Archives pour mars 2013

31-03-2013

L’école marocaine entre la violence et les viles compromissions

2013-03-31 12.06.34Le malaise social  et le bricolage  inefficace

Un malaise profond  dérègle la société marocaine. Le processus du bricolage politique , économique , social et culturel semble  avoir atteint ses limites. Une société vraiment bloquée  est en train de se rouiller, de se désarticuler : une profanation systématique  de toutes les valeurs  et  une destruction totale de  toutes les logiques. En témoigne   par exemple la violence accrue  au sein des établissements scolaires dont les victimes sont les éducateurs et les enseignants. Des dizaines d’agressions phénoménales   ne sont point arriverées à attirer l’attention de la société « civile »  , alerter des responsables où des « chercheurs »…Et c’est là que le bât blesse : y a-t-il  quelque chose  qui mérite plus d’importance que l’avenir   d’un pays ?   L’échelle des priorités est entièrement renversée. Nos responsables,  nos « militants » diraient que  la politique , la constitution , les pouvoirs du roi sont , entre autres , des préoccupations urgentes . Soit, mais comment allons-nous ériger notre édifice futur si les bases sont  creuses ? Pourquoi nous n’essayons pas de méditer l’exemple de la Tunisie et de l’Egypte pour en tirer profit et entamer l’action sérieuse qui consiste à sauver les générations futures  en sauvegardant les valeurs motrices de l’action éducative ?

 

Ecole , violence et lynchage officiel

L'école marocaine  entre la violence et les viles compromissions  dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES 2013-03-31-12.06.28-300x225

Des élèves avaient grièvement blessé des éducateurs à Salé à Fès, à Casa ,à Marrakech partout au Maroc.  Au lieu de pallier à la situation et d’ouvrir un débat public  au sujet des valeurs sociales qui sont en train de s’écrouler ,le ministre   procède à un lynchage officiel et public des enseignants. Il a même comptabilisé les certificats médicaux présentés…Il  veut  faire endosser la faillite d’une politique  fallacieuse à de pauvres enseignants qui  rampent péniblement   la pente sociale bien  loin derrière leurs  homologues   de l’intérieur ou de la Justice .  L’état , à travers ses responsables , se montre trop frileuse pour entamer une réelle réforme du secteur. Les professionnels savent bien que les slogans scandés haut ,de temps en temps ,par les responsables  ont pour  objectif de couvrir des actes illégitimes :vandalisme ,  pillage et  sabotage de l’avenir du peuple par certains de ceux qui sont censés  lui apporter des solutions …

Des budgets avalés  , des ratés  sont éternellement honorés

Des budgets colossaux sont partis en fumée sans le moindre résultat ou même trace. Aussi l’actuel ministre est-il  un parfait démagogue qui  passe ses journées  à   taquiner les enseignants, à les menacer   et à les mépriser  au lieu   de s’attaquer aux  couleuvres   du ministère  …Des ratés qui devraient partir à la retraite  sont honorés  par de nouvelles misions et responsabilités …La plupart  d’entre eux  ont un parcours répugnant   et une décrépitude effrayante. Mais la raison politicarde  est  déterminante   quant à leur choix. La répartition des  nominations de directeurs d’ académies  étaient équitables entre les partis politiques. il s’agit d’une tradition  révélatrice d’un esprit mafieux  où toutes les lois et les morales sont bafouées, où l’esprit  est criminel et tribal    .Il importe de rappeler que tous les postes de responsabilité dans les délégations  et les académies  sont confiés à des « militants »  « syndicalistes »  et «  politiques » selon un quota bien défini. Il en  a résulté un dysfonctionnement profond  de ces services   ,  parfois une vilenie   criarde    cautionnée par les syndicats   ayant eu leur part du gâteau.

Ce que les syndicats et les partis taisent*

C’est là un aspect caché de la pourriture qui    a fini par corrompre le secteur de l’enseignement et de l’éducation…Un secteur qui est toujours considéré comme un champ fertile pour le proxénétisme  , qui se réduit au  clientélisme dans sa version la plus infâme .Car  si c’était vraiment   du proxénétisme politique , on aurait compris  le fait tant qu’il serait au service d’un tel ou tel parti politique…Mais le malheur c’est  que les types les plus louches  sont propulsés  vers les responsabilités les plus sensibles… Les syndicats n’évoqueraient jamais de telles compromissions fatales au détriments de la justice de la compétence et de l’intérêt suprême de la nation. S’il y  a une cause profonde  au mal qui ronge notre enseignement , ces absurdités en seront  l’exemple typique .

