Archives pour septembre 2012

29-09-2012

Albert Camus : faire-valoir ou symbole d’une réconciliation

Albert Camus : faire-valoir ou symbole d’une réconciliation

le 29.09.12 | 10h00 11 réactions

zoom
ImprimerPDF Envoyer à un ami Flux RSS Partager

La contribution, pertinente à plus d’un titre, du professeur Nasser Djidjelli, m’a encouragé  à intervenir – modestement, n’étant ni philosophe et encore moins critique littéraire – sur le débat qui oppose les anti-Camus et le philosophe français Michel Onfray.

De manière mesurée et sans tomber dans la cécité idéologique caractéristique des militants de la pensée unique de triste mémoire – mais qui demeurent actifs sous tous les cieux, y compris en Algérie – notre professeur a vertement tancé le philosophe français. Il débusque «la mauvaise foi et l’absence d’objectivité avec lesquelles Onfray prend la défense de Camus», allant même à «s’interroger sur les véritables raisons d’une telle attitude». Tout est dit quant à la manipulation faite de l’héritage intellectuel de Camus par ses thuriféraires. «Qui trop embrasse mal étreint», dit l’adage populaire. Onfray a trouvé en Camus le prétexte pour régler ses comptes avec les partisans de l’existentialisme dont Jean-Paul Sartre est le pionnier.

Dans son interview à El Watan, il a commis une faute impardonnable pour un philosophe. Il a touché à la dignité d’un peuple et au sacro-saint devoir patriotique que la révolution française de 1789 a pourtant sanctifié en délogeant l’absolutisme royal de son piédestal. Toutefois, une question s’impose : est-ce que les Camusiens intégristes par opportunisme (il existe des Camusiens modérés et réalistes) sont les seuls à brandir le nom de l’écrivain à des fins autres que littéraires – à l’instar de Michel Onfrey ? Sûrement pas. Sur l’autre versant de ce conflit d’idées, le Nobel de littérature 1957 constitue une belle proie pour d’autres fanatiques afin de faire avancer des idées politiques qui servent à maquiller l’histoire du pays.

En effet, les prises de position reprochées à Albert Camus autour de la nation algérienne de la lutte armée pour l’indépendance ne diffèrent en rien de celles  revendiquées publiquement par des personnalités prestigieuses du mouvement national. Dans la logique des détenteurs du label  du patriotisme, ces personnalités doivent être destinataires du même sort – l’accusation d’antipatriotisme – réservé au célèbre écrivain. Et dire que des fanatiques de la pensée unique sont allés jusqu’à se fourvoyer dans  cette excommunication, leur sport favori!
Les reproches  à Camus
D’abord sur la lutte armée pour l’indépendance. Que Camus ne se soit pas affiché avec enthousiasme pour la lutte armée contre le colonisateur est une réalité. Peut-on exiger d’un écrivain humaniste ayant «une vision puérile des réalités historiques de l’Algérie» (Pr Djidjelli) d’afficher un engagement militant à la hauteur d’un Didouche Mourad ou d’un Mohamed Belouizdad ? Camus rejetait la violence d’où qu’elle vienne, c’est peut-être une erreur ; encore qu’il rêvait d’une Algérie plurielle avec un statut particulier à l’instar des assimilationnistes de souche musulmane, mais que l’on ne saurait accuser d’antipatriotisme. Une idée que les Algériens rejetaient à l’époque.

Mais cinquante après l’indépendance, cette idée d’Algérie plurielle prend forme, puisque de nos jours, des centaines de milliers d’Algériens (et la saignée continue de plus belle, jusqu’à quand ?) traversent la Méditerranée pour adopter la binationalité et faire allégeance au drapeau français. La majorité appartient à l’élite du pays – universitaires, médecins, ingénieurs et autres cadres de talents. Certains d’entre eux sont d’authentiques anciens moudjahidine ou fils et filles de chouhada, pour ne pas dire plus. Ses détracteurs peuvent-ils cacher ou gommer ses idées progressistes ? En toute conscience, Camus les a transcrites en noir et blanc. Nous citerons sa dénonciation des massacres du 8 Mai 1945 en tant qu’envoyé spécial – sur sa demande expresse – du journal Combat. Ce sont ses articles qui ont alerté l’opinion internationale. Par la suite, au début des années 1950, en qualité de journaliste à Alger Républicain en reportage en Kabylie, il a donné à voir et à ressentir la misère imposée aux populations «indigènes».

En 1936, il a été l’une des rares personnalités à avoir défendu cheikh El Okbi accusé d’avoir participé au meurtre du mufti d’Alger alors que des personnalités musulmanes se muraient dans le silence. Il est aussi connu pour sa lutte contre la torture et la peine de mort à l’encontre des militants du FLN historique, comme l’a rappelé si justement le Pr N. Djidjelli. Ne reconnaissant pas la réalité d’une nation algérienne, Camus ne fait que reprendre une thèse défendue en son temps par Ferhat Abbas, un homme qui l’a marqué politiquement (pendant les années 1930) et des militants du PCA, musulmans de souche. Cette idée a évolué avec le temps, et personne aujourd’hui ne peut retirer au pharmacien de Sétif et aux communistes algériens la reconnaissance méritée du peuple pour leur apport à la lutte anticoloniale.Dans leur haine aveugle de Camus, ses détracteurs tentent de cacher des vérités historiques qui nous apprennent que seule une poignée de jeunes militants – parmi les plus politisés, anciens de l’OS – ont osé planifier et lancer la grandiose épopée de la lutte armée.

Grâce soit rendue aux 22 historiques et au groupe des Six qui ont coordonné le mouvement. Au même moment, le PPA-MTLD en ses deux fractions – les légalistes de Messali et les Centralistes (dont Benkhedda, Yazid, Mehri) – l’UDMA de Ferhat Abbas, le Parti communiste algérien et les oulémas de Cheikh El Ibrahimi, Larbi Tebessi étaient loin de souscrire à cet élan révolutionnaire. Aucun d’entre eux n’a soutenu ouvertement l’Appel du 1er Novembre à son lancement. Dans leurs déclarations publiques, aucun d’entre eux n’a soutenu les premiers attentats de la Toussaint. Ces partis respectables et patriotes n’ont rejoint le FLN historique et le combat libérateur qu’en 1956 après l’inlassable travail de fond réalisé par Abane Ramdane et Larbi Ben M’hidi. Mais l’histoire retiendra qu’ils ont participé avec cœur à la lutte pour l’indépendance.

