Archives pour avril 2014

28-04-2014

Régime IG Thyroïde

 

Si vous ne parvenez pas à lire cet email, vous pouvez visualiser la version en ligne

Pour être sûr de recevoir tous nos emails, nous vous conseillons d’ajouter splanetinfos@news.seniorplanet.fr à votre carnet d’adresses.
Ne plus recevoir la newsletter Medisite A la Une

 

Régime IG Thyroïde : tout va rentrer dans l’ordre !

Réagissez !

Vous souffrez d’hypothyroïdïe ? D’hyperthyroïdie ? Cela joue sur votre poids, votre humeur, votre forme ? Avec le programme IG Thyroïde du Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste, vous allez pouvoir réguler le fonctionnement de cette petite glande capricieuse !

 

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

Publicité

L’iode, indispensable !

Pour que la thyroïde fabrique des hormones, elle a besoin d’iode. Or, « notre seule source d’iode est l’alimentation » rappelle le Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste. L’apport moyen en iode recommandé pour un adulte est de 100 à 150 microgrammes par jour. La thyroide s’adapte mal à une carence en iode. Il faut donc veiller à en ingérer suffisamment chaque jour.

Les aliments riches en iode : Crustacés, coquillages, mais également les poissons comme le haddock, lesaumon et les anchois sont de vraies mines d’iode. « En plus, ils apportent à l’organisme d’excellents acides gras (omegas 3 et 6) qui contribuent à la santé du système cardio-vasculaire, ajoute le nutritionniste. Un « plus » non négligeable quand on souffre de problèmes thyroïdiens, tout particulièrement d’hypothyroïdie qui expose à une augmentation du cholestérol sanguin. »

A savoir : Les algues, bien que peu consommées en France, représentent « la source d’iode n°1, bien loin devant les autres produits de la mer ».

Attention : Pour les personnes souffrant d’hyperthyroïdie sévère, il est en revanche déconseillé d’abuser d’aliments riches en iode.

 

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ

Les aliments à éviter

Certains aliments sont à éviter au maximum, en raison de leurs effets négatifs sur la thyroïde. Qualifiés de “goitrogènes”, ils contiennent pour la plupart des thiocyanates ou des thio-oxazolidones. Les premiers limitent la captation de l’iode par la thyroïde, les seconds s’opposent à son utilisation et favorisent l’apparition des goitres.

« On trouve les thyocyanates dans toutes les variétés de choux (chou vert, chou blanc, chou-fleur, chou de Bruxelles, brocoli…), le cresson, les navets, les radis et le rutabage », liste le Dr Pierre Nys, endocrinologue et nutritionniste. Les thio-oxazolidones sont présents dans les patates douces, le manioc et les pousses de bambou.

« Sans les éliminer complètement de votre alimentation, n’en abusez pas (une portion par semaine au maximum) », précise le médecin.

Régime IG Thyroïde : tout va rentrer dans l’ordre !

Réagissez !

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ 

Céréales complètes plutôt que raffinées !

Même si leur IG est plus élevé que les autres aliments conseillés par le régime IG thyroïde, les céréales complètes sont essentielles à votre alimentation, car très rassasiantes. Elles fournissent de l’énergie sans trop déséquilibrer l’IG global de vos repas. Surtout, elles vous aident à tenir jusqu’au prochain repas sans « craquer » pour un sandwich, un biscuit ou une sucrerie, déconseillés par le régime.

Contrairement aux céréales raffinées, les céréales complètes n’ont pas été totalement débarassées de leur enveloppe, ce qui leur confère un meilleur apport nutritif. Grâce à la vitamine B qu’elles contiennent, elles contribuent à apaiser le stress. Leurs fibres aident, elles, à réguler le transit.

Pensez à associer une portion de céréales complètes à une portion de protéines et deux portions de légumes.


© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ

Un besoin important en sélénium

Si le sélénium est connu comme un antioxydant majeur, « il est présent en grande quantité dans la thyroïde où il participe à la production des hormones T3 et T4″, rappelle le Dr Pierre Nys. Si une carence s’installe, la production hormonale finit par diminuer. Les besoins quotidiens moyens en sélénium sont de 55 microgrammes pour une femme et 70 pour un homme.

