Archives pour avril 2014

28-04-2014

Régime IG Thyroïde

 

Si vous ne parvenez pas à lire cet email, vous pouvez visualiser la version en ligne

Pour être sûr de recevoir tous nos emails, nous vous conseillons d’ajouter splanetinfos@news.seniorplanet.fr à votre carnet d’adresses.
Ne plus recevoir la newsletter Medisite A la Une

 

Régime IG Thyroïde : tout va rentrer dans l’ordre !

Réagissez !

Vous souffrez d’hypothyroïdïe ? D’hyperthyroïdie ? Cela joue sur votre poids, votre humeur, votre forme ? Avec le programme IG Thyroïde du Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste, vous allez pouvoir réguler le fonctionnement de cette petite glande capricieuse !

 

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

Publicité

L’iode, indispensable !

Pour que la thyroïde fabrique des hormones, elle a besoin d’iode. Or, « notre seule source d’iode est l’alimentation » rappelle le Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste. L’apport moyen en iode recommandé pour un adulte est de 100 à 150 microgrammes par jour. La thyroide s’adapte mal à une carence en iode. Il faut donc veiller à en ingérer suffisamment chaque jour.

Les aliments riches en iode : Crustacés, coquillages, mais également les poissons comme le haddock, lesaumon et les anchois sont de vraies mines d’iode. « En plus, ils apportent à l’organisme d’excellents acides gras (omegas 3 et 6) qui contribuent à la santé du système cardio-vasculaire, ajoute le nutritionniste. Un « plus » non négligeable quand on souffre de problèmes thyroïdiens, tout particulièrement d’hypothyroïdie qui expose à une augmentation du cholestérol sanguin. »

A savoir : Les algues, bien que peu consommées en France, représentent « la source d’iode n°1, bien loin devant les autres produits de la mer ».

Attention : Pour les personnes souffrant d’hyperthyroïdie sévère, il est en revanche déconseillé d’abuser d’aliments riches en iode.

 

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ

Les aliments à éviter

Certains aliments sont à éviter au maximum, en raison de leurs effets négatifs sur la thyroïde. Qualifiés de “goitrogènes”, ils contiennent pour la plupart des thiocyanates ou des thio-oxazolidones. Les premiers limitent la captation de l’iode par la thyroïde, les seconds s’opposent à son utilisation et favorisent l’apparition des goitres.

« On trouve les thyocyanates dans toutes les variétés de choux (chou vert, chou blanc, chou-fleur, chou de Bruxelles, brocoli…), le cresson, les navets, les radis et le rutabage », liste le Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste. Les thio-oxazolidones sont présents dans les patates douces, le manioc et les pousses de bambou.

« Sans les éliminer complètement de votre alimentation, n’en abusez pas (une portion par semaine au maximum) », précise le médecin.

Régime IG Thyroïde : tout va rentrer dans l’ordre !

Réagissez !

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ 

Céréales complètes plutôt que raffinées !

Même si leur IG est plus élevé que les autres aliments conseillés par le régime IG thyroïde, les céréales complètes sont essentielles à votre alimentation, car très rassasiantes. Elles fournissent de l’énergie sans trop déséquilibrer l’IG global de vos repas. Surtout, elles vous aident à tenir jusqu’au prochain repas sans « craquer » pour un sandwich, un biscuit ou une sucrerie, déconseillés par le régime.

Contrairement aux céréales raffinées, les céréales complètes n’ont pas été totalement débarassées de leur enveloppe, ce qui leur confère un meilleur apport nutritif. Grâce à la vitamine B qu’elles contiennent, elles contribuent à apaiser le stress. Leurs fibres aident, elles, à réguler le transit.

Pensez à associer une portion de céréales complètes à une portion de protéines et deux portions de légumes.


© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ

Un besoin important en sélénium

Si le sélénium est connu comme un antioxydant majeur, « il est présent en grande quantité dans la thyroïde où il participe à la production des hormones T3 et T4″, rappelle le Dr Pierre Nys. Si une carence s’installe, la production hormonale finit par diminuer. Les besoins quotidiens moyens en sélénium sont de 55 microgrammes pour une femme et 70 pour un homme.

Les aliments riches en sélénium : Si le sélénium contenu dans les aliments d’origine végétale est globalement mieux assimilé, leur teneur en sélénium est étroitement liée à la richesse du sol dans lequel ils poussent. « Les produits de la mer, eux, ne subissent pas ces variations intempestives, ajoute le nutritionniste. Même avec une biodisponibilité inférieure, ils demeurent donc la source de sélénium la plus fiable. » Cela tombe bien, ce sont aussi ceux qui contiennent le plus d’iode !

nt on connaît l’effet perturbateur sur la thyroïde, se stocke surtout dans les lipides”, précise l’endocrinologue.

Le lapin est l’une des viandes les plus riches en sélénium. « Il est donc à privilégier pour l’entretien de votre thyroïde », affirme le nutritionniste. Pauvre en matières grasses, sa viande sèche toutefois lorsqu’on l’a fait rôtir. Préfèrez une cuisson à l’étouffée, à la cocotte avec des légumes et des aromates.

Le canard constitue également une viande à conseiller aux personnes souffrant de maladies thyroïdiennes. En plus de présenter un index glycémique nul, c’est l’une des rares à fournir de bons acides gras (oméga 3 et 6), qui contribue à une bonne santé cardio-vasculaire. « La viande de canard fournit aussi du sélénium et des vitamines du groupe B qui contribuent à la régulation de l’humeur », complète le Dr Pierre Nys.

Le poulet, qui contient lui-aussi du sélénium, peut être consommé, à condition de retirer la peau.

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ 

Soignez votre assaisonnement

Lorsque vous faites vos courses, privilégiez toujours les produits naturels et fuyez au maximum les plats industriels tout préparés. Au moment de cuisiner, n’hésitez pas à ajouter du goût grâce à un assaisonnement IG thyroïde.

Pour cela, pensez aux huiles végétales, meilleures pour votre santé que le beurre ou la crème. Sésame, noix, noisette, argan, carthame,… vous avez l’embarras du choix. Alternez-les pour varier les plaisirs !

Au rayon vinaigre, c’est la même chose. « On trouve aujourd’hui divers vinaigres, dont certains aromatisés, très utiles pour faire chanter les salades et les plats cuisinés », précise le Dr Pierre Nys. Levinaigre de cidre, moins acide que le vinaigre de vin, constitue une base indispensable. Si vous préférez tout de même le vinaigre de vin, choisissez-le de bonne qualité (de Xérès, de vin rouge vieilli en fûts de chêne,…). Le vinaigre balsamique se révèle parfait pour les plats sucrés-salés ou pour vos desserts. Pensez également aux vinaigres aromatisés (framboise, miel, échalote, noix…) !

Enfin les herbes aromatiques et les épices vous permettront de relever tous vos plats ! Pour les herbes aromatiques (basilic, persil, coriandre, ciboulette,…), n’hésitez pas à les acheter surgelés. « Leur saveur est préservée. » Le plus ? Vous n’aurez même pas besoin de les décongeler avant de les consommer !

Pour les épices, profitez de leur longue conservation ! « Achetez-en une ou deux à chaque fois que vous allez faire vos courses, conseille le nutritionniste. Ainsi, au bout de quelques semaines, vous aurez à portée de main un large éventail de choix sans avoir eu l’impression de dépenser des fortunes. »

 

Beaucoup de fruits et légumes

 

© alinamd – Fotolia.com

« Intégrez au moins deux légumes par repas, conseille le nutritionniste. Si possible un cru et un cuit. » Ils constitueront la plus grosse part de votre assiette, la protéine et/ou la céréale ne constituant qu’une portion de votre repas. En plus d’être excellent pour votre transit, ils sont bénéfiques pour votre thyroïde. En potage, en purée (pour les légumes à IG bas) ou simplement en accompagnement, ne vous privez pas !

Pour vous évitez d’aller tous les deux jours chez votre épicier, vous pouvez les acheter surgelés, mais surtout non cuisinés. Pour les conserves, c’est pareil, sans sauce et sans assaisonnement, au naturel !

Pour le dessert, fruits rouges et noirs, pamplemousse et autres agrumes, … seront de précieux alliés, avec leur IG relativement bas. Si vous aimez les pommes, veillez à n’en manger qu’une par jour, l’après-midi ou le soir pour profiter de ses vertus apaisantes. Les personnes atteintes d’hypothyroïdie pourront se régaler avec des figues.

Privilégiez les cuissons douces et à l’huile

On ne le répètera jamais assez, mais les cuissons douces sont les meilleures pour la santé ! « Une cuisson violente endommage certains nutriments », rappelle le Dr Pierre Nys. Alors : cuisson à la vapeur (l’eau doit frissonner sous le panier), au four (s’il ne dépasse pas 160°), à l’étouffée,… vous avez le choix pour varier vos repas !

Si vous souhaitez faire cuire à la poêle certains aliments, l’huile d’olive ou de colza (en petite quantité) est plus indiquée que le beurre. S’ils présentent les mêmes IG, les huiles ont l’avantage de fournir des acides gras essentiels permettant aux parois neuronales de conserver leur perméabilité. « C’est une façon simple de se protéger contre la déprime et l’anxiété générées par les dysfonctionnements thyroïdiens », explique le nutritionniste.

 

Privilégiez les cuissons douces et à l’huile

On ne le répètera jamais assez, mais les cuissons douces sont les meilleures pour la santé ! « Une cuisson violente endommage certains nutriments », rappelle le Dr Pierre Nys. Alors : cuisson à la vapeur (l’eau doit frissonner sous le panier), au four (s’il ne dépasse pas 160°), à l’étouffée,… vous avez le choix pour varier vos repas !

Si vous souhaitez faire cuire à la poêle certains aliments, l’huile d’olive ou de colza (en petite quantité) est plus indiquée que le beurre. S’ils présentent les mêmes IG, les huiles ont l’avantage de fournir des acides gras essentiels permettant aux parois neuronales de conserver leur perméabilité. « C’est une façon simple de se protéger contre la déprime et l’anxiété générées par les dysfonctionnements thyroïdiens », explique le nutritionniste.

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

26-04-2014

Le meurtre d’un étudiant péjédiste et l »éventuel fracture du champ politique marocain

 Le meurtre de l »étudiant péjédiste et l’éventuelle fracture politique marocaine


Meurtre d’ un étudiant islamiste

Des étudiants islamistes et gauchistes à l’Université de Fès se sont violemment affrontés ce jeudi24 /4/2014 àDhar Lmahraz  à Fès, le bilan était tragique : un mort et une dizaine de blessés

Selon le secrétaire du groupe islamiste « attajdid attolabi » affilié au Mouvement Unicité et réforme  qui n’est  que le bras idéologique  sous l’égide de laquelle  exerce le PJD au pouvoir,les présumés agresseurs  sont  les membres du groupe de la gauche radicale portant le nom de la Voie Démocratique Basiste « annahj addimoqrati Alkaidi ».

Blessé à coup de couteau , le défunt Arrahim Hasnaoui avait succombé à ses blessures à l’hôpital de Fès

 Selon un communiqué des autorités locales.
Le parquet général près la Cour d’appel de Fès a ordonné l’ouverture d’une enquête, précise la même source, faisant état de l’arrestation jeudi soir de quatre étudiants soupçonnés pour leur implication dans cet incident. Les investigations « se poursuivent pour présenter les responsables de cet incident devant la justice ».