A l’exception des messalistes, dont le cas pose encore problème. Ces derniers sont-ils pour autant dépourvus du sentiment patriotique ? Un rapport établi par le Congrès de la Soummam en 1956 nous donne une idée précise du nombre d’Algériens qui ont répondu à l’appel de la patrie. Sur une population de 9 millions de musulmans, seule une infime minorité a pris le chemin du maquis ou de la clandestinité. Au 1er Novembre 1954, ils étaient 1010 combattants face à des dizaines de milliers de soldats français. Deux ans après le déclenchement la guerre de Libération, en 1956,  le nombre a augmenté pour atteindre les 8000 moudjahidine. Nous l’avons vu que la tiédeur des idées pour la lutte armée et l’indépendance peuvent se muer en ferveur. Chez tout patriote doté du sens critique,  d’intelligence et de courage, la mentalité est sujette à évolution positive.

Camus est mort en 1960. Qui dit qu’il n’aurait pas évolué lui aussi et rejoint Sartre et ses amis dans l’Appel des 120 et manifester avec eux à Paris contre l’oppression coloniale ? Avant de mourir, Sartre avait évoqué cette possibilité en rendant hommage au défunt. La liste est longue des écrits d’Albert Camus qui viennent tempérer un tant soit peu la fameuse phrase : «Entre ma mère et la justice, je choisis ma mère.» Il faudrait chercher à connaître sa version qui existe dans une intervention télévisée donnée de son vivant. Il a replacé cette phrase dans son vrai contexte, une suite d’idées qu’il avait développées. Ses détracteurs se sont contentés de ce morceau décontextualisé, pour tenter de  le démolir.  Cette phrase justifie-t-elle la vaine tentative – vaine au regard de l’histoire – pour le classer dans le camp des ultras de l’Algérie française ;  lui qui a souffert de leur haine ?  En 1956, à Alger, lors d’une conférence de presse publique destinée à lancer son appel pour une paix civile, Camus a été la cible de violences verbales de la part de ces mêmes  intégristes.

A Paris, il avait essuyé les sarcasmes des intellectuels parisiens jaloux de son statut d’auteur à succès et auréolé du Nobel de littérature. Des quolibets lui sont adressés dans la presse acquise au colonialisme. Ils lui reprochaient ses origines modestes, lui le fils d’une famille pauvre, tôt orphelin de père avec une mère sourde et muette pour laquelle il vouait un amour profond. Devant ce déferlement de haine intégriste des ultras de l’Algérie française,  il avait pensé au suicide. C’est dire la fragilité émotionnelle de l’écrivain. Au lieu de focaliser uniquement sur ce choix cornélien, la mère ou la justice, il serait judicieux de connaître son appréciation du personnel politique du FLN de l’époque. Pourquoi ses détracteurs n’ont-ils pas rapporté son témoignage délivré vers les années 1957/58 concernant les orientations idéologiques du FLN historique qui étaient loin d’être homogènes. Un témoignage édifiant !
Camus et l’Algérie
Dans sa contribution, le Pr Djidjelli a eu la bonne idée de reprendre des déclarations concernant Albert Camus. Il a cité Kateb Yacine et Edward Saïd qui n’ont pas été tendres avec l’écrivain. Dommage que d’autres témoignages de personnes illustres soient oubliés. En voici quelques-uns.
Dans une émission radiophonique, Mohamed Dib disait : «L’œuvre de Camus a toutes les caractéristiques des œuvres algériennes. Camus est un écrivain algérien.»

Dans ses Carnets -Paris 1955/56, le poète et militant nationaliste Jean Sénac dit Omar El Wahrani témoigne : «Après une longue discussion que j’ai eue avec lui, Camus accepte de rentrer publiquement et de façon précise dans le combat algérien en manifestant sa solidarité avec Ferhat Abbas. Joie la plus noble de ma vie !» En mai 2012, sur un plateau d’une chaîne de télévision française, Malek Chebel rendait un hommage appuyé à Albert Camus.Dans l’une de ses correspondance avec Camus, suite à son reportage sur la misère en Kabylie, Mouloud Feraoun écrit : «A cette époque, nous avions conscience de notre condition de vaincus et d’humiliés.

Lorsque vous vous en êtes rendu compte, vous, Albert Camus, le cri pathétique que vous avez poussé et qui vous honore à jamais n’a pas été entendu. Non seulement on a rien voulu entendre, mais on vous a chassé du pays qui est le vôtre, parce que vous étiez devenu dangereux. Plus dangereux que les vaincus.» Ses écrits démontrent le contraire de ce qu’affirment ses détracteurs. La place de son pays natal dans l’éveil à sa vocation, il la confirme dans un écrit datant de 1956 : «L’Algérie est pour moi la terre du bonheur, de l’énergie et de la création. Je n’ai jamais rien écrit qui ne se rattache de près ou de loin à la terre où je suis né. En Algérie, il y a la beauté et les humiliés. Quelle que soient les difficultés de l’entreprise, je voudrais n’être jamais infidèle ni à l’une ni aux autres.»

Dns un article paru en mai 1945, dans le journal anticolonialiste Combat, l’enfant de Belcourt dénonce : «Il convient d’abord de rappeler aux Français que l’Algérie existe. Je veux dire par là qu’elle existe en dehors de la France. Le peuple algérien n’est pas cette foule anonyme et misérable où l’Occident ne voit rien à respecter ou à défendre. Il s’agit au contraire d’un peuple de grandes traditions et dont les vertus sont parmi les premières.» A-t-on le droit d’affirmer que Camus n’aimait pas l’Algérie ? Pour paraphraser Sacha Guitry, on doit dire qu’il n’y pas de patriotisme de la salive mais seulement des preuves tangibles de patriotisme. En cette période cruciale dans la vie des deux peuples, algérien et français, il y a lieu de penser à la paix des mémoires.

Cela passe évidemment par une position courageuse de l’Etat français pour reconnaître les crimes commis par la colonisation avant de déboucher sur une réconciliation apaisée par le biais de l’interculturalité. Camus et bien d’autres natifs d’Algérie de souche européenne ou musulmans nés et/ou résidant en France constituent des vecteurs tout indiqués pour pacifier les mémoires et construire cette réconciliation. Pour plus d’objectivité, il nous faut revisiter avec un regard neuf l’œuvre et le parcours intellectuel d’Albert Camus, et ce, à la lumière de ce qu’a vécu notre pays depuis 1962. N’en déplaise aux fanatiques des deux bords, le prix Nobel de littérature 1957 mérite d’être partagé entre les deux pays chers à Albert Camus.

Ahmed Tessa. Pédagogue

Posté par TAHRI dans Non classé | 1 Commentaire »

24-09-2012

Le maroc des spéculateurs .