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

24-03-2013

Les Alioua , les Allou ,les futurs mendiants Benkirane un homme de paille

Les Alioua libérés Allou désespéré

Khalid , Larbi, Youssef et autres membres de la famille  Alioua  arrêtés pour détournement de fonds et malversation viennent de quitter la prison pour  jouir de leur liberté « provisoire ».Ben Allou et Cie  réclament les mêmes mesures    …Les mêmes  délits , les mêmes appartenances politiques et régionales . Quand Alioua  était libéré , Ben Allou  affichait un optimiste  large lors de  sa dernière apparition devant le juge. Aussitôt sa libération « provisoire » fut elle refusée qu’il s’ écroula de dépit et de désespoir .  Mais pourquoi offrir à Alioua ce qu’on refuse à Ben Allou ? Il y a le geste  du roi , il y a aussi cette fameuse défense assurée par un Lachgar  promu au rang de leader socialiste du Maroc…Pour ce qui est de Ben Allou , peut-être le bilan est lourd… Des sociétés en Europe , des villas , des  bâtiments… Ou par ce que c’est un petit mur , une appartenance timide à la gauche, sans parti ni  leader maître…Ou bien il faut brouiller les cartes et occuper les esprits.

Car ni Allou , ni Alioua  ne seraient inquiétés  , ils garderaient ce qu’ils avaient   happé .

C’est la loi chez nous. Tous le marocains aimeraient se trouver à la place d’Alioua ou de Allou. Quelques mois de prison pour  avoir renfloué ses poches de milliards c’est  un réve chéri de tout chacun. Certainement de la poudre aux yeux. Car partout il y a des Alioua et des Allou, ils ont toujours le pouvoirs , leurs biens volés  sont toujours là, étalés ostentatoirement…

Allou , le petit mur  et le couple téméraire

car Yasmina et son époux Ali ont battu tous les records en ce qui concerne la dilapidation des deniers publics et ils sont toujours là…Ali défie tout le monde et se joue  passionnément de la FRMF  et du foot national. Oui le foot autour du quel gravite quelques trente pour cent de l’économie mondiale. Insoucieux car intouchable , le couple téméraire … L’union européen  , qui   fait tourner l’euro sept fois dans la poche avant de le  sortir, a crié scandale  en découvrant que ses dons pour développer la santé nationale  se sont trompés de  destinations et sont retournés sans visa  à Paris   pour servir d’achat de beaux appartements…

Une question majeure se pose : mais pourquoi de tels types  prétendant s’ apparenter au patriotisme , au militantisme à la  gauche carrée agissent comme des affamés ?

Pourquoi Alioua avait-il  offert des postes  à tous les membres de sa famille  dessinant  caricaturalement   les contours du népotisme marocain : arrogant, aveugle, lourd, nauséabond… Qu’avait-il appris durant toute sa vie dans un parti comme l’UNFP ou l’USFP ?  Ce n’est pas une simple faute, c’est toute la crédibilité de la gauche qui  s’est effondrée… Sans vergogne  ni crainte, un cynisme absolu digne d’être analysée dans les grands laboratoires  de la psychiatrie des manifestations de la folie humaine. Ne s’est-il pas comporté comme un écervelé ?

Moi je suis un petit citoyen paisible  ,

un petit fonctionnaire  à qui l’état a barré tous les chemin de la promotion professionnelle .Parce que dans ma ville , il n’y avait pas d’ambulance pour transporter ma mère à l’hôpital, je l’ai vu agonir devant mes yeux après des heures et des heures d’attente. Il y a un mois , mon cousin , âgé de 24ans ,  avait rendu l’âme  car sa famille ne pouvait lui payer les frais d’une chirurgie cardiologique. Tous mes frères et sœurs chôment avec leurs diplômes.  Moi aussi je suis malade. Je crains pour mon avenir  , on commence déjà à nous préparer  à une éventuelle  faillite des caisses de la retraite. C’est à dire que

nous serons de futurs  mendiants…

BenKirane , qui devrait ouvrir son parti aux masses , prendre des mesures efficaces pour améliorer les conditions de vie et éradiquer la prévarication, passe son temps   dans des guéguerres interminables contre le PAM et les fantômes… Yasmina , Ali ,Farrae,  Abdelmoumi ,Alioua , Allou Fatiha Bennis et Cie  sont tranquilles, ils ne craignent rien  Car le gouvernement et la nouvelle Constitution  ne sont que formels.   De toute façon , la vraie bataille de la démocratie    n’est pas pour demain…L’injustice  et l’inégalité sociales  s’épanouissent. BenKirane semble   avoir d’autres chats à fouetter  que le souci d’aider la majorité absolue des marocains  à  accéder à la vraie citoyenneté. Un vrai homme de paille malheureusement.

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

21-03-2013

Parcours marocains 4 Quand le Maroc s’est soulevé pour sa dignité

L’homme au tarbouche rouge   et à la djellaba  élégante 

voulait se mettre debout, il éprouva apparemment des difficultés, je lui  tendis ma main, il me remercia et se dirigea péniblement vers les toilettes. L’autre se mit à me dévisager .Son regard enfantin exprimait à la fois  la stupeur et la volonté de réagir. Mais il ne dit mot. Le couloir où nous étions placés se vidait de plus en plus. La plupart des médecins étaient déjà arrivés. La majorité des patients étaient des vieilles femmes  dont certaines étaient sérieusement souffrantes. Mon  voisin retourna, il marchait lentement …Je l’aidai de nouveau à s’assoir en lui donnant le journal qu’il m’avait confié … L’autre  dit en guise de conclusion de son expérience :