L’Etat est responsable ?

Dans une déclaration à F24, le chef de fil de l’organisation estudiantine islamiste a fait assumer la  responsabilité de cette agression mortelle aux responsables de l’Université et aux autorités locales qui selon lui , étaient au courant des préparatifs entretenus par les agresseurs.

Une telle accusation  est révélatrice d’une victimisation  accrue qui augurerait d’une éventuelle  fracture  dans l’espace politique marocaine.Autrement  il serait le signe d’une pure schizophrénie marocaine  incurable.

Cependant, pour quiconque connaissant bien le mouvement estudiantine marocain, ces heurts étaient toujours fréquents dans les universités du pays. Mais qu’il n’y avait pas d’exclusion mutuelle , les factions de gauche coexiistaient   tant qu’il reconnaisaient l’UNEM. L’UGEM affilié à l’istiqlal était presque une organisation secrète. abhorrée beaucoup plus que les fores de sécurité car elle était  considérée comme un bastion de parasites sas principes ni courage…A Fès , les membres de l’UGEM étaient non pas seulment bannis mais traqués.Oui , la violence  était un recours contre l’UGEM…

Un double défi lancé par les islamistes

Tout en dénonçant vigoureusement  ce meurtre criminel, il serait toutefois important de rappeler que ce qui avait déclenché ces tragiques incidents c’est la décision prise par le groupe islamique d’organiser une table-ronde  au tour du thème :les islamistes ,la gauche et la démocratie à laquelle était invité Abdelali Hamieddine, membre du secrétariat général du PJD,  soupçonné d’être derrière le meurtre d’un étudiant Benissa Ait Al Jid au début des années 90. C’est cette présence au sein de la faculté qui aurait provoqué l’ire des étudiants d’Annahj Democrati Al Qaidi, groupuscule  d’extrême gauche.

Ait Ljid hante la mémoire de la gauche

Une provocation , selon les basistes, qui , soutenues par d’autres forces politiques de gauche continuent de scander les slogans appelant « à la fin de l’impunité, à la réouverture de ce dossier et à la fin de l’extrémisme religieux dans les facultés ». Les agresseurs, Hamieeddine entre autres, courent toujours » .Ils sont même passés pour d’illustres et  respectueux politiciens menant une vie de luxe   et aménageant les plateaux de télévisions et les pages de journaux. Ces étudiants de la gauche continuent  de se recueillir sur le lieu où avait été mortellement agressée Benaissa Aït Ljid.

Bonaissa Ait Ljid était un militant de la gauche. il était responsable au sein de la commission transitoire universitaire où étaient représentées toutes les factions historiques de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc (UNEM).

Son assassinat a eu lieu le 25 février 1993.Irrités par ses convictions gauchistes et sa capacité à polémiquer,un groupe d’étudiants, affiliés à deux factions islamistes alliées, Al Adl Wa Al Ihsan (Justice et Bienfaisance) et Al Wahda wat-Tawasoul (Unité et Communication), affiliée à L’islah wa Taouhid, futur Parti de Justice et Développement (PJD), avaient décidé de le liquider en dehors de l’enceinte universitaire. Ils ont alors intercepté   un taxi  où  il se trouvait  en compagnie d’un autre étudiant qui est pour le moment le principal témoin, il s’agit de Haddioui El Khemmar, tous deux appartenant à une faction gauchiste. Les deux étudiants, était desecendus  du taxi et sauvagement agressés. L’étudiant Aït El Jid  rendrait l’âme le 1er mars 1993, à ses blessures et à un sévère traumatisme crânien.

Des peines clémentes ?

Omar Mouhib, membre de la mouvance Al Adl wal Ihsane,  avait écopé de  deux années de prison, un verdict jugé « trop clément » par la famille de la victime. Pour la famille de la victime, l’impunité n’est plus acceptable. « Nul n’est au-dessus de la loi », ont crié les manifestants réclamant que justice soit faite.

Abdelali Hami Eddine avait purgé deux ans dans la prison de Ain kadouss de Fès, avant d’être relâché.

Donc c’est un assassinat qui a  malheureusement provoqué  avec le retour de l’assassin qui roderait autour du lieu de son crime.

Carcan idéologique et surestimation de soi

Les forces islamistes  éprouvent énormément de difficultés  à s’arracher du carcan idéologique religieux qui soumet les contingences politiques à la transcendance divine pour de laquelle ils se postulent être  les illustrateurs. Leur prétentions démocratiques sont toujours pragmatiques : la démocratie  n’ est bonne que lorsqu’ils en profitent

On sème les graines de la démocratie sur une terre érodée et en l’absence de lumière

A l’université de Fès précisément, la politisation à toujours débouché sur une sorte de démocratie sauvage dans le sens où  les concessions  sont souvent rejetées au nom d’une légitimité démocratique , politique , sociale , parfois historique.  L’UNEM est une organisation de masse démocratique progressiste  et indépendante.Ce qui  gênait les islamistes.En 1981 avant le célèbre 20 juin, il y eu des heurts pareils .Les islamistes voulaient organiser une activité en dehors du cadre chéri l’UNEM . Les combats étaient d’une violence extrême. Puis, les forces islamistes s’étaient dissimilées durant toute une décennie avant de réapparaître, fortes, organisées et surtout agressives …C’était l’époque du démantèlement de l’URSS où les anathèmes et les coups  s’abattaient sur la gauche partout dans le monde. C’était en ces moments qu’il y a eu l’assassinat d’Ait AlJid.

Halte à la violence !!

Le PJD et ses étudiants ont lancé un double défi aux étudiants basistes de Fès : faire fi du cadre syndical  actuel et remuer le couteau dans une plaie politique qui est loin d’être cicatrisée. N’avait-on pas un autre conférencier que Hammiddine ?Hammiddine n’a pas encore lavé ses mains de l’assassisnat pour laquelle il avait purgé deux petits ans.

Loin de justifier cette violence gratuite et cette vengeance insensée, il faut que le islamistes au pouvoir sache que celui qui sème le vent récolte la tempête.  Il est claire et net qu’ils n’ont pu rien changer du vécu des masses  déshéritées et  paupérisées  davantage  par leurs mesures antipopulaires …Dire qu’ils ne disposent pas du pouvoir est une vieille rengaine…Pourquoi ne se retirent-ils pas du  gouvernement  et dire la vérité toute la vérité au peuple. Rien de sérieux n’a été entrepris . Ils ne sont différents ni de l’Istiqla ni du PAM , pourquoi crient-ils au scandale quand ils perdent les élections ?

La démocratie est une conviction qui s’exclut avec tout absolu ou absolutisme

Il  est temps qu’ils soient raisonnables  sinon ils déclencheraient une spirale de réaction et d ‘actions incertaines.

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

25-04-2014

Les vieillards et la politique au Maroc

Le printemps  jaillit en fin dans les rues de Casablanca mais sans odeur de fleurs d’oranger  ni  de mimosas  ni même de  menthe .Casa  est encensée de  carburant et de sueur, son air est déchiré de klaxons et de fumée  .Un printemps sans   gazouillis d’oiseaux ni odeur de  terroir. Mais  il est là , ce printemps qui pointe dans une existence  pénible. L’autre Casa connait son printemps éternel , celui qui ne disparait jamais  à Ain Diab  et ailleurs dans des villas –palais  calquées sur le paradis.  La température  modérée encourage  les passants aux idées lourdes et visqueuses  de balancer leur corps sur des terrasses de cafés  en fête.

Aussitôt eussé-je pris ma place au milieu de ces regards fatigués qu’un groupe d’hommes m’envahit tout en s’excusant poliment. C’est dire que je me suis trouvé en compagnie malgré moi .Le seul espace  vide était celui ou je me suis planté. Au début , ils étaient trois .Puis d’autres  sont arrivés …

Quand Hababi , Oufkir et Slaoui voulaient assassiner Hassane Deux

Un vieil homme brun au corps minuscule tirés à quatre épingles ,béret et lunettes  élégants , cigarette dans la bouche, tenait à la main des journaux. Il était déjà  en train de commenter la manchette d’un journal qui  rapporte les déclarations de Mohammed Lahbabi selon lesquelles, il avait planifié en compagnie du général Oufkir et du conseiller Driss Slaoui l’assassinat de Hassane Deux le 3 Mars 1972 :

« eh donc il ne faut pas en vouloir à Hassane Deux, on comprend bien  pourquoi il s’était comporté impitoyablement avec ses adversaires. On voulait le tuer pour prendre sa place »

Son ami , vieux mais paraissait en forme  avec des joues pourpres lui répliqua :

« fais voir , c’est un fou , ce Hbabi , pourquoi il n’avait pas dit cela avant ? Regardez-le , il attend la mort , il est atteint d’Alzheimer »

le petit brun insista  toujours sur la nécessité de comprendre la politique de Hassane Deux mais son interlocuteurs était catégorique :

«  Ces gens  qu’il évoque sont morts , et il ne faut pas dire du mal des morts , ils ne peuvent point exprimer leur point de vue ni donner leur version des chose ni même se défendre. Moi je me demande   ce que ce vieillard bluffeurs pourrait gagner de ces révélations insensées. On avait perdu confiance dans les partis politiques, maintenant , je crois que c’est au tour des journaux de se discréditer. »

Le troisième , vieux  lui aussi,   semblait défier son âge par l’entrain et la gaité, prit la parole :

«  moi il y a longtemps que je ne lis plus ces quotidiens , regardez la une  par exemple ,encore  un crime , des sutures et du sang , c’est navrant , ils veulent vendre à tout prix. Tous ceux qui sont nés après 1940  ne connaissent rien de l’Histoire du Maroc. On leur avait raconté l’Histoire. Ce n’est pas à moi, qui suis âgé de 72 ans ,de me parler des résistants et les militants… Des militants et des résistants qui parfois n’étaient que des traitres et des indic…Ceux qu’on a désignés après comme caïds et pachas…Ce n’est à moi qu’ils pourraient raconter leurs contes merveilleux  et leurs histoires qui font dormir debout. Toute une  Histoire falsifiée qu’on avait voulue   inculquer aux marocains qui étaient nés après 1940 .  »

Puis d’autres vieux sont arrivés, le cercle s’est agrandi et j’en faisais partie malgré moi. Ils parlaient sans aucune réserve ni  parti pris .Autrement dit, c’est une parole sincère  et porteuse d’une certaine vérité issue d’une longue expérience .Les  hommes sont des retraités,  leurs apparences attestent qu’ils étaient des fonctionnaires aisés.  Le vieil homme brun reçut un coup de téléphone , quitta le groupe pour répondre  et fumer.