Mêmes les infirmiers ont organisé des manifestations pour protester contre  la participation aux concours des diplômés des écoles privée  sou prétexte que leur formation est défaillante ; une formation qui coûte les yeux de la tête à des familles  proie à la misère et au désespoir …  L’enjeu est bien évidemment de défendre les intérêts personnels . La plupart de ces infirmiers exercèrent carrément une double fonction : titulaire avec l’état où leur présence est à la rigueur rituelle , mais très actifs dans les cliniques privées où ils bossent … Ils savent bien que ces cliniques ne sont point prêtes pour embaucher leur propre personnel parmi les jeunes diplômés . Des cliniques fameuses pour leur cupidité et leur rapacité. Un manque de responsabilité sociopolitique , un manque même de patriotisme

Mais avant d’être attaqués, ces différents agents qui dérèglent la vie marocaine  attaquent , se plaignent , rouspètent , montent au créneau , se déguisent en  militants défendeurs de cause nobles …

Le mal provient il toujours de la «  transcendance » politique ?Le maroc des spéculateurs . dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES safe_image.phpPJD1

Et bien sûr , on  avale toutes ces couleuvres . Car ce pharmacien, cet industriel, ce notaire  ou cet architecte  est à la fois  moi-même et un autre.   Il est communément inadmissible  chez nous de concrétiser le mal . Notre volonté de lier tout à « la transcendance » politique est bien réelle.  Nous n’essayons pas de remettre en question notre capital  e matière de patriotisme , de raison et d’humanité bien qu’il s’érode inéluctablement. Nous refusons  de nous remettre en question, de mettre en ordre les faits qui nous entourent.

Quelle démocratie pour quel Maroc ?

Chabat vient d’accéder au poste du SG de l’Istiqlal suite à une longue bataille contre le clan des Fassi. Malgré tout ce qu’on dit du monsieur , il illustre la volonté de réussir et de lutter. Je lui reproche des faits  comme l’incapacité de mettre fin à la détérioration du climat insécurité régnant  à Fès et son style baltagi qui est inhérent à une force magique de galvaniser les masses . Il est là , élu démocratiquement . Les commentaires le critiquant et la diabolisant affluent de tous les côtés  …

Au Maroc , on réclame tous la démocratie  ou ce que l’USFP appelle la méthodologie démocratique mais quand celle-ci  est pratiquée  sur le terrain  et aboutit à des résultats inattendus ,on la tourne en dérision .Lors des manifestations du 20F   Benkirane est brûlé en effigie alors qu’il a été élevé à la magistrature suprême par les urnes .  Des militants enfermés dans leur tour d’voire  ont daigné descendre dans la rue pour participer aux élections  mais quand ils ont échoué ils ont jeté catégoriquement l’anathème sur la « démocratie » qui les a éliminés. Au lieu de décortiquer les vraies raisons qui les ont rendus inconnus  pour les populations , ils incriminent tout…Ils ne savent pas que durant des décennies , les combats qu’ils avaient menés , à tord ou à raison , étaient exclusivement dirigés contre leurs anciens amis et alliés … C’est un piège dans lequel ils étaient tombés sans se rendre compte… Malgré leur bonne foi , leur histoire brillante , leur sacrifice, ils ont perdu leurs forces dans de vaines luttes au sein de leur sphère de conviction et d’action.hamq-300x225 CHabat notaire dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

24-09-2012

Le Maroc des égoïstes.

Tout le monde est victime , où est le bourreau ?

Au-delà de la crise économique  et de ses retombées sur le Maroc , le champ politico-social développe des phénomènes  étranges dont  les auteurs ne sont autres que les agents qui y sont  en œuvre. Dans un premier temps ,on a l’impression que des injustices , des dérèglements et autres abus  s’abattent comme des averses sur ces agents . Ils sont donc des victimes des décisions de l’état.

Industriels, pharmaciens , notaires , adouls, avocats , infirmiers… Nous ,  et après nous le déluge !!!anemalade

Les patrons  regroupés dans leur syndicat veulent davantage de flexibilité pour pouvoir relancer l’économie. Et cela signifie bien évidemment  l’abolition de tous les droits des travailleurs éventuels ou en exercice.   Les patrons marocains sont à la recherche   de nouveaux esclaves  .Autrement dit , ils veulent exploiter profondément le chômage endémique et la misère régnante pour réaliser des profits  inimaginables.  Ils harcèlent le gouvernement  en réclamant davantage de privilèges fiscaux  , tantôt ils pleurnichent tantôt ils  menacent  sans pour autant s’impliquer réellement dans le processus des réformes  qu’entreprend le pays . En témoignent les industriels du secteur de médicament qui continuent de refuser de revoir à la baisse les prix . Les pharmaciens leur emboitent le pas  et ne se prononcent que pour défendre leurs intérêts personnels en dépit des conditions  déplorables de la majorité du peuple.  L’ordre des pharmaciens refusent d’ouvrir le métier aux nouveaux diplômés formés dans les pays de l’Est  alors que la majorité des pharmaciens exerçant avait   eu  les leurs dans ces  mêmes   pays . Car au début, c’était l’issue choisie par les « grandes familles » surtout au moment de l’écroulement des régimes de ces pays  mais quand les couche populaires ont voulu les imiter pour préparer l’avenir de leurs enfants , ils se sont hâtés pour fermer les portes.

Les notaires  , pour leur part, refusent catégoriquement de réformer le métier  en obéissant à la loi promulguée par le gouvernement qui veut simplifier les procédures  d’accès et d’exercice  pour des milliers de  diplômés stagiaires  exploités  impitoyablement pendant de longues années sans indemnités ni salaire  . Les notaires considèrent leur métier comme un champ privé  , voire une propriété personnelle…Ce sont eux qui  décident d’accepter ou de refuser , de juger les aptes et les inaptes… Le métier a pris des allures sectaires voire tribales… Vous trouverez un couple de notaires , des frères tous notaires , des pères  ,leurs filles et leurs fils… Les uns ne maîtrisent  même pas  l’orthographe de la langue dans laquelle ils sont appelés à rédiger les actes ; les autres se permettent d’ouvrir une multitudes d’antennes  où grouillent des  dizaines d’ « employés » . il y en a ceux  qui gèrent une multitude de cabinets , des pignons sur rue  dans les grands boulevards , des antennes au sein  même de DOHA, de Omrane… Là où il y aurait des clients potentiels… Un chaos total… Le métier reste largement ouvert pour des « hauts » fonctionnaires comme les  magistrats , les conservateurs  fonciers … Des initiés  qui avaient terminé une carrière florissante  entament une autre au détriment des jeunes diplômés  chômeurs…  Cet égoïsme déraisonné  , cette  monopolisation illégale  a fleuri en  des scandales où l’abus de confiance , l’escroquerie ou la pure incompétence sont criards.