«  Dieu programme tout, il faut juste être capable d’exécuter. Cependant, il faut ajouter à cela que j’avais l’aptitude à dispenser des cours en français  contrairement à la majorité qui étaient des fqihs recrutés le lendemain de l’Indépendance pour  enseigner dans les écoles modernes. »Il s’adressa à l’autre : « je crois que toi tu es arabisant. » « Oui »répondit l’autre  en souriant. Puis il prit volontiers le relais  pour  raconter son expérience avec l’enseignement  à la campagne et l’histoire de son entrée  en ville :enu m

comment je suis devenu maître dans la région de Oued ZEm

« J’étais désigné maître d’école en 1954 ou 55.J’ai fait mes études dans mon douars   dans la région de Oued ZEm. Notre fquih ; que Dieu ait son âme en pitié, s’appelait Si Touhami, on apprenait le coran  à l’intérieur des chaumières. Puis j’ai rejoint Marrakech où j’avais poursuivi mes études  dans l’Ecole de Ben  Youssef. J’étais donc désigné comme maître dans l’école de Souk Sebt. Quand j’y étais arrivé, le  défunt caïd  Daoui,  m’a offert un logement  chez lui en contre partie de donner des cours à ses enfants. Ce caïd était très généreux .Durant deux années, j’étais pris en charge par lui. IL y avait peu d’élèves. Rares étaient les parents qui  avaient conscience de l’enseignement moderne. II y avait ceux qui partaient puis revenaient .D’autres qui ne pouvaient pas sinon survivre du moins  résister aux maladies  et épidémies infantiles  mortelles de l’époque. Le maître du français était un français, très sérieux  qui jouait le plus souvent le rôle de conseiller social.  Des élèves  qui n’avaient pas le même âge, qui venaient à la classe pieds nus,  drapés seulement dans des djellabas qui cachaient à peine leur corps.  Je touchais presque 120 Dh, ce qui était une fortune à l’époque… En 1953, le protectorat français avait exilé  feu Mohammed Cinq et avait intronisé Ben Arafa.

Arabes et berbères pour Le retour de Mohammed V , pour la liberté du Maroc et contre la colonisation fraçaise

Lors de la deuxième anniversaire de cet exil              ….    Des  fils  du Caïd avaient pris part à cette attaque.C’était le samedi, la révolte battait son plein  inspirée de la  spirale de violence qui secouait le Maroc. Les autorités françaises avait  resserré l’étau  autour des grandes villes comme Fès, Casablanca ou Marrakech. Ces mêmes autorités  prenaient les tribus berbères pour des alliés inconditionnels qui étaient pour l’exil de Mohammed Cinq  e, pour l’intronisation de Mohammed Ben Arafa  contre la politique de l’arabisation .Or il avait eu un .soulèvement inattendu de ces mêmes  tribus contre les Français. , Ce changement de camp était  brutal. Descendant des collines, des milliers de cavaliers berbères et arabes  des  tribus Ouled Aissim, Bni Khaïkan et les Smaila se dirigeaient  alors vers la ville d’Oued Zem, Ils avaient attaqué un minerai     et avaient tué  sauvagement  des français  en incendiant leurs demeures. C’était atroce, un français  voulait éviter l’asphyxie en se mettant dans un peignoir plein d’eau Ils envahissaient le quartier européen, mettaient le feu aux maisons et tuaient sauvagement les Blancs qu’ils rencontraient. Pendant que l’horreur régnait à Oued Zem, les survivants français se réfugiaient n’importe où.

Le lendemain les français avaient  organisé leur contre-attaque en faisant une descente musclée en pleine compagne
. Lorsque les troupes françaises, surtout des légionnaires, arrivèrent, l’ordre fut  de ne faire aucun prisonnier. Des combats éclataient. Pour briser le soulèvement, le général Raymond Duval parachute des troupes d’élite. Les combats duraient trois jours et font quelque 1700 morts. Ce deuxième anniversaire du renversement du sultan Ben Youssef était  souligné de façon très sanglante. On avait arrêté tous les jeunes issus de ces tribus. Ligotés, on les avait fait s’assoir sous le soleil  et sur les épines pendant des journées toutes entières.la répression était totale. Les enfants du Caïd Daoui avaient participé au soulèvement. C’était  pour cela  que sa demeure  fut encerclée, dévastée …Il fut  même arrêté puis exproprié…

Un Caid  nationaliste

Remplacé par un autre Caïd    qui exerçait à  Shiliga…Le cheikh me lui avait dénoncé .Je fus convoqué. J’avais expliqué ma relation avec Caïd Daoui par cet accord mutuel qui stipulait une prise en charge encontre partie des cours dispensés à ses fils. J’avais donc déjoué le complot de ce traître. Le caïd m’ordonna alors de ne plus aller à la maison de l’ancien cheikh qui avait déjà pris le chemin de l’exil …Il était allé en compagnie de sa famille pour chercher l’hospitalité chez le Caïd Omar de Khouribga. Plusieurs de ses enfants ont été arrêtés  à Oued Zem, transférés à Marrakech puis à Ghbila à Casablanca… Le nouveau Caïd me chargea de chercher un logement vide  …Quelques joues après je suis revenu chez lui, et je lui ai dit que le cheikh en possède un …Convoqué  il me livra la clef sur place et contre son gré….quelques mois après, je me trouvais devant  une épicerie quand un moniteur  des services scolaires vint me chercher et  m’annonça que j’étais affecté dans la ville. C’était au cours de cette année –là que le Maroc eut son indépendance. Je suis resté à Oued ZEm Jusqu’au 1963 puis j’ai demandé une mutation à Mohammedia … »