 Meknès  et meknassis invitation sournoise d’un marrakchi

Celui qui était hostile à Lahbabi s’adressa à l’autre   , né  avant1940,  en ces termes :

« On dirait que tu es un meknassi, ce sont eux qui passent tout leur temps à discuter tout en formulant des idées étranges comme les tiennes. Peut-être tu es influencé par ton ami »

Et l’autre de lui riposter en rigolant :

« oh non je ne suis pas meknassi.Il y a plus de vingt  ans que je n’ai pas visité  Méknés …  Grâce  à l’autoroute .. . je la contourne…Tu parles d’AlHaj , il va venir…Tu sais , il y a trente ans au travail , tout le monde l’évitait car on ne supportait point ses longues discussions…Moi j’ai accepté de le fréquenter .Tous les collègues me disaient

308194t2

que je ne  pouvais pas le supporter plus de trois jours…Et nous voilà maintenant amis depuis trente ans .Il fallait  le laisser parler tant qu’il  voulait sans le contredire ni l’écouter…Je te le jure  , c’est  ainsi que je me comporte avec lui , je le laisse dire tout ce qu’il voulait sans l’interrompre. »

Les juifs marocains

Les vieux amis parlaient alors de Meknès , de Bab Mansour , de la station de CTM, du Mellah, des juifs.  L’ami du meknassi prit la parole et  évoqua les juifs ainsi :

« Les juifs, une force économique, sociale et culturelle que le Maroc a bêtement perdu .Ils sont très attachés à leur pays .Mois j’étais en France, à Toulouse , quelqu’un devait me restituer une somme d’argent qu’il me devait .Il ne voulait pas , il y eut une bagarre entre nous. Une juive était présente et m’avait demandé de quelle ville j’étais .Quand elle avait appris que je suis marocain de Casablanca ; elle m’avait parlé ainsi : « écoute mon compatriote , je me porte garante, tu partiras à Paris et tu auras ton argent dans trois jours ».Effectivement elle avait tenu sa parole et j’avais reçu mon argent. Une autre fois à Barbès , la veille de mon départ pour la Maroc , j’avais aperçu dans une vitrine un tissu qui m’avait plu .Mais je n’avais assez  d’argent.   J’avais entendu l’employé parler arabe…Je lui avais exprimé mon vœu. Il m’avait demandé de m’adresser au patron qui était un juif marocain. Je lui avais dis que je pouvais le payer par chèque endossable au Maroc …Il m’avait livré le tissu pour un prix dérisoire 100francs au lieu de 600 francs…Il m’avait demandé de payer ce que je pouvais. .. Le marchand de tissu était un pur meknassi »

Et soudain Al Haj arriva  et  s’égaya de trouver le groupe en train de parler de Meknès. C’était un septuagénaire, comme ses camarades , une barbe légère, de larges joue

« mais que dîtes-vous de Méknès, parle !! toi au nom de Sidi Ali Bous et un gros nez. L’air distrait , il intervint : saghrine ha ha ha, où est Mansour ? il n’y a que ses journaux » 

Mansour , le petit brun revint à sa chaise. Le meknassi  le taquina au sujet de la cigarette mais l’autre lui montra au nez un paquet de Marlboro , puis sortit deux autres et lui dit qu’il a des cartouche chez lui , bien approvisionné  en cas de pénurie !!!  Le meknassi lui demanda quand ils iront à Marrakech .Le brun lui riposta qu’ils iront à Marrakech et plus précisément à Derb Dabach mais il faudra faire attention car les habitant de ce quartier adorent la tanjyya !!Tout le groupe éclata de rire .

Le vieux fassi , les bonnes nouvelles  et les métaphores érotiques

Un autre homme corpulent se joignit au groupe , il avait leur âge. Dès qu’il se fut installé ,on lui demanda les prix des  légumes et des fruits .Il répondit que les prix étaient très bas. Il ajouta que peut être le gouvernement de BenKirane s’est rendu compte que le climat social est tendu  et a procédé  à baisser les prix. Son accent fassi était imposante ainsi que son teint blanc . «  Tout est bon marché , ajouta-t-il en souriant, les pommes à croquer ou à sucer et même les petits brasiers pour vous chauffer ha ha ha »  les hommes éclatèrent de rire , ils comprirent bien la métaphore .Il prit le journal et lit puis commenta :

«  dîtes-moi si un caïd fils d’un général a commis une faute , pourquoi on évoque le père et on le sanctionne ? »

Caid fils de général des forces auxiliaires  homicide par excès de mépris

« Mais comment un jeune caïd s’est-il  trouvé par hasard fils d’un général ? »

« le général commandant de la zone sud , oui commandant des mroud , les forces auxiliaires »

« Non du Nord car celui du Sud c’est Laanigri , l’ancien patron de la DST et de la Sûreté Nationale »

Deux points de vue se sont opposés à ce sujet .Les uns disaient que le Caïd  doit assumer ses responsabilités puisqu’il avait bafoué la dignité d’un jeune homme  en lui rasant le crâne. Le jeune ouvrier pris injustement et inconsidérément pour un « mcharmal » s’est suicidé par la suite. Le fait  de suspendre son père le général n’a aucun sens. Les autres  soulignaient que ce fils n’était devenu caïd que grâce à  son père , le général des FA. Et le fait  d’humilier les citoyens est un élément essentiel dans l’éducation que le fils avait reçu de son père.

 

 

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

24-04-2014

vieilles vérités ou illusions de vieillards?

Meknassi , marrakchi   et  la tanjyya!!!!

Et soudain Al Haj arriva  et  s’égaya de trouver le groupe en train de parler de searchMeknès. C’était un septuagénaire, comme ses camarades , une barbe légère, de larges joues et un gros nez. L’air distrait , il intervint : 

« mais que dîtes-vous de Méknès, parle !! toi au nom de Sidi Ali Bousaghrine ha ha ha, où est Mansour ? il n’y a que ses journaux »

Mansour , le petit brun revint à sa chaise. Le meknassi  le taquina au sujet de la cigarette mais l’autre lui montra au nez un paquet de Marlboro , puis sortit deux autres et lui dit qu’il a des cartouche chez lui , bien approvisionné  en cas de pénurie !!!  Le meknassi lui demanda quand ils iront à Marrakech .Le brun lui riposta qu’ils iront à Marrakech et plus précisément à Derb Dabach mais il faudra faire attention car les habitant de ce quartier adorent la tanjyya !!Tout le groupe éclata de rire .

 le  fassi    , les raisins et les figues

Un autre homme corpulent se joignit au groupe , il avait leur âge. Dès qu’il se fut installé ,on lui demanda les prix des  légumes et des fruits .Il répondit que les prix étaient très bas. Il ajouta que peut être le gouvernement de BenKirane s’est rendu compte que le climat social est tendu  et a procédé  à baisser les prix. Son accent fassi était imposante ainsi que son teint blanc . «  Tout est bon marché , ajouta-t-il en souriant, les pommes à croquer ou à sucer et même les petits brasiers pour vous chauffer ha ha ha »  les hommes éclatèrent de rire , ils comprirent bien la métaphore .Il prit le journal et lit puis commenta :

Caïd fils de général  et le suicide d’un faux « mcharmel »

«  dîtes-moi si un caïd fils d’un général a commis une faute , pourquoi on évoque le père et on le sanctionne ? »

« Mais comment un jeune caïd s’est-il  trouvé par hasard fils d’un général ? »

« le général commandant de la zone sud , oui commandant des mroud , les forces auxiliaires »

« Non du Nord car celui du Sud c’est Laanigri , l’ancien patron de la DST et de la Sûreté Nationale »

Le général victime de son fils

Deux points de vue se sont opposés à ce sujet .Les uns disaient que le Caïd  doit assumer ses responsabilités puisqu’il avait bafoué la dignité d’un jeune homme  en lui rasant le crâne. Le jeune ouvrier pris injustement et inconsidérément pour un « mcharmal » s’est suicidé par la suite. Le fait  de suspendre son père le général n’a aucun sens. Les autres  soulignaient que ce fils n’était devenu caïd que grâce à  son père , le général des FA. Et le fait  d’humilier les citoyens est un élément essentiel dans l’éducation que le fils avait reçu de son père.

 

 

 

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

24-04-2014

Vieilles vérités ou délires des vieux?

Seuls les septuagénaires connaissent l’Histoire du Maroc?

Le troisième , vieux  lui aussi,   semblait défier son âge par l’entrain et la gaité, prit la parole :

«  moi il y a longtemps que je ne lis plus ces qumes-barmitsvaotidiens , regardez la une  par exemple ,encore  un crime , des sutures et du sang , c’est navrant , ils veulent vendre à tout prix. Tous ceux qui sont nés après 1940  ne connaissent rien de l’Histoire du Maroc. On leur avait raconté l’Histoire. Ce n’est pas à moi, qui suis âgé de 72 ans ,de me parler des résistants et les militants… Des militants et des résistants qui parfois n’étaient que des traitres et des indic…Ceux qu’on a désignés après comme caïds et pachas…Ce n’est à moi qu’ils pourraient raconter leurs contes merveilleux  et leurs histoires qui font dormir debout. Toute une  Histoire falsifiée qu’on avait voulue   inculquer aux marocains qui étaient nés après 1940 .  »

la Vérité????!!!

Puis d’autres vieux sont arrivés, le cercle s’est agrandi et j’en faisais partie malgré moi. Ils parlaient sans aucune réserve ni  parti pris .Autrement dit, c’est une parole sincère  et porteuse d’une certaine vérité issue d’une longue expérience .Les  hommes sont des retraités,  leurs apparences attestent qu’ils étaient des fonctionnaires aisés.  Le vieil homme brun reçut un coup de téléphone , quitta le groupe pour répondre  et fumer.

Celui qui était hostile à Lahbabi s’adressa à l’autre   , né  avant1940,  en ces termes :

« On dirait que tu es un meknassi, ce sont eux qui passent tout leur temps à discuter tout en formulant des idées étranges comme les tiennes. Peut-être tu es influencé par ton ami »

Meknès et méknassi

Et l’autre de lui riposter en rigolant :

« oh non je ne suis pas meknassi.Il y a plus de vingt  ans que je n’ai pas visité  Méknés …  Grâce  à l’autoroute .. . je la contourne…Tu parles d’AlHaj , il va venir…Tu sais , il y a trente ans au travail , tout le monde l’évitait car on ne supportait point ses longues discussions…Moi j’ai accepté de le fréquenter .Tous les collègues me disaient que je ne  pouvais pas le supporter plus de trois jours…Et nous voilà maintenant amis depuis trente ans .Il fallait  le laisser parler tant qu’il  voulait sans le contredire ni l’écouter…Je te le jure  , c’est  ainsi que je me comporte avec lui , je le laisse dire tout ce qu’il voulait sans l’interrompre. »

Les vieux amis parlaient alors de Meknès , de Bab Mansour , de la station de CTM, du Mellah, des juifs.  L’ami du meknassi prit la parole et  évoqua les juifs ainsi :

Une perte marocaine

« Les juifs, une force économique, sociale et culturelle que le Maroc a bêtement perdu .Ils sont très attachés à leur pays .Mois j’étais en France, à Toulouse , quelqu’un devait me restituer une somme d’argent qu’il me devait .Il ne voulait pas , il y eut une bagarre entre nous. Une juive était présente et m’avait demandé de quelle ville j’étais .Quand elle avait appris que je suis marocain de Casablanca ; elle m’avait parlé ainsi : « écoute mon compatriote , je me porte garante, tu partiras à Paris et tu auras ton argent dans trois jours ».Effectivement elle avait tenu sa parole et j’avais reçu mon argent. Une autre fois à Barbès , la veille de mon départ pour la Maroc , j’avais aperçu dans une vitrine un tissu qui m’avait plu .Mais je n’avais assez  d’argent.   J’avais entendu l’employé parler arabe…Je lui avais exprimé mon vœu. Il m’avait demandé de m’adresser au patron qui était un juif marocain. Je lui avais dis que je pouvais le payer par chèque endossable au Maroc …Il m’avait livré le tissu pour un prix dérisoire 100francs au lieu de 600 francs…Il m’avait demandé de payer ce que je pouvais. .. Le marchand de tissu était un pur meknassi »

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

24-04-2014

Vieilles vérités ou rêves de vieux?

lLe printemps casablancais  tiré par les chevaux308194t2

Le printemps  jaillit en fin dans les rues de Casablanca mais sans odeur de fleurs d’oranger  ni  de mimosas  ni même de  menthe .Casa  est encensée de  carburant et de sueur, son air est déchiré de klaxons et de fumée  .Un printemps sans   gazouillis d’oiseaux ni odeur de  terroir. Mais  il est là , ce printemps qui pointe dans une existence  pénible. L’autre Casa connait son printemps éternel , celui qui ne disparait jamais  à Ain Diab  et ailleurs dans des villas –palais  calquées sur le paradis.  La température  modérée encourage  les passants aux idées lourdes et visqueuses  de balancer leur corps sur des terrasses de cafés  en fête.