Les Adoules, les  architectes et les avocats  défendent leur métier contre les envahisseurs   mêmes bradés de diplômes et détenteurs de la nationalité marocaine Le Maroc des égoïstes. dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES +++++++++++++++++qsedatichca-300x192

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

15-09-2012

Abdalla Laroui , Jammal Din Al Afghani mal appris et compris par les arabes

Abdallah Laroui , dans son célèbre livre  L’idéologie arabe contemporaine ,distingue trois conceptions  de la réalité  fondamentale du monde arabe : la première l’encadre dans la foi religieuse, la seconde dans l’organisation politique  tandis que la troisième  dan l’activité scientifique et technique.

Nous allons tenter d’exposer les caractéristiques  de la première conception car elle est , à notre avis, fondatrice de l’islam politique actuel avec , bien entendu, un réductionnisme appauvrissant.

Foi et conscience naïve et heureuse

Le théologien  musulman  conçoit l’Opposition entre l’occident et l’Orient comme étant corollaire de celle de l’Islam/ chréstianisme. Les conflits et les luttes , les défaites et les triomphes se succédaient  à travers l’histoire  jusqu’à nos jours  . Nous  sommes en effet écrasés sous le poids d’une longue défaite.

« Et quand nous voulons détruire une cité, nous ordonnons à ses gens opulents( d’obéir a nos prescriptions). Mais (au contraire) ils  se livrent à la perversité. alors la pensée prononcée contre elle se réalise. Et nous la détruisons entièrement » Sourate al ²I²srae verset

C’est ainsi que  la théologie avait  fermé catégoriquement  toute autre issue pour l’esprit afin d’essayer de comprendre. Tout est installé par la volonté divine .Le sort est scellé.   Les musulmans se sont éloignés du texte sacré et ont ainsi  porté attente à la raison . En témoignent, selon le théologien  politicien , les mythes  le fantisme,, la maraboutisme , le charlatanisme… Tout ce qui se rapporte aux traditions locales et leur  façon  d’inter réagir avec l’Islam  Des vices qu’une certaine lecture du coran réfute et condamne selon le théologien à la conscience limpide , simpliste et heureuse. Laroui décortique le raisonnement soutenat la réponse de ce même théologien à  des problématiques comme la liberté , la tolérance n la raison . Et au lieu de se pencher sur son histoire , celle des musulmans , il fouille dans les détails de l’Histoire de l’Occident pour conclure que le chretianisme  ne peut prétendre à la la tolérance avec des condamnations et des attaques  humiliantes  contre Galilée  ,Descartes ou même J.J Rousseau. Il aurait du revoir les détails de notre histoire   pour comprendre l’attitude repressive de KHalif Moutawakkil contre Les MOUATAZila… , l’isolement d’Al farabi , l’expulsion d’ Averroes….Abdalla Laroui  , Jammal Din Al Afghani  mal appris et compris par les arabes dans ISLAM : islamisme-Islamologir-Islamophobie-Soufisme-Terrorisme-Média accident1-300x200

Tout est lié à la foi?

Conceranant notre faiblesse  actuel, le théologien l’explique par notre manque de fidélité envers Dieu. La raison  fuit  la répression et les ténèbres  régnantes  au pays des arabes et elle est à la base  de la force de l’Occident .  Mais Dieu appelle à la raison , donc si nous retounons à Dieu nous retrouverons cette raison et nous serons fort…

Le modèle du théologien réformateur est Mohammed Abdou qui a lui-même tout appris de JamajDDine AlAfGhani. En fait la pensée de celui-ci était beaucoup plus riche et pertinente.   SES PROPOS  Trop intelligents pour être appréhendés par des disciples   novices . Selon laroui ce misulman non arabe est à l’origine  de toute la pensée arabe  moderne . voici quelques unes de ses pensées

Jamal DDine était démocrate, socialiste et progressisite

« (…)Ce sont les peuples qui ont engendré les roi et non pas le contraire,(…) l’Orient ne pourrar vivre sans l’existence  d’un chef fort ,correct et qui exercera le pouvoir avec l’approbation de son peuple et loin  de tout despotisme(…) l’Oeient ne pourra se reconcilier avec lui-même sans se réconciluer avec la raison et la science(…) comment le paysan travaille-t-il pour les autres sans pouvoir arracher ses droits ?… »

Posté par TAHRI dans ISLAM : islamisme-Islamologir-Islamophobie-Soufisme-Terrorisme-Média | 2 Commentaires »

15-09-2012

Tawhidi , les anti-islam , la double lutte pour la liberté

Quand les arabes étaient vraiment forts

Abou Hayyan Tawhidi, dans son œuvre monumentale « Al Imta3  wa lmouanassa » (Enchantement et douce compagnie), défend l’arabité et l’Islam d’une manière extraordTawhidi , les anti-islam , la double lutte pour la liberté dans ISLAM : islamisme-Islamologir-Islamophobie-Soufisme-Terrorisme-Média 002-300x225inaire où la finesse de l’analyse s’appuie sur la logique et la vérité. Bien qu’ils aient pu fonder des Etats puissants qui avaient fait d’eux les maîtres du monde à l’époque, les  arabes continuaient de subir des  attaques « intellectuelles » blasphématoires de la part des perses, des romains et mêmes des hindous, c’est-à-dire des héritiers d’anciennes civilisations démantelées par les musulmans. Tawhidi rappelle que les arabes n’ont   construit  ni civilisation matérielle  ni force politique institutionnalisée  comme les perses ou les romains   mais  ils ont pu ériger  des valeurs humaines  très nobles : la générosité , l’altruisme,  le courage . A  travers leur poésie , ils avaient  chanté l’amour , la femme , la  fidélité… Ils étaient en contact direct avec la nature et s’en inspiraient pour vivre . Puis Tawhidi s’attaque aux romains pour leur rappeler leur vice de sacraliser la force physique , aux hindous pour être obsédés par  la magie  et de l’ensorcellement , aux perses  qui , malgré leur civilisation , ne connaissaient l’inceste et  se permettaient de faire des relations sexuelles  avec leurs  mères et leurs sœurs ; chose que certains animaux abhorrent selon Tawhidi… Ils seraient ainsi en dehors de la sphère de la vraie civilisation dont Freud avait délimité la source et les contours

«L’Innocence des musulmans»: un film «anti-islam»

Comment ne pas s’affliger de constater une folie généralisée qui a atteint les musulmans suite à  la projection d’un film d’une futilité criarde sur le prophète SIdna MOhammed? Que manque aux arabes  pour contrattaquer en visant les valeurs sacrées  de l’Occident tels holocauste, les crimes des guerres coloniales , le pillage des richesses  autres pays du monde, la protrction des despotes , le poids de deux mesures…LA PALESTINE…?