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

19-03-2013

Parcours marocains 3 l’école marocaine et la fuite des coeurs

Le corpulent se  retint devant moi car il avait eu le sentiment que je pourrais  facilement infirmer ses dires . Il  souriait largement puis  entama son histoire avec l’Edu001cation Nationale Marocaine :

A Casa Kammou exposait des postes vacants en pleine ville  tandis qu’à la campagne le directeur interdisait  aux instituteurs d’entrer dans son bureau

«  Oui en 1965, je m’en souviens comme si c’était hier, j’ai pris le car et j’étais parti pour  Casa . On venait  alors de m’affecter dans une école  dans la campagne casablancaise. Je n’avais pas fait de stage , c’était une affectation directe  après avoir déposé mon brevet à la délégation . Quand je suis arrivé  au siège de cette école , j’ai trouvé le directeur qui , dédaigneusement, m’avait ordonné de rester en dehors  de son bureau…Il craignait que je salisse  son lieu de travail avec la crotte  et la poussière qui garnissaient mes  bottes après un long chemin  fait à pied à travers les sentiers de la campagne. J’étais traumatisé, il m’a directement  amené à la classe dont la maîtresse de français  , une française, était appelée à assurer des cours dans le secondaire. En réalité , j’étais très heureux  d’enseigner , j’ai fait brillamment mon cours …En témoignaient mes élèves qui étaient heureux!!! Le lendemain je suis revenu à la délégation pour leur remettre des actes de naissances et le certificat de brevet. J’ai rencontré beaucoup de jeunes qui étaient en train de présenter leur brevet  pour obtenir une affectation. Et c’était surtout  des élèves  interdits d’accéder au secondaire pour avoir dépassé 18 ans .  Casablanca  était encore  sous le choc de la répression  et du carnage qu’elle avait subis  suite aux manifestations d’élèves contre ce décret… De toute façon , moi j’étais un campagnard et je voulais travailler… j’ai constaté ,qu’ à la délégation,  mes semblables  avaient le droit de choisir parmi plusieurs postes proposés… j’ai vite pris ma place dans le rang et j’ai attendu mon tour … On m’a appelé , il y avait KAMOU, vous le connaissez ? Il était devenu après politicien et parlementaire avec Semlali et Maati Bouabid…

Oui j’ai menti à mon directeur et à mes collègues, j’ai eu un poste en ville à leur insu et c’était par la volonté d’Allah

J’ai choisi un poste à Barnoussi  , j’ai laissé tomber ma première affectation …Ce matin là , je n’avais pas rejoint mon poste à la campagne  mai j’y avais laissé un sac , donc je devais y retourner. C’était le directeur mécontent qui m’avait apostrophé dès mon arrivée, il m’a reproché mon négligence et m’a  dit qu’il ne croyait pas que je puisse  faire une carrière comme la sienne :instituteur  puis directeur avec une maison de service , une voiture et une carabine pour  faire la chasse…Je lui ai répondu que j’ai changé d’avis et que je travaillerais pour  l’ONE  chez qui j’avais réussi  un test. Il  s’est mis en colère et s’est mis  à me convaincre  en changeant  de tonalité. Cette fois là, il était humble, paternel ,affectueux et non arrogant , méprisant et autoritaire comme avant .On dirait que c’étaient ses propres  enfants qui étaient privés d’enseignant et non pas des élèves quelconques. Pour lui faire plaisir J’ai  travaillé cet après-midi là , j’ai passé la nuit avec des instituteurs .Le lendemain  , je leur avais dit que je devrais retourner chez moi pour apporter mes bagages… Je leur avais dérobé  mon intention de rejoindre l’école à Barnoussi Mais j’ai rejoins  mon poste  et j’ai eu ma classe sur place. Deux ou trois années après , l’état nous a proposé des lots de terrains de 100 mètres carrées pour la somme de 4800 Dh .