Les coqs et les ânes   

Aussitôt eussé-je pris ma place au milieu de ces regards fatigués qu’un groupe d’hommes m’envahit tout en s’excusant poliment. C’est dire que je me suis trouvé en compagnie malgré moi .Le seul espace  vide était celui ou je me suis planté. Au début , ils étaient trois .Puis d’autres  sont arrivés …

Un vieil homme brun au corps minuscule tirés à quatre épingles ,béret et lunettes  élégants , cigarette dans la bouche, tenait à la main des journaux. Il était déjà  en train de commenter la manchette d’un journal qui  rapporte les déclarations de Mohammed Lahbabi selon lesquelles, il avait planifié en compagnie du général Oufkir et du conseiller Driss Slaoui l’assassinat de Hassane Deux le 3 Mars 1972 :

Hassane Deux victime de complot?

« eh donc il ne faut pas en vouloir à Hassane Deux, on comprend bien  pourquoi il s’était comporté

impitoyablement avec ses adversaires. On voulait le tuer pour prendre sa place »

Son ami , vieux mais paraissait en forme  avec des joues pourpres lui répliqua :

« fais voir , c’est un fou , ce Hbabi , pourquoi il n’avait pas dit cela avant ? Regardez-le , il attend la mort , il est atteint d’Alzheimer »

le petit brun insista  toujours sur la nécessité de comprendre la politique de Hassane Deux mais son interlocuteurs était catégorique :

Bluff ou vérité ?

«  Ces gens  qu’il évoque sont morts , et il ne faut pas dire du mal des morts , ils ne peuvent point exprimer leur point de vue ni donner leur version des chose ni même se défendre. Moi je me demande   ce que ce vieillard bluffeurs pourrait gagner de ces révélations insensées. On avait perdu confiance dans les partis politiques, maintenant , je crois que c’est au tour des journaux de se discréditer. »

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

20-04-2014

Bouteflika aurait été hospitalisé d’urgence !

Urgent ! Urgent : Bouteflika aurait été hospitalisé d’urgence !

Par lib dans Accueil le 18 Avril 2014 à 15:25

 

 

Après la dure épreuve que vient de faire Bouteflika, président et candidat à la présidentielle de 2014, en se présentant en fauteuil roulant pour voter, voilà qu’il finisse dans un hôpital. Une source nous informe qu’il aurait été hospitalisé il y’a deux heures.

A en croire. Le président Bouteflika est fatigué et souffre d’un malaise. Il aurait pu bouder l’urne pour qu’il assure sa bonne santé tout d’abord. Maintenant qu’il est en tête des élections, les choses sont compliquées. Son clan estime pouvoir tout gérer en son absence.

 

« Manifestation contre le 4e mandat de Bouteflika à Nice : Crainte ou coup monté de Yassine Bourrais !

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

20-04-2014

La réelection de Boutef vue par la presse internationale

Présidentielle : la réélection de Bouteflika vue par la presse étrangère

IMPRIMER
18

ActualitéPolitique - le 19 avril 2014 à 12 h 34 min - Selma Kasmi, Massissilia Chafai.

« Algérie : la gêne de Paris et le silence des Occidentaux dictés par la realpolitik », titre le journal français Le Monde. Le journal revient sur la   réaction de la France suite à la réélection de Bouteflika. « La France a réagi avec une extrême prudence à la réélection du président algérien Abdelaziz Bouteflika », estime-t-il. « On peut difficilement faire plus lénifiant. Malgré l’embarras suscité par le score soviétique de M. Bouteflika, la retenue française est dictée par la volonté de ne pas jeter de l’huile sur le feu d’une relation toujours empreinte d’émotion et de susceptibilité », écrit le grand quotidien français.

Annoncés vendredi 18 avril après-midi, les résultats de l’élection présidentielle sont commentés ce samedi par la presse étrangère. Le quotidien américain The New York Times titre : « Le président Abdelaziz Bouteflika remporte un quatrième mandat ». «  Abdelaziz Bouteflika a remporté un quatrième mandat en obtenant 81,5 pour cent des voix, ont indiqué des responsables vendredi », rapporte le quotidien. « Les leaders de l’opposition qui ont boycotté l’élection ont  immédiatement mis en doute les résultats, accusant M. Bouteflika et ses  partisans de fraude généralisée et de gonfler le taux de participation, qui était officiellement de 51,7 pour cent », ajoute le journal américain.

« Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53% en Algérie », titre le magazine français L’Express. Le journal commente cette victoire de Bouteflika : « Malgré sa faiblesse physique, Abdelaziz Bouteflika dispose toujours du soutien d’une large partie de la population, inquiète de voir ressurgir les violences islamistes qui avaient fait quelque 200 000 morts pendant la décennie noire des années 1990, après l’arrêt du processus électoral qui semblait en passe de porter au pouvoir le Front islamique du salut (FIS) ». Et d’ajouter : « Sa réélection pourrait aussi permettre d’organiser une transition en douceur, une stratégie qui a les faveurs des Américains et des Européens soucieux de maîtriser les mouvements islamistes dans la zone saharienne ».

Sur son site internet, la télévision américaine ABC News s’interroge : « Après la victoire écrasante de Bouteflika quelle sera la suite ? ». ABC News se demande quel sera l’avenir de l’Algérie après la réélection de Bouteflika. « Le président algérien malade a remporté un quatrième mandat avec une victoire écrasante. Cette situation met cette nation d’Afrique du Nord riche en pétrole devant une question cruciale qui est : et maintenant ? », souligne-t-elle.

« Bouteflika et l’apathie gagnent encore une fois », titre ce matin le quotidien espagnol El Pais. « Le président Bouteflika a gagné les élections présidentielles avec 81,53% des voix. De ce fait, il entamera  son quatrième mandat consécutif à 77 et convalescent », écrit-il. « La lenteur et la bureaucratie sont facilement observables dans plusieurs aspects en Algérie, et elles étaient bien présentes hier,  dans la journée prévue pour l’annonce des résultats officiels », souligne le journal, en référence au retard de plus d’une heure et demie pour la tenue de conférence de presse de Tayeb Belaiz.

« Bouteflika remporte les présidentielles en Algérie », titre sobrement le quotidien chinois Shanghai Daily. «  À 77 ans, le président malade, qui n’a fait que de très rares apparitions depuis son  AVC de l’année précédente,  était largement attendu comme vainqueur, comptant sur l’appui des militaires et du FLN », note le quotidien. «  Le plus grand taux de participation a été enregistré à Relizane avec 82%, tandis que le plus bas taux est de 20%, enregistré à Tizi Ouzou », précise Shangai Daily.

Le quotidien australien SBS titre : «  Bouteflika gagne une quatrième fois ». « Abdelaziz Bouteflika, dont la maladie l’a obligé à voter sur une chaise roulante, a gagné pour une quatrième fois les présidentielles en Algérie, avec 81% des voix », rapporte le quotidien australien. Il ajoute que « Benflis a rejeté immédiatement les résultats, et parle de sérieuses irrégularités, et d’une fraude massive ». SBS rappelle également que ces « élections ont connu un taux de participation très bas, après l’appel au boycott lancé par plusieurs partis de l’opposition ».

 

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

20-04-2014

5 fruits du mois d’avril

5 fruits du mois d’avril : La banane

Accueil > Mieux manger > Les fruits et légumes

Lutter contre le cholestérol, faire le plein d’antioxydants, protéger du cancer… Les fruits sont excellents pour la santé. PasseportSanté fait le point sur les bienfaits de 5 fruits de saison à consommer sans modération !

Le citron

Grâce à sa teneur en flavonoïdes comme l’ériocitrine et l’hespérétine, des composés chimiques naturels, le citron est connu pour être un puissant antioxydant. Il permet ainsi de lutter contre l’apparition des maladies cardiovasculaires et de certains cancers comme celui de l’œsophage, de l’estomac, du côlon ou du pharynx. Les flavonoïdes et les limonoïdes du citron ainsi que sa teneur en fibres solubles comme la pectine, permettent également de réguler le taux de cholestérol dans le sang.  Peu calorique, avec environ 25 kcals pour 100g, il constitue une très bonne alternative à l’orange ou à la clémentine.
Astuce : le citron a l’avantage de s’adapter à la préparation de multiples légumes, de multiples poissons et même de desserts. N’hésitez plus à le mettre au menu !

Publicité

Comment vivre mieux et plus longtemps?Renseignez-vous auprès des meilleurs médecins au sein de la Faculté de Médecine de Harvard

En savoir plus

Vos commentaires

1 DE 5

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

19-04-2014

Kénitra: les gendarme en rut , le syrien et la terre convoitée

Une agression caractérisée
Une grave atteinte aux droits de l’homme

Le bureau exécutive de la ligue marocaine de la citoyenneté et des droits de l’homme dénonce avec vigueur  l’agression perpétrée  par les gendarme du centre d’ElKseba , province de Sidi Slimane , Wilaya de Kénitra ,  60 kilomètres au nord de Rabat, à l’encontre d’une femme et de son fils mineur. Le bureau exécutif   appelle les autorités compétentes en vue d’ouvrir une enquête  urgente à  Uce etsuj.