Ce qui a eu lieu dans les pays musulmans est une réaction aveugle à une manipulation  bien programmée  qui générerait davantage de malentendus lesquels feraient le bonheurs des forces et des lobbies qui se nourrissent de ces brouilles. l’opinion publique occidentale serait affectée  et convaincue qu’il y a réellement un conflit de civilisations

Des pans de l’Histoire et du réelPhotos-0154-300x225 printemps arabe orient occident printemps arabe dans ISLAM : islamisme-Islamologir-Islamophobie-Soufisme-Terrorisme-Média

Cette  rivalité culturelle ne s’est jamais estompée entre les arabes , les musulmans  d’un côté  et les autres de l’autre . Quand  on reproche aux européens d’avoir organisé des croisades pour attaquer l’Etat musulman, ils ripostent que ce n’était là qu’une riposte  aux guerres expansionnistes des musulmans… Aussi bien  chez les uns que chez les autres ,les confessions religieuses sont carrément  affichées  et le plus souvent réductrices de toutes les autres motivations . A l’image des missions civilisatrices  des temps modernes  qui avaient débouché sur une colonisation pure et simples des pays arabo musulmans et autres, la lutte pour la survie et la domination ne connait point de trêve  tout en voulant la draper dans des idéaux nobles… Une lutte que les occidentaux mènent à l’égard des autres mais en usant de certains moyens  astucieux et élaborés  intelligemment.

Les enjeux économiques  sont à peine dissimilés. Pour les gagner , les forces occidentales  s’acharnent à maintenir le monde arabo-musulman  dans  une ère préindustrielle où il doit  rester l’éternel client .  Tous les moyens et les efforts ont été mobilisées pour mettre à la tête du pouvoir des élites corrompues  antidémocratiques , antipopulaires et même antipatriotisme. L’analphabétisme , sur tous les plans , est culivée d’arrache pied. La répression bat son plein . La misère  esr assumée comme la fatalité.  Sur un autre niveau, un état est monté  de toutes pièces  au cœur de ce monde arabo musulman  pour gêner son développement et éterniser ses souffrances … Tous ces facteurs et d’autres sont en jeu pour assurer la suprématie de l’Occident.    Les derniers événements que connaissent les pays arabes et qui esquissent un certain printemps   expriment incontestablement en apparence au moins la volonté de se défaire de ce joug impitoyable . Il serait pertinent de dire que ces révoltes ont eu lieu  sans prémisses et à un moment où une autre lutte interne,musulamn / Muslman, était en cours entre les forces démocratiques progressistes et les conservatrices salafistes.  En témoignent l’assassinat de certains intellectuels, politiciens  et artistes comme Faraj Fouda , Lounès Matoub ,Hasni, Omar Benjelloun. Les procès intenté contre Adel Imam, Nasr Zaid  , les attentats perpétrés contre Najib Mahfoud,Haidar Haydar,la comapgne de dénigration contre ZEfzaf et Choukri…

Nous pouvons dire qu’il s’agit là d’un dédoublement  de la lutte que mènent les arabes vers la liberté et l’avenir… UNe multiplication d’obstacles

L’avantage est actuellement   en faveur des conservateurs  intégristes  se réclamant à cor et à cri du l’islam fondamentaliste qui prêche le retour aux pures sources  0091-300x225… Une misère généralisée, une corruption florissante, un système éducatif défaillant voire même en faillite, des mass média  qui  entièrement consacrée  à la propagande où dans des cas mystérieusement extrêmes se fixant comme objectif d’exhiber les blessures  pour les putrèfier  en vue de se déjouer des consciences et les manipuler , tous ce marasme est géré par des régimes politiques dictatoriaux. Autant de facteurs qui ont  engendré ce déséquilibre   intellectuel, social et politique.

Posté par TAHRI dans ISLAM : islamisme-Islamologir-Islamophobie-Soufisme-Terrorisme-Média | 1 Commentaire »

14-09-2012

Les resquilleurs , les contrôleurs et les égoïstes dans les bus de Casablanca

Comment en est on arrivé là?

Les resquilleurs , les contrôleurs  et les égoïstes dans les bus de Casablanca dans CASABLANCA  CASARUINA 004-300x225

Il était midi quand j’ai pris le bus du centre ville  pour me rendre chez moi. il était sur le point de démarrer et tous les sièges étaient occupés. Un vieil homme   appuyé sur des béquilles essaya de s’accrocher à la  barre verticale  mais  s’enroula  subitement  sur le sol du véhicule   dès que ce dernier  démarra.  Je me suis hâté pour lui donner un coup de main .il était étendu   dans le passage  en train de vociférer les plus grosses insultes à l’égard du conducteur. A droite , il y avait une dame voilée assise en face de son gosse  avec qui elle parlait sans daigner réagir  face à cette masse de chair vivante  inerte mais « sonore » allongée à côté d’elle. A gauche ,un homme à la barbe touffue jetait un regard indifférent exprimant la gêne et le dégout. J’ai soulevé  péniblement l’homme  sans que les passagers me donnent un coup de main . Même quand  j’ai demandé à la dame et au barbu  de libérer un siège pour instaurer l’handicapé, ils ont feint de  ne pas m’entendre. J’ai  avancé et j’ai demandé explicitement à un autre homme de lui céder sa place , de m’aider à l’y mettre .   L’homme  sans force paraissait en léthargie mais sa langue était toujours active…

J’étais vraiment scandalisé de constater  chez mes compatriote ce degré élevé d’égoïsme , cette absence

totale des sentiments de compassion , d’altruisme , de pitié… Mais comment  en est-on arrivé là ? j’ai commencé à balbutier quelques paroles pour exprimer mon mécontentement interne … La dame voilée m’apercevait  et  racontait le fait  à une autre passagère assise dans l’autre rangée .J’ai pu entendre qu’elle disait de moi que j’ai eu de la pitié et ….Puis j’ai aperçu un siège libre derrière le barbu. Je m’y suis dirigé et je m’y étais assis bien que j’aie  trouvé un petit tapis  sur lequel on priait d’ordinaire. Bien entendu , j’ai  compris que c’est un siège qu’occupait « illégalement » le receveur, c’est une manière de le réserver et peut-être d’insinuer aux passagers et aux autres qu’il était un homme de bien qui fait la prière  assidument et ponctuellement. J’ai commencé à contempler de derrière  le barbu drapé dans  une gandoura, il lisait et relisait une feuille   relative à la scolarité dans une école privée  d’un  enfant qui serait le sien . La feuille contenait les  frais et  la liste des fournitures scolaires. Certainement c’est ce qui causait sa mine assombrie  et son regard glacial. Le receveur sans vergogne vint pour récupérer son siège.

