autres faute de place , se presser , s’essorer … Une dignité qui  s’affaiblit au fil du jour…

-Dans les bus c’est pire…Je connais beaucoup de filles et de femmes qui ont abandonné leur travail faute de transport décent.

-Est-ce que vous ne croyez pas que cela est fait exprès par les dirigeants en vue de nous  délester de toute force de caractère  ou de dignité pour nous préparer à avaler toutes les couleuvres…

-Peut-être c’est vrai. Hassane Deux connaissait bien son peuple !!! A l’époque , les japonais avaient proposé de construire un métro à Casa pour la seule condition de l’exploiter pendant vingt ans . ET les nôtres avaient proposé quinze . Les japonais étaient partis. Je suis allé à Marseille en  1976 alors il n’y avait pas de métro puis en 1980 où j’ai constaté que la ville a complètement changé grâce au métro.

-Mais le problème c’est qu’il y a trop de voitures par rapport aux habitants et en gros Casa déborde d’habitants…

-Crois-tu que Casa est plus peuplée que NewYork ou Changai/ Ce ne sont pas les habitants qui provoquent une telle situation . Au Maroc  , vous pouvez aller dans n’importe quel village  et vous allez constater que les gens ont des problèmes d’habitat , de transport , d’égouts, de chômage , de drogue….

Ah oui c’est vrai . Que Dieu nous Préserve de ce qui s’annonce qans l’avenir !!! »

Une discussion à bâton rompu dans un grand taxi casablancais vers 19 heures. Les locuteurs sont assis alignés sur le siège derrière .  Ils n’ont même pas la possibilité de regarder les uns les autres ou même de se rappeler les visages des uns et des autres.Ils parlaient peut-être en vue de conjurer le sort  qui les a réunis dans une situation inconfortable . On a toujours eu peur de ce que nous connaissons pas . Nous avons appris à nous habituer vite avec les crises , les souffrances , les opprobres, les perversions ; les déviances, les injustices …Nous craignons le futur…

J’ai vu Benkirane parler sur une vidéo, il évoque les diplômés enchômagés ; il dit que ce qu’il pourrait faire pour eux , c’est de leurs offrir du lait et des dattes s’ils viennent devant le siège de spn parti le PJD. Du coup une IRRESPONSABLISATION est en train de se mettre sur les raille . MAIS TAZA a donné la réplique. L’Affrontement entre ces jeunes et les forces de l’ordre étaient  forts ? Il ne faut pas oublier que ces jeunes surtout ceux des contrées lointaines préfèrent se suicider ou aller en prison au lieu d’attendre jusqu’à la fin de leurs jours .  Si des solutions urgents ne sont pas  entamées  pour régler ce problème, toutes ces élections que vient de connaitre le Maroc seraient  une pure mascarade qui n’auraient profité qu’aux péjédistes.

Posté par TAHRI dans CASABLANCA CASARUINA | Pas encore de commentaires »

va95 |
Brèves de canapé |
Aequalis |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La marche européenne des pa...
| Me Olicier PIERICHE
| Hélioparc, une bien sale hi...