En quelques années je suis devenu riche

j’étais courageux , je l’ai payé puis j’ai construis mes garages et mes appartements. J’ai ouvert une librairie qui marchait très bien. Je faisais parfois  un chiffre d’affaires de 80000 Dj par jours …J’avais même recruté des employés. L’autre garage, j’y avais mis des fruits secs :les dattes , les noix , les amandes , les figues , les olives … Ce n’est que une décennie après que mon directeur de l’école campagnarde et ses instituteurs commençaient alors à trouver des postes en ville  et notamment à Barnoussi. Ils m’avaient rencontré alors que j’étais devenu propriétaire, riche commerçant et instituteur…  Je leur faisais des faveurs  , je les aidais.  C’est vrai J’ai donné une promesse que je n’avais pas tenue , j’ai menti et c’était un mensonge blanc mais c’est Dieu qui décide de tout… »

Ce bref récit d’une tranche de vie  est édifiant  pour comprendre une partie des causes  qui ont empêché notre enseignement d’avancer : l’inégalité des chances , improvisation , l’uniformisation , l’absence de toute approche participative , l’absence de toute perspective  professionnelle…

Moralité : la cause de l’échec de l’école marocaine : la fuite des cœurs

Vraiment  , l’instituteur retraité était arrivé à nous arracher l’admiration  aussi bien pour ses stratagèmes que par ce qu’il avait pu atteindre finalement .Il nous a impressionnés et épatés  surtout quand il s’était mis à nous présenter sa recette magique  de la réussite consistant à mêler la sincérité , la fidélité, le respect , la franchise , l’audace et surtout le travail…Puis il a évoqué la femme qu’on ne pouvait dompter , selon lui ,que par l’amour , la fidélité et la droiture… « Autrement ,avait-il  souligné, on ne pourrait point réussir » .C’était l’essentiel de la carrière  de cet instituteur  enrichi grâce à son audace  , sa générosité et  sa fidélité à sa femme.      Un tel parcours mérite d’être enseigné aux futurs maîtres d’école pour leur  montrer que la réussite personnelle pourrait être atteinte  par différents moyens. Mais elle resterait personnelle !!!Notre maître c’est aussi ce fameux Kammou .Ce sont tous ceux qui avaient abandonné le champ de l’éducation et de l’enseignement pour aller briller ailleurs…C’est BenKirane  en personne …Et ses 100 parlementaires qui travaillent dans le champ de l’EN.

L’enseignement marocain  souffre de la fuite des âmes et des cœurs.

Posté par TAHRI dans CASABLANCA CASARUINA | Pas encore de commentaires »

18-03-2013

Parcours marocains 2

Pousse-pousse  le CE1 de l’intégrisme : envahir la rue marocaine

Le retraité corpulent  prononçait  inconsidérément ces paroles  religieuses  puisées dans  la rue  où les discours  les plus  controversés  sont émis en plein public à partir de poussettes  transformées en vitrine  ambulantes …Il  s’agit là  de la classe élémentaire par laquelle doit passer toute nouvelle recrue  dans le sphère des intégristes. Je l’ai donc fixé des yeux pour me concentrer  sur ce qu’il disait…Et je me suis mis à le harceler et le contredire sous  le regard complice  et  soulagé de l’autre qui souriait très légèrement. Je ne sais pas comment il était déjà en train de débattre  de  l’interdiction de la musique par la religion…Le discours décousu  se penchait du côté de la science pour l’accuser d’avoir  confirmé la relation entre l’écoute de la musique et l’inceste…C’était vraiment horrible d’écouter cela. Et j’ai répliqué nerveusement au vieux en lui demandant  où il avait lu cela.  Mais il s’est suffit de dire que c’est scientifique sans citer sa référence. Puis je lui ai demandé si ce beau public qui écoutait Oum Kalthoum   passait directement à l’inceste après. Il m’avait répondu sournoisement que oui et que , pire encore,ce public se prosternait devant la cantatrice  au lieu de le faire pour Dieu. Je lui ai  demandé aussi si les symphonie de Beethoven  servaient à la même chose…Sans hésitation , il répétait que toutes les musiques sont interdites par l’Islam. J’ai insisté pour qu’il  me cite un verset coranique où cette prohibition est exprimée …C’est illicite !!!Ca excite et ca pousse les gens à avoir des rapports sexuels incestueux… Irrité par ce vieux au visage rasé et au sourire moqueur, je ne m’étais point retenu et je lui avais affirmé qu’aucune interdiction n’est prononcé ,  que la musique est une expression qui prouve que l’homme n’est pas  un animal et qu’il est capable de révéler  ses sentiments et ses sensations d’une manière civilisée , que l’inceste est abhorré et répugné par tous les hommes depuis très longtemps   avant l’arrivée de l’Islam , qu’il y a même des animaux qui le répugnent, que son interdiction  avait été décrété au moment où on avait tué le totem …

Terreur et ignorance

Devant ma thèse   et ma rigueur, son regard dégageait une expression de terreur . l’ai-je terrorisé ? Comment et pourquoi ??? Devant l’approbation de l’autre vieillard , j’ai conclu que tout ce qui ne se trouve pas dans  le  coran y compris tous les phénomènes et les inventions modernes , ne seraient interdites que si on les détournait de leur usage  utile et bénéfique  à l’homme. Je leur avais même demandé  de me dire si tous ceux qui consomment l’alcool font des bêtises. Ils m’avaient répondu que non … « Et donc , leur avais annoncé , celui qui commet  des turpitudes  après avoir bu du vin est déséquilibré et malade mais au lieu d’aller  voir un médecin il s’est trompé de destination et s’est dirigé  vers le bar, son état  ne pourrait que s’exaspérer !!! » Le vieux sage   prit la parole finalement et dit que l’alcool est interdit dans l’islam  mais tous les objets et les activités liés à la civilisation moderne  seraient illicites s’ils servaient à des buts illicites…l’autre qui  semblait  insensible  à ce que nous deux  disions brandit une cuirasse  , il sourit et fait bouger ses lèvres   sans prononcer aucun mot. Un silence  régna après ; l’un, mécontent, se mura  dan le silence  , l’autre et moi nous nous sommes retournés à ce que nous lisions…