Maudite soit la misère!!

Le bus devenait  bandé sans que je m’en rendis compte. Le vieil homme  handicapé s’était recroquevillé sur lui même , il ne parlait plus.  Je me suis trouvé  suspendu  et enchevêtré   avec  les autres corps  quand une équipé de contrôleurs  monta   . Le premier resquilleur dévoilé était un vieux jeune homme  , très  maigre et mal habillé. Il  riposta au contrôleur qu’il venait de monter , qu’il n’a pu trouvé le receveur et la preuve c’était qu’il tenait l’argent dans sa main .  le contrôleur refusa de l’excuser , et lui  parla  d’un ton menaçant …  On haussait la parole , les choses allaient tourner au vinaigre   , le contrôleur fort de l’équipe qui l’accompagnait,  était assez arrogant  vis-à-vis du pauvre jeune vieil homme…Soudain, une vague de solidarité envahit le bus, de partout on entendait : «  laissez-le , il vient juste de monter » Une vieillie femme se montrait très engagée dans son témoignage et sa défense , il interpela les contrôleurs et  leur dit en plein public : «  moi  qui vous parle , je n’ai jamais payé le bus  depuis presque cinquante ans , au moment où il y avait ces bus électriques qui reliaient le  centre ville à Sbata et à Ain Choq… Le billet ne coûtait que 20 centimes. Je me disais souvent que la  compagnie de transport est riche tandis que moi je suis pauvre ; maudite soit la pauvreté oh mon fils… Une fois ma fille était hospitalisée ,  allais je payer le bus et ne pas lui acheter du lait ? est-ce raisonnable ?… moi je suis une pure casablancaise mais je n’ai pu sortir de la misère. Ceux qui resquillent  sont des purs casablancais. Ceux qui viennent d’ailleurs surtout de la compagne ne pourraient le faire. »
Excès de zèle

Je me faufilais entre les corps entrelacés pour m’approcher de la porte  quand j’entendis une jeune femme voilée reprocher à l’un des contrôleurs de lui’avoir  fouillé cyniquement  son portefeuille. Il  ne se contenta pas de la carte   de gratuité  en bonne et due forme qu’elle lui  eut montrée. Elle lui dit que son mari  , avant son décès, était employé titulaire dans la compagnie de transport.  Il l’invita à imaginer un tel comportement à l’égard de son épouse et de ses enfant  après sa disparition…

Le bus   prenait l’allure d’un bain maure de la médina la veille d’une fête religieuse. J’ arrivai à ma destination et  je   descendu en hâte.

Posté par TAHRI dans CASABLANCA CASARUINA | Pas encore de commentaires »

08-09-2012

Qui a saboté l’école marocaine, pourquoi et comment?

Une feuille de route , un programme   royal réformateur !   mais qu’avez-vous fait durant ces décennies oh courtisans sinistres ??!!

« Une feuille de route » , «  un programme royal pour réformer le secteur »…Que d’hypocrisie ! que de démagogie§ Que d’irresponsabilité !  Ils veulent dire que finalement  la parole humide susceptible de  germer est arrivée. Mais ils sont des menteurs. Le roi n’a dit que ce que la logique impose . y a-t-il une éducation et un enseignement qui ne se préoccupe pas de dynamiser la synergie  bonheur du citoyen / progrès du pays ?

La parole des victimes est sèche car ils sont les témoins d’un meurtre et d’une simulation de meurtre dans toutes les dimensions du sens du terme.

En vérité , ces « esprits », ces « djin » selon l’appellation de Ben Kirane  œuvrent d’arrache-pied pour maintenir les masses dans l’ignorance, le désespoir  et l’indigence. Aussi bien les enseignants que les apprenants sont acculés  à tourner en rond.

La stratégie   du maintien des masses dans l’ignorances et l’indigence va –t- elle changer ?

Les enseignants sont ainsi soumis à des processus déshumanisants  et déshonorants, à savoir la momification , la pression transcendante  capricieuse absurde des responsables, le mépris total des efforts personnels, l’excitation  des instincts de survie et de la ruse , l’abreuvage dans les auges de la fraude, de la paresse, de l’opportunisme …

La momification consiste à garder visible le corps d’un mort. Bien entendu, c’est pour des besoins culturels ou existentialistes… La bêtification est sa corolaire. Les enseignants , dès  qu’ils s’embarquent dans ce métier  sont appelés à se débarrasser de leurs âmes , de leurs ambitions , de leur rêves… La note ministérielle 504 interdisant la poursuite des études est révélatrice de cette volonté de momification.  Imaginons  des enseignants démunis de toutes volonté de se distinguer  d’assouvir leur soif du savoir   , de palper d’autres horizons à leur existence , d’espérer… Comment pourraient-ils créer l’espoir chez leurs élèves alors que le leur est  meurtri ?  Dans un secteur comme l’enseignement , la nécessité de s’épanouir va de pair avec la volonté  d’épanouir les autres. Si on est condamné à la résignation , notre action sera stérile. Bien entendu , je parle d’une classe d’enseignants  qui a été terrassée, écrasée , vidée de l’essentiel de sa vie.

Le processus dans lequel évolue le processus éducatif est complètement opaqu

e. Une fois meurtri, ces enseignants  vivent à la merci  de la volonté transcendante des autorités qui laissent le plus souvent agir leurs caprices qui prennent souvent les proportions absurdes   .  La relation qui lie les enseignants et les responsables , aussi  mesquins soient- ils, est d’ordre hégémonique  et coercitive .

Par le biais  des examens professionnels, des concours internes , des affectations en dehors du cadre de la classe… ces djinnss  metteQui a  saboté l'école marocaine, pourquoi et comment? dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES 101-300x225nt la main sur le corps  enseignant et  étouffent tout cri réfractaire contestataire. La mascarade est là mais il n’y a pas de possibilités pour la fuir surtout avec l’affaissement des syndicats et leur instrumentalisation par des « militants » qui profitent largement de cette opacité et  cettefolie qui règnent dans le secteur.

Les brebis galeuses sont sévèrement châtiées. Tout effort personnel est sinon interdit du moins négligé. L’acquisition du sa voir et du savoir-faire st l’ennemi numéro un de ces responsables irresponsables.  Des profils disparates sont mis dans le même sac ; bac plus huit  est dans le même situation qu’un niveau bac plus deux ou trois années.  Un diplôme acquis ou une action volontaire entreprise  en faveur des apprenants est l’occasion pour ces  djinns saboteurs  pour te corriger…

Des djins installés dans l’opacité totale  des égouts  bureaucratiques de l’état . Personne ne leur demande comment et pourquoi ils sont là à déverser leur venin . Ils sont les véritables responsables des maux de l’écoles marocaine .