40 hectares cédés mystérieusement à un syrien

Cette grave agression a eu lieu le lundi 14 Avril 2014.Son acteur principal n’est qu’un syrien à    qui  le ministère de l’intérieur avait légué dans des circonstances opaques quarante hectares. Les ayants droit qui sont les membres de la tribu Laababda,continuent de refuser cette cession illégale du foncier  congénital tribal. Ce syrien accompagné de son associé marocain ont attaqué l’enclos et la maison de madame Achoura AlKhallouq. En l’absence du mari , travaillant loin de chez loin ,ils ont procédé à la destruction des murs  à l’aide d’un tracteur. Devant la résistance farouche et la volonté intrépide de la dame et ses enfants  , les deux assaillants ont reculé et ont quitté les lieux

Des gendarmes marocains à la solde d’un magnat syrien

Mais la surprise a eu lieu le 15 avril 2014 à 14heures quand six gendarmes avaient défoncéillégitimement  la maison de madame Achoura. Ils  l’ont menacée de lui coller le délit  de trafic de stupéfiants. Puis ils  ont mis   la maison  sens dessus-dessous avant de l’emmener en compagnie de son fils Hassan Mouhid(14 ans) qu’ils ont balancé comme un  objet  dans le coffre  de la voiture alors qu’il était presque nu. La mère et son fils ont été détenus dans une cellule étroite sans  eau , sans nourriture ni toilettes. Les victimes ont subi des actes humiliantes et mêmes de durs châtiments physiques .Ils les avaient  roué de coup de baston. Ce qui a déclenché chez l’enfant une  grave crise de nerfs ; tellement terrorisé qu’ il s’est mis alors  à hurler et à pleurer  sans répit. De crainte qu’un incident fatal se produise dans les locaux de la gendarmerie, les gendarmes ont décidé de le relâcher et  le chasser loin de la brigade à 14 kilomètres de chez lui dans  dans  dix heures d ، dans  une zone à hauts risques sécuritaires.Quant à la mère, elle était obligée de subir les sévices inhumaines des sbires sensés protéger les citoyens ;des  insultes humiliantes , des invectives immorales, toute une dignité de mère et d’épouse bafouée par des responsables qui  faillissent à leur devoir. Finalement , ils ont atteint leur but ; la contraindre  à mettre son empreinte sur un rapport dont elle ignorait complètement le contenu. Ils l’avaient libérée en fin  à 3 heures du matin

Même le moqaddam sème la terreur à Laqsebyya.

Quand les membres de la ligue de la citoyenneté et des droits de l’homme avaient rendu visite à la victime chez elle, ils ont rencontré L’agent d’autorité dénommé Moubarak Al Harrass de la kiadat de la qsebyya en train de menacer l’époux de la victime pour le dissuader  de ne pas déposer de plainte et de   vider la  maison sous peine de subir davantage.

La ligue de la citoyenneté et des droits de l’homme avait décidé de porter plainte   chez le procureur du roi.Elle interpelle les autorités compétentes pour ouvrir une enquête urgente et sérieuse en vue de réhabiliter les victimes des actes arbitraires  des autorités  et de traduire devant la justice tout ceux qui se fixent comme objectif le pillage des terres communes  des groupes tribaux et congénitaux .Elle dénonce avec force les lobbies économiques et leurs alliés, les politiciens corrompus, qui   veulent dépouiller les  paysans     de leurs terres …La cession de Quarante hectares à un syrien est l’expression

.

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

17-04-2014

Une descente policière à Derb sSoltane2: le tachrmil dans tous ses états

Les femmes voisines terrorisées

Quand la foule se dirigeait vers le commissariat o010.jpgu l’Arrondissement Administratif, des femmes  qui étaient en train d’enfiler leur djellaba, effrayées, indignées  voire même terrorisées  , sortirent du lot   et se confirmèrent  comme  victimes de l’agresseur   .  Des  jeunes mères, emportaient leurs bébés et  trainèrent leurs petits-enfants,  étaient  effarées  bien qu’apparemment satisfaites de la présence  des policiers .Elles promettaient de ne point  pardonner leur agresseur qui les avaient menacées d’extermination. Aussitôt, la foule se dispersa. L’escadron de policiers    se fendit dans les étroites ruelles de  Derb Soltane .

Les délinquants transférés au désert, un allègement de la racket pour les marchands ambulants

Emu d’avoir assisté pour la première fois à un tel spectacle , je pris mon chemin  tout en m’approvisionnant  en légumes et fruits  de chez des marchands ambulant ayant investi les artères des kissariat aussitôt les  boutiques   furent fermées. Je demandai à quelqu’un ce qu’il pensait  de l’action de la police dont il avait reçu les échos .Il me répondit  que les délinquants arrêtés devraient être transférés au Sahara, à Tazmamart par exemple. Pour ce marchand , ce fut là une charge de moins car  quotidiennement ils leur extorquent au moins  20DH  pour pouvoir vendre .Dorénavant , il faudra « soudoyer » seulement les gens du makhzen . Pour  ce monsieur venu de la région de Safi ,un bosseur peut facilement gagner sa vie à Casa. Mais il faut qu’il aille au marché –criée àtrois heures du matin !! .Je el quittai.

Chauffeur et receveuse du bus 56 agressés par des malfaiteurs

Une fois sur le boulevard Mohammed VI, j’aperçus un gigantesque rassemblement  devant le bus 56 .Je m’ approchai ;ce fut une sanglante querelle entre le chauffeur   du bus bondé de passagers et des délinquants qui semblaient être en état d’ébriété avancée. Le chauffeur s’accrochait à l’un d’eux tandis que deux autres lui assénèrent des coups  en s’adressant à la foule : voici ce que font les cheffaas, ous sommes des voleurs , nous ??? ». Couvert du sang  ,la fille receveuse lui demanda de lui livrer d’abord la recette. Elle mit sa main dans sa poche et  en tira une caisse pleine de pièces de monnaie…Les agresseurs excités  continuaient leur besogne  au vue et au su des passagers et des passants…Roués de coup , le jeune chauffeur fut contraint de lâcher prise ses agresseurs …Ils filèrent  tranquillement dans la ruelle au fond de laquelle apparaissait la sirène de police …Ils ne furent point inquiétés , la police n’était point alertée peut-être.

Posté par TAHRI dans CASABLANCA CASARUINA | Pas encore de commentaires »

17-04-2014

Une descente policière à Derb Soltane1 : le tacharmil en spectacle

Casablanca 18 H, au cœur de Der Soltane ,

à proximité du fameux quartier Houbous, tel un essaim d’abeilles  , escortantimthumbt    une voiture  de police  à la sirène, un cortège de motards  sillonnaient les ruelles  populaires   puis s’arrêtèrent  et semblaient s’affairer  au milieux des  badauds pour exhiber    leur « gibier »: des jeunes  délinquants arrêtés en flagrant délit   au milieu du quartier populaire qui contient la plus grande activité commerciale de Casablanca. Ce qui  intrigua les passants , c’était la présence des photographes , des caméraman , des journalistes…C’est dire que l’opération est programmée pour  qu’il ait une certaine envergure. Ce qui avait poussé certains esprits railleurs  présents sur place de parler d’un tournage de film…

Un escadron de police  et toute une foule  de badauds attaqués par  un délinquant

Je faisais mes courses  quand  d’un coup je me  trouvai de nouveau au milieu du cortège sécuritaire que la sirène  annonçait   tout en propageant une présence surprenante. Malgré mon lourd panier , je décidai alors de me dépêcher pour   tenter d’assister à une opération policière en direct. Le spectacle était  saisissant et gratuit.  Je me  faufilai au milieu de la foule et des motards  qui engorgeaient une ruelle  sombre bien qu’il ne fasse pas encore nuit. Mais l’étroitesse de la ruelle et la hauteur des maisons  affaiblissaient le brin de lumière suspendu au ciel  en cours de s’assombrir .  Des cris, des insultes, un vacarme  assourdissant, le jeune homme debout sur le bout de la terrasse menaçait de se suicider. Il vilipendait les policiers amis  surtout les photographes et les caméramans qui filmaient et prenaient des photos. Cependant  au lieu de sauter , le jeune  s’éclipsa . des projectiles  s’abattaient sur nous : des briques , des marmites , un brasier , des bouteilles…Tout le monde tentait de fuir pour ne pas se faire éclater la cervelle. Puis le jeune homme  hors de lui  disparut. Des   policiers casqués apparurent à sa place alors qu’il  semblait avoir  déjà  pris la poudre d’escampette.

Litige entre voisins    fustigation des photographes journalistes et malheur d’une mère

J’essayais de m’enquérir  sur le fait et j’appris vite que ce ne fut  là qu’un litige entre voisins.  Habiter   au cœur de la plus grande place commerciale de Casa   permettrait de  gagner  honnêtement et convenablement  , ce serait donc une pagaille gratuite selon un témoin  qui était  à côté de moi…Les policiers  descendirent bredouille .Ils amenèrent le frère du superman  qui injuriait sans arrêt   un autre jeune  en l’accusant d’être  à l’origine de l’incident. Et pourtant celui-ci , malgré les  invectives et les menace qu’il recevait, tentait de rappeler aux policiers que  la personne  arrêtée n’était pas l’agresseur. Il  continuait de  implorer la police pour relâcher  l’arrêté   qui  clamait sans répit  les mots les plus grossiers   à la face de tout le monde .Sa mère  pâle, adossée au seuil de l’immeuble  lui jetait un regard   d’ où la  fadeur , le désespoir , la résignation , le regret jaillissaient fatalement. Le jeune homme  semblaient être irrité davantage par les photographes et les caméramans, il leur jetait  les plus beaux injures du monde au point de pousser un photographe à la révolte  en  essayant de sauter sur lui malgré la présence de la police.  Irrité ,  celui qui semblait être un chef , jura d’attacher  le suppliant agaçant  à son adversaire . Le photographe et le journaliste  rugirent et jurèrent de poursuivre le jeune menotté en justice.

Posté par TAHRI dans CASABLANCA CASARUINA | 4 Commentaires »

17-04-2014

Un quarantenaire s’immole devant la cours d’appel d’ElJadida

Selon  le média électronique ElJadida Presse,Un  quarantenaire vient de s’immoler  par le feu ce matin jeudi   17 avril  devant le siège de la cours d’appel d’El Jadida , à 120 kilomètre au sud de Casablanca.

Le drame est survenu juste quelques instants après  la sentence  prononcée par le juge  à l’égard de la victime .En guise de protestation contre un jugement  considéré comme étant injuste puisqu’il consiste à lui arracher son fond de commerce,la victime se sentant lésé dans ses droits a eu recours à ce geste spectaculaire.

 

1397727867

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

12-04-2014

Les fantasmes français et le Maroc 1

Javier Bardem joue dans un navet

Javier Bardem, acteur espagnol originaire de Las Palmas  est un parrain des pseudo militants du Polisario.Il ne rate  aucune occasion pour  blasphémer le Maroc  .Le dédain et le mépris  que cet acteur  exprime explicitement à l’égard de ce pays  font de lui un ennemi  juré …D’ailleurs , c’est un voisin , il fallait comprendre ses  diffamations comme des passions antipathiques qui frôlent les limites de la négation de l’autre.    Un malentendu passionnel ? « Le monde ne marche que par le malentendu. C’est par le malentendu universel que tout le monde s’accorde. Comme l’avait dit Baudelaire

Le maoc et l’Espagne :des passions mortelles

Le Maroc et l’Espagne ont entretenus et continuent d’entretenir depuis presque deux millénaires  des malentendus épais voire mortels. Actuellement , cette haine viscérale se traduit  chez de pareils types par  le  désir brûlant d’écraser …une rêverie spirituelle qui s’impose comme un devoir…La haine et la mépris  dans ce sens  sont l’expression d’un appétit  illicite …

Coupe-circuiter les relations maroco-françaises

Pour parfaire son subterfuge , il a voulu coupe-circuiter  la relation franco-marocaine en  racontant l’anecdote « L’ambassadeur de France aux Nations unies, Gérard Araud, qu’on a rencontré en 2011, nous a dit que le Maroc est une maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on n’est pas particulièrement amoureux, mais qu’on doit défendre ».C’est dire  que le Maroc est l’auge de la France , en quelque sorte une prostituée qui malgré , les plaisirs qu’elle offre , ne mérite que mésestime et insolence.