Parcours de petits enseignants marocains

Comme s’il était jaloux de nous , le vieillot au visage luisant et au regard  malin  demanda à l’autre d’où il était venu et quand il avait intégré l’enseignement …L’homme au tarbouch rouge  répondit  qu’il venait de Mohammedia , qu’il avait intégré l’enseignement en 1951 et qu’il attendait le neurologue pour soigner ses maux de tête. Le  malin lui  répondit que, lui ,il avait intégré l’enseignement en 1965  et qu’il était venu de Sidi Bennour…L’autre  se détendit  et lui  riposta qu’il était de Oued Zem mais était venu à Mohammedia en 1963…L’homme agile semblait prendre du gout à la discussion  . J’allais avoir l’occasion de méditer l’Histoire du Maroc à travers  deux parcours  révélateurs  même en partie de  certains aspects relatifs aux transformations de la société et de l’état marocains.

 

Posté par TAHRI dans CASABLANCA CASARUINA | Pas encore de commentaires »

18-03-2013

Parcours marocains1

Solitude et stress à Casablanca

Souvent  dans  cette ville tentaculaire, malgré le tumulte, la solitude  se pointe partout. Les gens sont agités, résignés et stressés. Parfois, l’anxiété  court-circuite  l’appareil  optique  et l’être se noie dans les ténèbres  du désespoir. A Casa, beaucoup de casablancais de souche  souffrent du chômage  sans oser pour autant  joindre leurs paumes et retenir un peu de richesse qui circule à flot  dans leur ville. D’autres  aux yeux de  faucon béquètent leur pitance   mise entre les mâchoires du lion .D’autres encore, se saoulent quotidiennement de leur aptitude  à transformer tout ce qu’ils touchent en or. Leur  corps et leur âme deviennent des gouffres  où se perdent les beaux rêves et les délices des vrais plaisirs.  Casablanca, c’est  la brûlure des paumés des chimères  assourdissantes, ceux qui avaient  glissé vers les contrées infernales  de la vacuité  et de la souffrance .C’est un grand marché forain  où chacun enfourche ou traine son manège et présente son numéro même si l’absence  qui domine . C’est une solitude   lézardée  et   maintenue par une folie de pesanteur. Tes amis  ou  tout simplement  Ceux que tu considères ainsi , tu pourrais les contacter tôt le dimanche  à l’heure de la trêve   de la furie. Ils te raconteraient leurs ennuis  , leur déception , les matchs qu’ils avaient gagnés et ceux qu’ils avaient perdus… Tu détecterais sur leur front l’écho des rouages des machines biens huilées broyant  les ombres et les vœux…

Les étincelles de l’esprit marocain à Casablanca

Pour moi les bus , les taxis , les salles d’attente des médecins ou des avocats, les tribunaux, les parcs publics, les petits souks de quartiers sont les meilleurs endroits  où les étincelles  de l’esprit  marocaine   casablancais  jaillissent. Cette fois-ci , je me suis trouvé  dans le siège de la clinique mutualiste  de l’E.N ,je devais attendre le médecin . J’avais fourré  mon nez dans mon journal puis dans mon livre car  la majorité des « patients » étaient des femmes qui se barricadaient dans le silence  ou bien elle parlait à haute voix et sans arrêt de leurs soucis personnels  …

Une voie féminine lointaine  passait en revue des médicaments c prescrits par des médecins , les habitudes de ces mêmes médecins , leur comportement dans leur cabinet à Mutuelle…Une autre , cette fois-ci vieille , rude  et masculine, essayait de lui riposter dans un discours religieux  parsemé  de  clichés tellement  insensés au sujet de l’islam qu’on dirait de celui qui les rapportait un vrai ignare.  J’étais isolé dans un  coin et j’ai essayé  en vain de  distinguer ces voix en révolte …J’ai constaté que le petit homme trapu drapé dans une djellaba rurale s’approcher  de mon coin   puis salua un homme  plongé dans la lecture d’un  journal à côté de moi. Celui-ci était aussi  apparemment âgé, il  ne semblait pas connaitre l’autre qui venait de la saluer .  Il est resté un peu perplexe…C’était certainement l’âge, l’état de retraité, le tarbouch , la chéchia  et les djellabas en laine  qui avait poussé l’un à vouloir s’assoir à côté de l’autre.  Aussitôt assis que le harangueur  se lança  dans une longue et vaine démonstration   de la souffrance issue de la maladie comme étant l’expression de la volonté divine. L’autre avait mis son journal   de côté et l’écoutait peut-être par courtoisie , solidarité  de générations ou de catégorie socio professionnelle, l’écoutait tout en affichant un regard  désintéressé  …J’ai cessé de lire dans mon livre , je  me  suis mis à regarder les deux homme  assis à côté de moi . L’homme au journal paraissait plus vieux   avec son tarbouch fassi , son teint un peu blafard   mais surtout sa djellaba  élégante . Sa manière de regarder l’autre  sans réaction  traduirait une désapprobation  ou un certain écart.