Dans ces conditions dégradantes moralement et matériellement , la majorité des enseignant

s se  trouvent dans l’obligation de se bousculer vers les auges  de la fraude , de la paresse , de l’agressivité  pour s’abreuver et survivre. LEs valeurs de l’opportunisme , du favoritisme et du népotisme sont devEnuEs  une monnaies courante dans le domaine .  Comment donc enseigner et apprendre aux élèves la citoyenneté et la responsabilité quand  on est dans cette situation ? D’ailleurs la ligne verte Mise à la disposition de tous » les citoyens » pour traquer les enseignants leur porter préjudice est révélatrice du mépris et  de la haine  qu’on éprouve à l’égard de ces bâtisseur de l’avenir du pays. Ce sont des mesures apparemment en déphasage total avec ce que  le roi a exprimé dans le discours du20 ouât. D’où la question naïve suivante ; QUI DECIDE QUOI DANS CE PAYS ?

 

CIMG_0001-e1347068538386-212x300 courtisans maroc dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINESIMacte-naaiassaaasbgsag-e1347068410987-300x215 roi école marocaine

 

 

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

08-09-2012

Le mépris des enseignants et le mal de l’école marocaine

Leur parole est  sèche ; qu’ils se taisent ces enseignants pleurnichards !

Le marasme du secteur de l’éducation et de l’enseignement au Maroc est  vraiment nauséabond. c’est un vrai cauchemar où  le malaise  terrifiant épouse le silence mortel. Une inflation de paroles qui a fini par banaliser la parole. Et  le silence s’impose ! car la parole des acteurs est tout le temps considérée comme étant sèche, c’est-à-dire une parole indifférenciée, sans conscience  de soi,  absolument ignorée voire rejetée …Parole asséchée  qui a engendré la stérilité. Car si si elle était considérée comme étant humide, elle aurait pu germer .Audible , elle serait l’expression d’une semence et  se serait  enroulée autour de la matrice  pour féconder le germe et créer l’embryon . Et priver quelqu’un de parole c’est le priver de raison et d’intelligence…Car la parole  symbolise avant tout  la manifestation de l’intelligence dans le langage, dans la nature des êtres …

Les acteurs sont les actants  qui interviennent dans le processus de l’apprentissage et de l’éducation , c’est-à-dire les enseignants en premier lieu puis les parents et les apprenants … la parole humide serait  responsable et institutionnalisée…Autrement , elle serait sèche , rejetée et inutile…

Est-ce donc vrai que ces enseignants n’ont point la capacité de produire une parole humide à même de fertiliser  le sol ou bien un acteur hiérarchiquement supérieur veut se substituer à eux pour exécuter d’autres plans , secrets peut-être, qui sont aux antipodes des leurs ? Mais d’où vient cette suprématie ? Qui la justifie ? A-T-elle FAIT SES PREUVE S ?  A-t-elle été sanctionnée ?

Le roi a présenté une feuille de route, Qu’on entame la réforme de la réforme de la réforme !

Le 20 août 2012, SM le roi Mohammed Six a rappelé  la vérité amère selon laquelle    le système en place actuellement  est encore défaillant malgré tous les efforts déployés ;
«Ce système, a-t-il souligné, qui nous interpelle aujourd’hui, se doit non seulement d’assurer l’accès égal et équitable à l’école et à l’université pour tous nos enfants, mais également de leur garantir le droit à un enseignement de qualité, doté d’une forte attractivité et adapté à la vie qui les attend».  En véritable pédagogue didacticien, SM le Roi  a appelé à ce que   les approches et les méthodes en vigueur à l’école  soient révisées en vue de  passer d’une logique d’enseignement centrée sur l’enseignant et limitée à la transmission des connaissances notamment par la mémorisation, à une autre logique fondée, elle, sur la réactivité des apprenants. Elle doit être prioritairement axée sur le renforcement des compétences propres de ces derniers et leur donner la possibilité de déployer leur créativité.
Les valeurs de citoyenneté et de responsabilité  seraient , selon le discours royal, les fondements d’une nouvelle révolution qui confère aux jeunes un rôle de premier plan dans la construction du Maroc de demain. Autrement dit, la jeunesse est appelée à s’impliquer davantage dans ce choix stratégique . L’école doit ainsi  « former les générations montantes et  les préparer à s’investir pleinement dans le processus de développement et de progrès démocratique de la société d’institutions nouvelles…

Le discrédit est donc jeté sur toutes des réformes et ces réformes de réformes qui ont coûté des millions de milliards au trésor public en vain. Un canular.

Cependant, la question essentielle reste absente , pourquoi  tant d’  échecs cuisants ? A qui profite toute ce  désarroi ? Les apôtres  de l’éducation dans ce pays sont ils vraiment nuls au point d’ignorer pareils principes  qui gèrent l’éducation et l’enseignement   partout dans le monde ? Le roi est-il obligé de montrer  aux responsables  ce qu’ils doivent faire ?

Tant que ces questions demeurent sans réponse, la voie de la réussite sera brouillée.Le mépris des enseignants et le mal de l'école marocaine dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES 047-300x225031220093340jjjj-300x225 Maroc educaton ensegnement crise de l'école dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

07-09-2012

Comment devenir fonctionnaire au Maroc?

hes!press 19 – عبيد الله مبارك والعاونيةالأربعاء 05 شتنبر 2012 – 17:21

الله انجينا وينجيكم من جربة ،
موظفة بإدارة السجون المسماة عائشة العوني وزوجها موظف متقاعد من ادارة السجون مستواها ادراسي اعدادي تتقن فن البحلسة و البلبسة وتقبيل اليدين ، نالت السلم 10 واصحاب الاجازة مزال في سلم 6 لماذا ؟ لان عبيد الله مبارك ويحيى وعلي كتقدي ليهم اغرادهم ؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟؟ وظفة ابنتها خديجة جابر بإدارة السجون وابنها بإدارة السجون
ومازال كتجري باش توظف بنتها بإدارة السجون الموظفين كلهم عايقين بيها ، اوليدات الشعب كيتسناو النتيجة ديال امتحان ، والسيد بنكيران الرئيس المباشر والمسؤول الاول عن قطاع السجون لا اتر له ،المعطلين كياكلو لعص في شارع وعائشة العوني كتوظف ولادها بتحزار ابوسان الريوس ، في هاد الحالة نحن مجموعة من الموظفين نطالب بفتح تحقيق،
مندوية السجون تحول 

Les informations contenues dans ce commentaire  au sujet du PJd au pouvoir sont d’une importance capitale pour les marocains.  Benkirane et son équipe sont ils impuissants au point de s’aveugler sur de telles pratiques ? S i l’on croit  l’auteur de ce commentaire , le Maroc  continue , plus que jamais, sa descente vers les bas fonds de la pourriture et de l’injustice . Benkirane qui a manifesté une intrépidité infaillible  face aux doléances légales des diplômés chômeurs ,  a agi apparemment non pas pour appliquer les lois  mais pour persuader le makhzen  de son ressentiment  à l’égards  des aspirations du peuple marocain.