Si l’artiste espagnol peut tout se permettre, l’ambassadeur  de la France et l’Etat français devront être blâmer  . C’est vrai que la citation est une seconde main  qui travaille la véracité des dire mais la première main n’est point dissimulée.

Les droits de l’homme :une nasse  étanche

Bien entendu , les dires irresponsables de l’espagnol   s’inscrivent dans le contexte des droits de l’homme violés par Rabat  surtout à l’égard des sahraoui et de la réaction  complaisante de Paris. On dirait que Paris  est l’ange gardien des sahraouis , des autres et de leurs droits !!!Comme si Tindouf et l’Algérie bouteflikienne étaient le paradis des droits de l’homme !!!Bien entendu , la réaction de Rabat  ne s’est pas faite attendre. !! Et l’Etat français , par la voix de Hollande confirme qu’elle est prête à dissiper tous les malentendus !

La politique du clair-obscur

Ce jeu du clair-obscur  des soit disant lapsus, actes manqués, rêveries , intuitions du coeur ou de l’esprit va se révéler un espace construit  volontairement par l’Etat français en vue de dresser ,  broyer  et  faire chanter un autre pays qui est le maroc. Une sorte de clair-obscur politique où l’Etat français  ne pouvait déterminer ses attitudes véritables envers le Maroc : un partenaire indépendant et responsable  où un filleul , enfant maudit ?  Indécise , La France  chavire  et souille son Histoire et déshonore les droits de l’homme qu »elle prétend avoit offert au monde !

Cette politique malicieuse de la France a commencé à donner ses fruits !  Aux yeux du peuple marocain, ce pays et tout ce qu’il symbolise  devient un vrai joug duquel il faut se libérer  vite !!!

A suivre

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

09-04-2014

Faut-il liquider lez diplômés chômeurs?

أنوال بريس
حكم قاسي بالحسيمة ضد المعطل محمد أعراص رئيس فرع الرواضي- آيت قمرة للجمعية الوطنية لحملة الشهادات المعطلين بالمغرب بالسجن 10 أشهر نافذا وغرامة مالية قدرها 500 درهم بعد شكاية تقدم بها رئيس الجماعة القروية فريد الأشقر في ملف يعود إلى أربع سنوات خلت.
أصدرت المحكمة الإبتدائية بالحسيمة مساء اليوم الثلاثاء حكما بعشرة أشهر سجنا نافذا في حق محمد أعراص رئيس فرع جمعية المعطلين بالجماعة القروية الرواضي بالحسيمة بعد اتهامه بـ”خيانة الأمانة”.
وتعود تفاصيل الملف الذي اعتقل من أجله أعراص يوم الثلاثاء 25 مارس الماضي من طرف الدرك الملكي إلى أربع سنوات خلت، حيث كان يشرف على مكتبة بمركز الرواضي بشكل تطوعي، ثم من بعد ذلك تعرضت تلك المكتبة للسرقة وتم اتهامه بأنه هو مدبّر السرقة، غير أنه من بعد تم طي الملف، ليفاجئ نهاية الشهر الماضي باعتقاله من طرف الدرك الملكي بتهمة “خيانة الآمانة” من جديد بعد شكاية من رئيس الجماعة القروية للرواضي فريد الأشقر الذي تخلف عن حضور المحاكمة اليوم.
 غير أن المشكل الحقيقي الذي اعتقل بسببه أعراص-كما صرح لنا في اتصال هاتفي لحظة اعتقاله- يعود إلى نشاطه النضالي المكثف في مركز الرواضي عبر تنظيم اعتصامات ووقفات احتجاجية مما أغضب السلطات المحلية ورئيس المجلس الجماعي واعتباره “عنصرا مشوشا” يجب التخلص منه .
فرع ذات الجمعية بالرواضي-آيت قمرة، أصدر اليوم بيانا تنديديا استنكر فيه الحكم الصادر في حق رئيس جمعتهم واعتبر ذلك “مؤامرة سخيفة” تعرض لها أعراص من طرف السلطة المحلية ورئيس الجماعة انتقاما من الجمعية ورئيسها خاصة وتصفية الحسابات ليس إلا.
وأضاف البيان أن الفرع المحلي للجمعية الوطنية لحملة الشهادات المعطلين بالمغرب ظل يناضل ويطالب بحق منخرطيه في التشغيل وتنفيذ الوعود الممنوحة للفرع المحلي، “ومما لا شك فيه أن المسؤولين المحليين بالرواضي يريدون إسكات كل صوت يفضح السياسات والخروقات التي تعرفها جماعة الرواضي” –يضيف البيان-.
__._,_.___
Répondre en mode Web Répondre à expéditeur Répondre à groupe Nouvelle discussion Toute la disc

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

06-04-2014

Marruecos pide más dinero a España para la devolución en caliente de inmigrantes

Elige Edición

Iniciar sesiónRegistrarsei

Haut du formulaire

Bas du formulaire

 

POLÍTICA

ESTÁ PASANDO

 

PRIMERA VERSIÓN OFICIAL ANTE LA CRISIS DE INMIGRANTES

Marruecos pide más dinero a España para la devolución en caliente de inmigrantes

Rabat achaca la presión de las mafias sobre Ceuta y Melilla al cierre de otras vías

JAVIER CASQUEIRO Madrid 6 ABR 2014 – 12:32 CET1

Inmigración

Inmigración irregularÁfricaPolítica migración

 

El Gobierno marroquí se declara tan “objetivo” de las mafias de la inmigración ilegal como lo es España en esta crisis que se ha desatado en las fronteras de Ceuta y Melilla desde que comenzó el año 2014. Entiende que la presión de las mafias está ahora focalizada sobre ambas ciudades debido al mejor control que las fuerzas de seguridad están ejerciendo sobre sus propias costas y sobre su litoral.

Es la versión oficial, la primera que se conoce públicamente, que ha ofrecido el Gobierno marroquí ante el cuestionario planteado por EL PAÍS tras los continuos incidentes con inmigrantes en las vallas y fronteras de ambas ciudades autónomas. También achaca el aumento de esta presión migratoria a las mejoras efectuadas por el impulso del rey Mohamed VI en el propio país, especialmente con el proceso de regularización de inmigrantes que empezó en enero.

Cuando se pide una explicación a lo que está sucediendo estos meses en el entorno de Ceuta y Melilla, las fuentes oficiales competentes en la materia responden: “Dada su posición geográfica y su cercanía de España, el Reino de Marruecos constituye un objetivo para las redes de tráfico de inmigrantes que intentan utilizar las cercanías de los presidios [como llama el Gobierno marroquí a Ceuta y Melilla] como plataforma de salida de los inmigrantes ilegales. El dispositivo de control en las costas y en el litoral obliga a las redes de tráfico a optar por la infiltración según el modus operandi de los asaltos a las vallas”. A partir de ese punto, el Gobierno marroquí está especialmente interesado en ofrecer sobre esta crisis dos mensajes rotundos: está haciendo todo lo que puede y no solo no han disminuido sus esfuerzos, sino que los han aumentado. Además, el Gobierno de Rabat está especialmente encantado en este momento con la relación bilateral con el Ejecutivo español que preside Mariano Rajoy.

“Las autoridades marroquíes siguen reforzando los recursos humanos y materiales en el control terrestre, marítimo y aéreo, en el marco de la lucha contra las redes de tráfico de los inmigrantes ilegales. Los esfuerzos desplegados han dado importantes resultados, particularmente en la bajada del 92% de los flujos de inmigrantes ilegales que llegan a España desde Marruecos”, subrayan las mismas fuentes oficiales en alusión a la fuerte disminución de cayucos y pateras que anteriormente zarpaban a España repletos de inmigrantes.

Respecto al problema suscitado en los últimos meses en torno a Ceuta y Melilla, que el Gobierno marroquí reclama históricamente como parte de su territorio, las fuentes oficiales explican que están implantando diversas medidas en coordinación con las autoridades españolas. Y citan las siguientes: patrullas mixtas terrestres, aéreas y marítimas entre la Gendarmería Real y la Guardia Civil española; intercambio de oficiales de enlace, incluso en los aeropuertos de Casablanca y de Madrid; dos centros de cooperación policial, creados en Tánger y Algeciras; y un equipo conjunto de análisis y cooperación policial en materia de migración ilegal entre la Dirección General de Seguridad Nacional marroquí y la Dirección General de policía nacional española.

El Gobierno marroquí considera incluso “un modelo del partenariado norte-sur” su cooperación actual con el Ejecutivo español. En breve habrá una reunión del comité mixto bilateral para profundizar en algunas mejoras. El Ministerio del Interior español, tras la muerte de 15 inmigrantes ahogados en la playa del Tarajal, en febrero pasado, ha reclamado de Marruecos algunos cambios en esa frontera y, sobre todo, la aplicación real y regulada del artículo 11 del tratado bilateral de 1992 para permitir las llamadas “devoluciones en caliente” o inmediatas de los inmigrantes irregulares interceptados en territorio español.

Marruecos responde ahora que no se niega a nada de eso, pero con sus tiempos. Sobre las reformas y obras en su parte de la frontera con la ciudad de Ceuta anuncia, sin más precisión, que están en marcha: “En el marco de la renovación global de Bab Sebta, [Ceuta] iniciada en marzo de 2013, las autoridades marroquíes han procedido a la construcción de nuevos corredores clasificados según la categoría de los pasajeros. En este sentido, las dos partes coordinan sus esfuerzos con el fin de ultimar y terminar los trabajos en curso para juntar y enlazar las obras por los dos lados”.
Sobre las readmisiones inmediatas de inmigrantes irregulares, las autoridades de Rabat solo apuntan ahora las condiciones teóricas y dejan entrever algún aviso: “Cabe subrayar que cada vez que se han respetado las condiciones de readmisión, el Reino de Marruecos siempre ha cumplido con sus compromisos en el marco de la buena cooperación entre ambas partes. Sin embargo, existen disposiciones previstas en el artículo 11 del Convenio de readmisión que no han sido aplicadas. Se trata de los aspectos relativos al apoyo técnico y financiero a favor del Reino de Marruecos”. Es decir, Rabat demanda más fondos económicos por parte de España y de la Unión Europea para poder asumir esos costes.

Un asunto que también ha originado polémica en estos meses ha sido la cifra de cuántos inmigrantes irregulares pueden estar viviendo actualmente en el país vecino. El ministro marroquí para asuntos de la emigración fue el primero que hizo la estimación de 40.000 personas dispuestas a saltar la valla, que luego las autoridades españolas airearon con profusión en numerosas ocasiones. Marruecos insiste en ese cálculo, aunque con una horquilla amplia: entre 25.000 y 40.000. Y ofrece una explicación somera de cómo la obtiene: “Por el número de inmigrantes que llegaron de manera legal a Marruecos, a través de los aeropuertos y puertos marítimos, y que no salieron del país; por los datos ofrecidos por los diferentes organismos y organizaciones de los derechos humanos; y por los informes del Ministerio del Interior”. Así de genérico.