Posté par TAHRI dans CASABLANCA CASARUINA | Pas encore de commentaires »

12-03-2013

Haine raciale et fascisme politique au Maroc

    La fougue  des masses  populaires pour une  véritable citoyenneté   perd  de plus en plus de son éclat au profit  d’une sorte de fanatisme indigeste  et  apparemment latent . Disons  que ce sont  là les germes d’une pulsion   inflammatoire  qui risque de chambouler  tous les horizons d’un pays comme le Maroc.

les appels  à la haine raciale

Un mouvement amazigh  qui parait défait de toutes les raisons , les logiques et les moralités..Il est réduit à  un simple appel à la haine et au racisme. ASED,  un vétéran  de ce mouvement inséminé  le plus souvent dans des activités culturelles, ne cesse de parcourir le pays   pour y semer les graines de la discorde  et de l’animosité.  Pour lui l’Histoire du Maroc est falsifiée de A à Z .Cette attitude critique serait compréhensible si elle  ne se fixait pas comme objectif  la suspicion de l’identité « génétique » et culturelle d’une partie du peuple  marocain voire maghrébin. Dissimulée sous une pseudo érudition , une rancune  profonde  jaillit de temps en temps   et exprime une conception  ténébreuse  et erronée  de la réalité marocaine. Pour le moment  , la plupart des intellectuels et des politiciens marocains évitent de  descendre dans ces marasmes pour affronter cet activiste. Ou plutôt , ils ont l’air ailleurs , ils sont aux abonnés absents ou bien ils sont déprimés et se noient dans  le silence  morbide. ASED a été même désigné comme  étant l’homme de l’année pour les amazighs. Autrement dit , les thèses qu’il prône  sont validités  officieusement sans qu’il n’y ait la moindre réaction.

Bien entendu, la cause  amazighe doit être explicitée à l’ensemble du peuple. Ses contours doivent  être mis au clair. Est-elle d’essence politique ou culturelle ?

Actuellement ,Son allure raciste et chauviniste l’écarte du champ de la lutte pour une démocratie totale à même de permettre à tout chacun  d’exercer pleinement ses droits .  Quand on scande haut son amitié pour l’état sioniste ,sa nostalgie  pour le dahir barbari et sa haine viscérale pour l’arabité et l’islam, les desseins  apparaissent clairement :entraver la marche de nos peuples vers la démocratie et le progrès, lesquels exigent l’unité et la solidarité. C’est dire ouvrir de nombreux  fronts de lutte  en vue de détourner l’intention des masses  et d’affaiblir leurs forces …Ce ne serait là que l’objectif fondamental de ceux qui veulent nous acculés au  sous développement , à la dépendance et la misère.

En tant  que démocrate , nous sommes tout le temps prêts à nous sacrifier pour que les autres exercent leurs droits et leur liberté. Mais quand ces réclamations deviennent de purs appels à la haine raciale ,nous les rejetons catégoriquement.

Haine raciale et fascisme politique au Maroc 223583_429473613803501_8487amazizghhz80225_n-300x200

Le fascisme latent ou naissant des intégristes en activité politique

Dans  la même voie , peut être dans le sens contraire, certaines forces politico-religieuses, d’ailleurs au pouvoir actuellement au Maroc,  manifestent leur fascisme face  à ceux qui  conçoivent la réalité marocaine autrement. En témoignent une page de facebook de la section du PJD de Mahdia (prêt de Kénitra) qui appelle à ce que l’AMDH soit dissoute  et  ses militants traduits devant les tribunaux… Il serait regrettable de constater qu’un parti comme le PJD  n’ait point appris à ses poulains de respecter les autres , l’Histoire du pays et surtout ceux qui avait lutté honorablement au cours des années de plomb  pour que les conditions générales du Maroc soient amél

iorées.facsismeislamique-300x300 PJD aSED

 

     Un mouvement amazighe   irresponsable  qui prêche la haine raciale sous prétexte d’exprimer les aspirations des amazighs, des forces islamistes qui veulent liquider toux ceux qui les contrarient , des partis politiques essoufflés  et moisis  transformés en pignons sur rue, des syndicats qui leur emboîtent le pas  avec des curées de temps en temps, un makhzen  sans stratégie autre que celle conserver ses intérêts : voici  l’espace  marécageux   où les marocains sont appelés à agir.

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

05-03-2013

La gauche , le prêt-à-penser et l’ombre de la sg

Adieu Aymen , nous méritons mieux que ça !!!