Les concours et les tests ne sont que des moyens légaux pour liquider les réclamations légales des diplômés chômeurs.. Une telle information, si elle s’avère véritable, serait un opprobre sur le front de cette équipe gouvernementale  incompétente. A mon avis , un tel détail dénue  tout sérieux et toute légitimité  à l’action  entreprise par le gouvernement .

Ce gouvernement va-t-il imiter son ministre de l’Education (qui a mis à la disposition des élèves et des parents une ligne verte pour dénoncer les enseignants absents ou retardataires ) et prêter ses oreilles  en vue d’apprendre les scandales commis en son nom ? Ou bien il va tout simplement  nous tarauder par  ses plaintes et ses  ses mythes ? I’agit là de ce qui préoccupe réellement le peuple exposé à la misère et à l’injustice. Le ministre du Men a poussé son excès de zèle jusqu’à l’absurde et le mépris  tout en croyant pouvoir agir sur les réalités engendrées par une politique désastreuse dans le domaine de l’éducation.

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

03-09-2012

Du folklore sur du folklore: la grammaire de l’absurde

ME voilà donc fidèle à ma fièvre et cherchant tous les moyens pour la tempérer car elle campe en moi. Moi aussi , je rentre chez moi  la tête lourde et le cœur gros. Aujourd’hui COMME HIER , NOS Espoirs  PARTENT EN éclat SUR L’AUTEL des passions  décrépies et rouillées

Commençons par cette fête d’allégeance qui a secoué les consciences citoyenne des libres  au point de les rendre de véritables révolutionnaires. Dans ce soulèvement   historique , l’intégriste  avait valsé avec le progressiste   ; le  fanatique avait enlacé le laïc… A bas  l’esclavage  et l’humiliation du peuple au XXI siècle.  Mais est-ce que le peuple est réduit à cette horde d’opportunistes qui se bousculaient pour  festoyer avec  le roi?  Donc le laïc progressiste  accompagné du fanatique intégriste veulent faire raisonner , conscientiser et défendre  l’honneur bafoué de l’opportuniDu folklore  sur du folklore: la grammaire de l'absurde dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES 315476_338264929592562_1798470717_n-300x243ste arriviste. Drôle de situation qui révèle que les passions    en ébullition  faussent complètement toute conception rationaliste…

C’est une occasion en or pour les responsables , y compris Benkirane , afin de se désengager de leur devoir de trouver des solutions adéquates  à nos problèmes.  lS  en sont complètement dispensés. Celui qui crève de désespoir et de misère se fout carrément de l’allégeance et de la fête. C’est son existence qui est en jeu. Le comble  DE L ABSURDE c’est que notre presse n’a d’intérêt que pour le devenir  et des soubresauts  de la relation palais / PJD . On oublie qu’il ya des marocains qui ne peuvent se soigner  et souffrent jusqu’à rendre l’âme. Des jeunes qui galèrent jusqu’à la lie du consternation . Chômeurs , toutes les portes sont fermées devant eux. Ils ont vieilli en avalant les mensonges et  se gavant des illusions . Une école truffée d’astuce  semés par les ennemis du Maroc en vue d’enfoncer les populations dans  le marasme de l’ignorance et la médiocrité et  les ténèbres de l’inaptitude intellectuelle et éthique . Il s’agit d’un champ qui a été laissé libre aux ennemis de la patrie . Déserté , on croit que tous les honneurs se Trouvent ailleurs . Une justice qui ensanglante les âmes et  assombrit le !pays … On a oublié qu’au moment où cette tempête et ces remous hypnotisent et   clouent au piloris  les sens  , des sommes d’argent colossales sont transférées illégalement à l’étranger, des citoyens sont déplumés ci et là, des enfants envahissent la rue , des pots de vin arrosent l’arbre de la corruption , de l’insécurité qui deviennent endémiques dans nos villes…

Une manifestation folklorique et rien de plus .QUANT à NOTRE HONNEUR , NOUS L’AVONS PERDU depuis belle lurette au moment où  on avait avalé les couleuvres , où on s’état laissé cribler de paroles mensongères  tout en se taillant des vérités sur mesure.

Bien entendu , cette manifestation folklorique doit être revue voire abolie . C’est un un propos raisonnable mais il ne mérite pas toute cette  transe houleuse qui  a trop émerveillé JAAFARI, l’antenne de BACHCHAR à l’ONU  au point de nous trouver  inaptes pour dénoncer  le massacre du peuple syrien. En fat, si on est  contre la monarchie , il faut avoir le courage de le dire sans détours n <zg<zag .De même si on est pour, il faut agir de la sorte et se manifester courageusement.  Nul n’a le droit de  se jouer de l’avenir et de la stabilité du pays.  Un deuxième rond de réconciliation et d’entente doit avoir lieu.. Il s’agit de réhabiliter les victimes célèbres de l’arbitraire de la Justice et de la Hiérarchie. Car le plus souvent , les grandes injustices  engendrent inéluctablement de grandes passions rancunières. Les cas de Ben Seddik , d’Adib et de Jamai en témoignent. Un débat public doit avoir lieu  pour  décortiquer et éclairer les procès bidon et  les magouilles des malfaiteurs qui profitent de ces  agressons perpétrées contre des militants  soucieux du ben être de leur pays. ce ne sont pas des chroniques et des dépêches de presses qui rendraient compte des soubassements du procès d’ Adib , de l’engrenage infernal de Ben Seddik ou de l a faillite !programmé du projet  lumineux de JAmai.

Le  Pjd , qui aurait été victime d’ une interdiction arbitraire de  tenir la séance de clôture du congrès de sa  jeunesse à Tanger, doit agir et réagir sinon la confusion  nous emporterait fatalement Il est inconcevable qu’un part qui mène le gouvernement soit frappé de plein fouet sans qu’il    crie scandale   …

Une rentrée marécageuse sous les auspices de l’incertitude et de la douleur0281-300x225 Maroc monarchie allégeance dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES, Non classé | Pas encore de commentaires »

va95 |
Brèves de canapé |
Aequalis |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La marche européenne des pa...
| Me Olicier PIERICHE
| Hélioparc, une bien sale hi...