 

El plan de regularización del rey

JAVIER CASQUEIRO

Tras numerosas denuncias de malos tratos y de violencia de organizaciones humanitarias, de colectivos sociales y hasta del consultivo Consejo para los Derechos del Hombre, —puesto en marcha por impulso del rey Mohamed VI—, el pasado 2 de enero se empezó a aplicar en Marruecos una inédita ley de regularización de inmigrantes. Con no mucha publicidad y demasiados condicionantes. Pero los propios colectivos implicados sobre el terreno han valorado el esfuerzo como un primer paso, aunque lo consideren todavía muy corto.

Para las autoridades marroquíes esa norma es la clave de su nueva política migratoria: “La Iniciativa Real ha permitido un giro en el enfoque y la gestión de la problemática migratoria, haciendo posible la toma de medidas audaces de una dimensión principalmente humana a favor de los inmigrantes irregulares”.

El Gobierno marroquí ha movilizado los siguientes recursos humanos y logísticos para garantizar el desarrollo de ese proceso: “Más de 3.000 personas, divididas en 80 comisiones especializadas conformadas por autoridades locales, representantes de la sociedad civil y, en muchos casos, representantes de los inmigrantes. De momento, estas oficinas han recibido más de 14.000 solicitudes de regularización de inmigrantes clandestinos, procedentes de 86 nacionalidades. En menos de tres meses más de 500 personas han obtenido sus tarjetas de residencia”. Las autoridades destacan que antes de iniciar esta regularización excepcional, que va a durar un año, más de 550 tarjetas de demandantes de asilo han sido acordadas y que ninguna solicitud se ha rechazado.

 

Posté par TAHRI dans Non classé | 1 Commentaire »

06-04-2014

Pourquoi je ne laisserai pas mes enfants apprendre le français

Carte

L’actualité pays par pays

Sur le web L’article original (en anglais) Fiches pays FRANCEPourquoi je ne laisserai pas mes enfants apprendre le français Si le français est la langue des droits de l’homme, elle est aussi la raison de l’échec de nombreux pays africains, estime ce journaliste britannique. La mainmise linguistique se traduit bien souvent par une influence politique désastreuse.

Dessin de Falco Mes enfants n’apprendront pas le français ! Si leur école essaie de les y contraindre, je me battrai bec et ongles. Je livrerai la bataille d’Azincourt [25 octobre 1415] à moi tout seul avant de baisser les bras. Non pas que j’aie un problème avec cette langue, même si elle a trop de voyelles et que le chiffre 99 se prononce « quatre-vingt-dix-neuf », ce qui, j’imagine, doit rendre la chanson 99 Red Balloons (99 Ballons rouges) impossible à chanter. Le français n’est pas un atout dans le monde des affaires Je veux juste que mes enfants réussissent, et l’apprentissage du français n’est pas un atout dans le monde des affaires. Il y a aussi une question morale, mais les affaires passent d’abord : aujourd’hui, aucun Britannique ne s’installe en France pour créer une entreprise. Ils peuvent s’y rendre pour le mode de vie, le vin ou pour passer les dernières années de leur vie. Mais personne n’y va dans l’espoir de réussir. Mon neveu, qui a récemment quitté son école en Bretagne, avait la modeste ambition de devenir vendeur, mais il a appris qu’il devait avoir une formation de trois ans en commerce. Il a alors opté pour le métier de guide touristique, mais là encore il devait suivre un cours de deux ans pour apprendre à situer les sites historiques. En France, même pour mener la vie la plus simple, il faut passer un examen. Et l’on n’est guère encouragé à travailler à son compte : même s’il n’est pas suffisamment fortuné pour être imposé à 75 %, un entrepreneur qui vend son affaire au bout de dix ans doit verser à l’Etat 60 % d’impôt sur la plus-value, quels que soient ses bénéfices. Le Québec a mis en œuvre un plan visant à attirer sur ses côtes 50 000 entrepreneurs français, ce qui revient plus ou moins à vouloir sauver 50 000 rhinocéros noirs. Trop tard, à mon avis. Tout cela ne signifie pas que la France ne mérite pas le détour. L’Hexagone est un beau pays et la meilleure façon d’en profiter est de louer une caravane, s’asseoir dans un café et acheter une baguette. Mais pour cela je recommande un recueil d’expressions, plutôt que six ans d’apprentissage de la conjugaison des verbes. L’échec des pays francophones Bien sûr, il ne s’agit pas seulement de la France. Les gens me font observer qu’une bonne partie de la planète (environ 15 %) est francophone. Ce à quoi je réponds : oui, mais regardez l’état dans lequel se trouvent ces pays. Regardez la Côte d’Ivoire, le Tchad, le Mali, le Congo, la république démocratique du Congo (RDC) et, en ce moment même, la République centrafricaine. La majeure partie de l’Afrique est en train de se redresser, mais ces pays sont irrémédiablement perdus. Et la raison de cet échec est intimement liée au fait que leurs habitants parlent le français. L’Organisation internationale de la francophonie est un groupe de pays dont les habitants s’expriment en français ou adhèrent aux valeurs françaises. Les gens parlent le français parce que, il y a un siècle encore, ils n’avaient pas le choix, et ils adhèrent aux valeurs françaises parce que c’est un moyen pour eux de faire des affaires. Le dernier membre en date de l’organisation est le Qatar, un pays où seulement 1 % de la population parle le français mais qui a accepté d’investir 300 millions d’euros dans des entreprises françaises. Contrairement à la Grande-Bretagne, l’Hexagone n’a jamais vraiment quitté l’Afrique L’an dernier, au sommet de la francophonie de Kinshasa, en RDC, le président Hollande a déclaré : « Parler le français, c’est aussi parler la langue des droits de l’homme, parce que les droits de l’homme ont été écrits en français. » Au-delà de la possibilité de remplir les caisses, un principe fondamental de la francophonie est que la langue et la culture sont indissociables : si vous parlez français, vous pensez français et votre sympathie va forcément vers la France. Aujourd’hui, quand on gratte un peu, on trouve la France dans tous les pays francophones pauvres. Contrairement à la Grande-Bretagne, l’Hexagone n’a jamais vraiment quitté l’Afrique. La cellule africaine de l’Elysée existe depuis la dissolution officielle de l’empire africain de la France et elle est en mesure de soutenir ou de renverser des dirigeants selon les besoins. Les solides liens de coopération de Paris avec Félix Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire, le régime d’Omar Bongo au Gabon et le président Mobutu dans l’ancien Congo belge ont permis à ces pays de continuer à bénéficier de l’aide et de l’assistance de la France. Depuis qu’elle a accordé l’indépendance à ses colonies, la France est intervenue militairement en Afrique à trente reprises et, bien plus souvent encore, elle a soutenu des groupes rebelles, intrigué ou usé de son influence pour mettre en place ou renverser des régimes. En 2010, les forces spéciales françaises ont contribué à faire tomber le régime de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire. L’an dernier, les Français étaient au Mali, aujourd’hui, ils sont en République centrafricaine, où, il y a trente-huit ans, l’Hexagone a aidé Bokassa – le « Napoléon africain » –, à accéder au pouvoir, avant de l’en chasser trois ans plus tard, quand sa tendance à couper les oreilles des gens et à tuer les écoliers est devenue gênante. La France maintient une présence permanente et opérationnelle de 5 000 hommes dans la partie la plus divisée, sous-développée et politiquement instable du continent. Dans ces contrées, on peut faire beaucoup de choses avec 5 000 hommes. Selon l’ancien président Giscard d’Estaing, l’Afrique reste « le seul [pays] où, avec 500 hommes, [la France] peut encore changer le cours de l’histoire ». Et elle l’a fait. Pourtant, plus ça change, plus c’est pareil*. Je ne doute pas que la France sauvera des vies en Centrafrique. Mais au bout de trente interventions militaires, elle n’a toujours pas réussi à porter au pouvoir un seul gouvernement valable ni à apporter la moindre amélioration dans les conditions de vie de l’Africain moyen. Livraison d’armes aux génocidaires En 1990, la cellule africaine était dirigée par Jean-Christophe Mitterrand, le fils du président Mitterrand. L’historien Martin Meredith raconte comment, quand un groupe rebelle tutsi armé par l’Ouganda s’est rapproché du Rwanda en octobre 1990 - une opération qui cadrait parfaitement avec l’idée française du complot anglo-saxon -, le président Mitterrand, un ami personnel du président hutu Habyarimana, n’a pas hésité à autoriser l’envoi de troupes françaises sur le sol rwandais. L’année suivante, l’armée française a supervisé l’expansion des forces armées hutues (de 9 000 à 28 000 hommes) et mis en place des accords de fourniture d’armes qui ont permis au régime d’en acheter pour 100 millions de dollars à l’Egypte et à l’Afrique du Sud, malgré les signes de plus en plus flagrants de préparation du génocide. Le mercenaire français Paul Barril a joué un rôle central dans ces tractations. Après le début des tueries, il a même signé un contrat d’assistance avec le gouvernement intérimaire rwandais qui perpétrait les massacres. L’implication de la France au Rwanda est décrite dans les mémoires du commandant des Nations unies Roméo Dallaire, qui regardait, sans pouvoir intervenir, les avions français livrer des armes aux génocidaires. Les soldats français, qui croyaient avoir été envoyés au Rwanda pour prévenir une invasion du pays par l’armée rebelle tutsie, ont été horrifiés d’avoir à protéger les auteurs des massacres et à établir, sur l’ordre de leur gouvernement, une zone de sécurité qui permettait aux génocidaires en fuite de passer sans encombre au Zaïre [nom porté de 1971 à 1997 par la RDC]. Linda Melvern, dont le compte rendu du génocide Conspiracy To Murder: The Rwandan Genocide est l’un des plus complets jamais parus, conclut sèchement : « La politique française semblait fondée sur le fait que le Rwanda était au croisement de l’Afrique anglophone et de l’Afrique francophone. » Yves Montand sous-titré Bien sûr, je ne peux rien faire contre toutes ces tueries et ces intrigues qui prennent place si loin de nous. Personne n’y peut rien. Aujourd’hui, on nous dit même que l’aide est inutile. Cependant, pour faire quelque chose d’inutile mais vital, j’insisterai pour que mes enfants n’apprennent pas le français. Je le ferai par solidarité avec le Rwanda, où le gouvernement a lancé une campagne de grande ampleur pour faire de l’anglais la langue officielle et celle des affaires. Le pays a même rejoint le Commonwealth en 2009. Je suis triste, bien sûr, que mes enfants ne puissent pas participer à la sortie scolaire à Saint-Malo, ni regarder des films avec Yves Montand sans les sous-titres. Mais, dans le grand marché linguistique, le français apparaît comme un investissement peu intéressant. L’allemand gagne du terrain. Le mandarin va devenir indispensable. L’espagnol comporte peu de verbes irréguliers et il est parlé dans une multitude de pays fascinants ayant des perspectives économiques positives. Malgré tout, je conserve une certaine affection pour le peuple français, son cynisme et son humour satirique. C’est un article paru en 2009 dans [l'hebdomadaire satirique] Charlie Hebdo qui a été à l’origine de la plainte déposée contre Paul Barril auprès du tribunal de grande instance de Paris. Dans l’attente des résultats de l’enquête, l’accusé continue d’exercer ses fonctions de conseiller du gouvernement qatari, dernier membre en date, comme on l’a vu, d’une organisation qui promeut la langue française et – selon M. Hollande – « la démocratie, les droits de l’homme, le pluralisme, le respect de la liberté d’expression, l’affirmation que tout être humain doit pouvoir choisir ses dirigeants ». Oubliez tout ce que j’ai dit sur les Français et l’ironie.       Note :* En français dans le texte.