Je suis allé au siège  central du PSU pour   assister à l’hommage rendu à la mémoire du Feu Aymen qui vient de nous quitter il y a quelques semaines. Quelques dizaines de militants ont pris part à cette commémoration. Cette faible affluence est déjà révélatrice du malaise de la gauche au Maroc .  Moi j’y étais parce qu’il s’agit là d’une parcelle de ma mémoire qui n’a jamais cessé d’étinceler. Et Aymen  y  occupait une place de choix bien qu’il ne fut point un ami à moi. Mais, dès qu’une créature,  que je considère malsaine ,  y  avait entrée , j’ ai quitté les lieux. Pour moi c’est une autre  tare qui  carie la gauche : des « militants » et « militantes » dépourvus  de toute éthique sociale,  de toute déontologie professionnelle, de tout envie sincère de changer la réalité  des lèche-bottes, des parvenus, des hommes de paille…Des criminels drapés (ées) dans les drapeaux de la gauche. ..J’ ai  terriblement fait les frais de mes illusions. Et l’on peut constater que ces viles personnes occupent un statut avancé au sein des clubs de la gauche .Car effectivement , la gauche marocaine  fonctionne exactement comme un club  semi public  qui essaye de se protéger le plus possible des citoyens ordinaires

La gauche , le prêt-à-penser et l'ombre de la sg dans Le Maroc -L 'EurOpe- Es!pagne- France-USA mohamed-bensaid-220x300

La crise du prêt-à-penser

Une gauche qui avait toujours la capacité  de matraquer l
’état makhzanien  au moyen d’un appareil  conceptuel critique   qui était tout le temps   en mesure de créer  la vérité du discours et les feux de la foi. Démocratie , socialisme , nationalisme, patriotisme …Des concepts clefs  qui ,malheureusement   ,sont restés pendant longtemps les pièces maitresses d’un prêt à  penser qui s’est transformé au moment des grandes épreuves en  pure démagogie …Hormis quelques  intellectuels qui avaient vite fui les partis « de bois » comme feu Driss Ben Ali , ou Laabi , ou Même Jabri  ou Laroui et surtout Mahdi Manjra , tous les autres formaient un géant orchestre qui jouait des airs insipides , gauches et sourds surtout au  moment  où ils détenaient les rênes du pouvoi

r pendant dix ans.  La  gauche no nmakhzenienne avait vécu un malaise politique  lors de certaines élections précédentes  mais malheureusement elle n’a pas voulu en tirer les leçons . Elle a considéré son échec cuisant non pas comme l’expression de sa faiblesse  politique et organisationnelle mais comme œuvre makhzeninne  par excellence .Une surenchère  qui n’avancerait en rien les choses.

C’est toujours le makhzen qui est responsables de ses échecs ?

Il fallait reconnaître l’existence d’une falaise entre ces partis dont l’honnêteté est indiscutable etimages PSU gAuche marocaine dans Le Maroc -L 'EurOpe- Es!pagne- France-USA les masses. Une falaise que les islamistes avaient ménagé d’œuvres sociales, de fraternité conséquente  et d’idéologie religieuse.  Malheureusement , aucune auto critique , c’est toujours le makhzen qui   les déteste et n’admet pas qu’ils accèdent aux institutions représentatives. Et c’est là où le bas blesse  car un phénomène quel qu’il soit n’est jamais le résultat d’un et d’un seul facteur. Au moins il faut évoquer les facteurs subjectif et objectif. Donc comment avancer quand on  se fait de nous même une image idéale et on verse dans la victimisation.

Rappelez-vous de cette  figure cuivrée du spot publicitaire du PSU en 2002 R

Prenons l’exemple de cette créature malsaine qui passe pour l’ombre de la secrétaire du parti ; Il lui est arrivé d’assumer une petite  et futile responsabilité  et  voilà comment elle a agi.

A Moi ,qui ai perdu mes dents  à lutter pour les idéaux de la gauche , elle a causé énormément du mal .  En militant permanent  qui lutte contre toutes les formes de la supercherie et de la corruption ,Je voulais critiquer et dénoncer des mascarades dans le secteur de l’enseignement : des stages bidon et des complaisances entre l’administration et le lobbying des heures supplémentaires   . La militante nuisible  s’est trouvée membre d’une commission  qui devait s’entretenir avec moi ,, et  elle  a  participé activement à me massacrer et  à causer du tord à ma famille .Elle était un outil malléable entre les mains d’un vautour , qui lui-même avait accédé au poste de la responsabilité   grâce à la FDT   dont il présidait la section d’Ain Choc. Activement elle a participé   ,elle avait même porté l’habit d’une raciste en m’insultant en  me disant que moi je ne connaissais pas les militants de Casablanca . Elle ne m’a pas reconnu .A quoi bon ?Il faut être juste et honnête avec tout le monde .

Rappelez-vous de ce spot publicitaire du PSU

C’est cette pseudo militante qui paraissait sur le spot  électoral qui passait à la télé lors de la campagne électorale du PSU  en 2002

Posté par TAHRI dans Le Maroc -L 'EurOpe- Es!pagne- France-USA | Pas encore de commentaires »

politique |
Aequalis |
LE JOURNAL DES INFOS UTILES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CGT Menuiseries Gregoire
| La marche européenne des pa...
| Royaume du Maroc