Posté par TAHRI dans Non classé | 3 Commentaires »

06-04-2014

FRANCE Pourquoi je ne laisserai pas mes enfants apprendre le français

FRANCE > FRANCE

FRANCEPourquoi je ne laisserai pas mes enfants apprendre le français

Si le français est la langue des droits de l’homme, elle est aussi la raison de l’échec de nombreux pays africains, estime ce journaliste britannique. La mainmise linguistique se traduit bien souvent par une influence politique désastreuse.
  • 5 AVRIL 2014
  • 3
  •  
  • PARTAGER :
Dessin de Falco
Mes enfants n’apprendront pas le français ! Si leur école essaie de les y contraindre, je me battrai bec et ongles. Je livrerai la bataille d’Azincourt [25 octobre 1415] à moi tout seul avant de baisser les bras. Non pas que j’aie un problème avec cette langue, même si elle a trop de voyelles et que le chiffre 99 se prononce « quatre-vingt-dix-neuf », ce qui, j’imagine, doit rendre la chanson 99 Red Balloons (99 Ballons rouges) impossible à chanter.Le français n’est pas un atout dans le monde des affaires

Je veux juste que mes enfants réussissent, et l’apprentissage du français n’est pas un atout dans le monde des affaires. Il y a aussi une question morale, mais les affaires passent d’abord : aujourd’hui, aucun Britannique ne s’installe en France pour créer une entreprise. Ils peuvent s’y rendre pour le mode de vie, le vin ou pour passer les dernières années de leur vie. Mais personne n’y va dans l’espoir de réussir. Mon neveu, qui a récemment quitté son école en Bretagne, avait la modeste ambition de devenir vendeur, mais il a appris qu’il devait avoir une formation de trois ans en commerce.

Il a alors opté pour le métier de guide touristique, mais là encore il devait suivre un cours de deux ans pour apprendre à situer les sites historiques. En France, même pour mener la vie la plus simple, il faut passer un examen. Et l’on n’est guère encouragé à travailler à son compte : même s’il n’est pas suffisamment fortuné pour être imposé à 75 %, un entrepreneur qui vend son affaire au bout de dix ans doit verser à l’Etat 60 % d’impôt sur la plus-value, quels que soient ses bénéfices. Le Québec a mis en œuvre un plan visant à attirer sur ses côtes 50 000 entrepreneurs français, ce qui revient plus ou moins à vouloir sauver 50 000 rhinocéros noirs. Trop tard, à mon avis.

Tout cela ne signifie pas que la France ne mérite pas le détour. L’Hexagone est un beau pays et la meilleure façon d’en profiter est de louer une caravane, s’asseoir dans un café et acheter une baguette. Mais pour cela je recommande un recueil d’expressions, plutôt que six ans d’apprentissage de la conjugaison des verbes.

L’échec des pays francophones

Bien sûr, il ne s’agit pas seulement de la France. Les gens me font observer qu’une bonne partie de la planète (environ 15 %) est francophone. Ce à quoi je réponds : oui, mais regardez l’état dans lequel se trouvent ces pays. Regardez la Côte d’Ivoire, le Tchad, le Mali, le Congo, la république démocratique du Congo (RDC) et, en ce moment même, la République centrafricaine. La majeure partie de l’Afrique est en train de se redresser, mais ces pays sont irrémédiablement perdus. Et la raison de cet échec est intimement liée au fait que leurs habitants parlent le français.

L’Organisation internationale de la francophonie est un groupe de pays dont les habitants s’expriment en français ou adhèrent aux valeurs françaises. Les gens parlent le français parce que, il y a un siècle encore, ils n’avaient pas le choix, et ils adhèrent aux valeurs françaises parce que c’est un moyen pour eux de faire des affaires. Le dernier membre en date de l’organisation est le Qatar, un pays où seulement 1 % de la population parle le français mais qui a accepté d’investir 300 millions d’euros dans des entreprises françaises.

Contrairement à la Grande-Bretagne, l’Hexagone n’a jamais vraiment quitté l’Afrique

L’an dernier, au sommet de la francophonie de Kinshasa, en RDC, le président Hollande a déclaré : « Parler le français, c’est aussi parler la langue des droits de l’homme, parce que les droits de l’homme ont été écrits en français. » Au-delà de la possibilité de remplir les caisses, un principe fondamental de la francophonie est que la langue et la culture sont indissociables : si vous parlez français, vous pensez français et votre sympathie va forcément vers la France.

Aujourd’hui, quand on gratte un peu, on trouve la France dans tous les pays francophones pauvres. Contrairement à la Grande-Bretagne, l’Hexagone n’a jamais vraiment quitté l’Afrique. La cellule africaine de l’Elysée existe depuis la dissolution officielle de l’empire africain de la France et elle est en mesure de soutenir ou de renverser des dirigeants selon les besoins. Les solides liens de coopération de Paris avec Félix Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire, le régime d’Omar Bongo au Gabon et le président Mobutu dans l’ancien Congo belge ont permis à ces pays de continuer à bénéficier de l’aide et de l’assistance de la France. Depuis qu’elle a accordé l’indépendance à ses colonies, la France est intervenue militairement en Afrique à trente reprises et, bien plus souvent encore, elle a soutenu des groupes rebelles, intrigué ou usé de son influence pour mettre en place ou renverser des régimes. En 2010, les forces spéciales françaises ont contribué à faire tomber le régime de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire.

L’an dernier, les Français étaient au Mali, aujourd’hui, ils sont en République centrafricaine, où, il y a trente-huit ans, l’Hexagone a aidé Bokassa – le « Napoléon africain » –, à accéder au pouvoir, avant de l’en chasser trois ans plus tard, quand sa tendance à couper les oreilles des gens et à tuer les écoliers est devenue gênante. La France maintient une présence permanente et opérationnelle de 5 000 hommes dans la partie la plus divisée, sous-développée et politiquement instable du continent.

Dans ces contrées, on peut faire beaucoup de choses avec 5 000 hommes. Selon l’ancien président Giscard d’Estaing, l’Afrique reste « le seul [pays] où, avec 500 hommes, [la France] peut encore changer le cours de l’histoire ». Et elle l’a fait. Pourtant, plus ça change, plus c’est pareil*. Je ne doute pas que la France sauvera des vies en Centrafrique. Mais au bout de trente interventions militaires, elle n’a toujours pas réussi à porter au pouvoir un seul gouvernement valable ni à apporter la moindre amélioration dans les conditions de vie de l’Africain moyen.

Livraison d’armes aux génocidaires

En 1990, la cellule africaine était dirigée par Jean-Christophe Mitterrand, le fils du président Mitterrand. L’historien Martin Meredith raconte comment, quand un groupe rebelle tutsi armé par l’Ouganda s’est rapproché du Rwanda en octobre 1990 - une opération qui cadrait parfaitement avec l’idée française du complot anglo-saxon -, le président Mitterrand, un ami personnel du président hutu Habyarimana, n’a pas hésité à autoriser l’envoi de troupes françaises sur le sol rwandais.

L’année suivante, l’armée française a supervisé l’expansion des forces armées hutues (de 9 000 à 28 000 hommes) et mis en place des accords de fourniture d’armes qui ont permis au régime d’en acheter pour 100 millions de dollars à l’Egypte et à l’Afrique du Sud, malgré les signes de plus en plus flagrants de préparation du génocide. Le mercenaire français Paul Barril a joué un rôle central dans ces tractations. Après le début des tueries, il a même signé un contrat d’assistance avec le gouvernement intérimaire rwandais qui perpétrait les massacres. L’implication de la France au Rwanda est décrite dans les mémoires du commandant des Nations unies Roméo Dallaire, qui regardait, sans pouvoir intervenir, les avions français livrer des armes aux génocidaires. Les soldats français, qui croyaient avoir été envoyés au Rwanda pour prévenir une invasion du pays par l’armée rebelle tutsie, ont été horrifiés d’avoir à protéger les auteurs des massacres et à établir, sur l’ordre de leur gouvernement, une zone de sécurité qui permettait aux génocidaires en fuite de passer sans encombre au Zaïre [nom porté de 1971 à 1997 par la RDC].

Linda Melvern, dont le compte rendu du génocide Conspiracy To Murder: The Rwandan Genocide est l’un des plus complets jamais parus, conclut sèchement : « La politique française semblait fondée sur le fait que le Rwanda était au croisement de l’Afrique anglophone et de l’Afrique francophone. »

Yves Montand sous-titré

Bien sûr, je ne peux rien faire contre toutes ces tueries et ces intrigues qui prennent place si loin de nous. Personne n’y peut rien. Aujourd’hui, on nous dit même que l’aide est inutile. Cependant, pour faire quelque chose d’inutile mais vital, j’insisterai pour que mes enfants n’apprennent pas le français. Je le ferai par solidarité avec le Rwanda, où le gouvernement a lancé une campagne de grande ampleur pour faire de l’anglais la langue officielle et celle des affaires. Le pays a même rejoint le Commonwealth en 2009.

Je suis triste, bien sûr, que mes enfants ne puissent pas participer à la sortie scolaire à Saint-Malo, ni regarder des films avec Yves Montand sans les sous-titres. Mais, dans le grand marché linguistique, le français apparaît comme un investissement peu intéressant. L’allemand gagne du terrain. Le mandarin va devenir indispensable. L’espagnol comporte peu de verbes irréguliers et il est parlé dans une multitude de pays fascinants ayant des perspectives économiques positives.

Malgré tout, je conserve une certaine affection pour le peuple français, son cynisme et son humour satirique. C’est un article paru en 2009 dans [l'hebdomadaire satirique] Charlie Hebdo qui a été à l’origine de la plainte déposée contre Paul Barril auprès du tribunal de grande instance de Paris. Dans l’attente des résultats de l’enquête, l’accusé continue d’exercer ses fonctions de conseiller du gouvernement qatari, dernier membre en date, comme on l’a vu, d’une organisation qui promeut la langue française et – selon M. Hollande – « la démocratie, les droits de l’homme, le pluralisme, le respect de la liberté d’expression, l’affirmation que tout être humain doit pouvoir choisir ses dirigeants ». Oubliez tout ce que j’ai dit sur les Français et l’ironie.

 

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

politique |
Aequalis |
LE JOURNAL DES INFOS UTILES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CGT Menuiseries Gregoire
| La marche européenne des pa...
| Royaume du Maroc