Les aliments riches en sélénium : Si le sélénium contenu dans les aliments d’origine végétale est globalement mieux assimilé, leur teneur en sélénium est étroitement liée à la richesse du sol dans lequel ils poussent. « Les produits de la mer, eux, ne subissent pas ces variations intempestives, ajoute le nutritionniste. Même avec une biodisponibilité inférieure, ils demeurent donc la source de sélénium la plus fiable. » Cela tombe bien, ce sont aussi ceux qui contiennent le plus d’iode !

nt on connaît l’effet perturbateur sur la thyroïde, se stocke surtout dans les lipides”, précise l’endocrinologue.

Le lapin est l’une des viandes les plus riches en sélénium. « Il est donc à privilégier pour l’entretien de votre thyroïde », affirme le nutritionniste. Pauvre en matières grasses, sa viande sèche toutefois lorsqu’on l’a fait rôtir. Préfèrez une cuisson à l’étouffée, à la cocotte avec des légumes et des aromates.

Le canard constitue également une viande à conseiller aux personnes souffrant de maladies thyroïdiennes. En plus de présenter un index glycémique nul, c’est l’une des rares à fournir de bons acides gras (oméga 3 et 6), qui contribue à une bonne santé cardio-vasculaire. « La viande de canard fournit aussi du sélénium et des vitamines du groupe B qui contribuent à la régulation de l’humeur », complète le Dr Pierre Nys.

Le poulet, qui contient lui-aussi du sélénium, peut être consommé, à condition de retirer la peau.

© Arnaud TAFILET – Fotolia.com

PUBLICITÉ 

Soignez votre assaisonnement

Lorsque vous faites vos courses, privilégiez toujours les produits naturels et fuyez au maximum les plats industriels tout préparés. Au moment de cuisiner, n’hésitez pas à ajouter du goût grâce à un assaisonnement IG thyroïde.

Pour cela, pensez aux huiles végétales, meilleures pour votre santé que le beurre ou la crème. Sésame, noix, noisette, argan, carthame,… vous avez l’embarras du choix. Alternez-les pour varier les plaisirs !

Au rayon vinaigre, c’est la même chose. « On trouve aujourd’hui divers vinaigres, dont certains aromatisés, très utiles pour faire chanter les salades et les plats cuisinés », précise le Dr Pierre Nys. Levinaigre de cidre, moins acide que le vinaigre de vin, constitue une base indispensable. Si vous préférez tout de même le vinaigre de vin, choisissez-le de bonne qualité (de Xérès, de vin rouge vieilli en fûts de chêne,…). Le vinaigre balsamique se révèle parfait pour les plats sucrés-salés ou pour vos desserts. Pensez également aux vinaigres aromatisés (framboise, miel, échalote, noix…) !

Enfin les herbes aromatiques et les épices vous permettront de relever tous vos plats ! Pour les herbes aromatiques (basilic, persil, coriandre, ciboulette,…), n’hésitez pas à les acheter surgelés. « Leur saveur est préservée. » Le plus ? Vous n’aurez même pas besoin de les décongeler avant de les consommer !

Pour les épices, profitez de leur longue conservation ! « Achetez-en une ou deux à chaque fois que vous allez faire vos courses, conseille le nutritionniste. Ainsi, au bout de quelques semaines, vous aurez à portée de main un large éventail de choix sans avoir eu l’impression de dépenser des fortunes. »

 

Beaucoup de fruits et légumes

 

© alinamd – Fotolia.com

« Intégrez au moins deux légumes par repas, conseille le nutritionniste. Si possible un cru et un cuit. » Ils constitueront la plus grosse part de votre assiette, la protéine et/ou la céréale ne constituant qu’une portion de votre repas. En plus d’être excellent pour votre transit, ils sont bénéfiques pour votre thyroïde. En potage, en purée (pour les légumes à IG bas) ou simplement en accompagnement, ne vous privez pas !

Pour vous évitez d’aller tous les deux jours chez votre épicier, vous pouvez les acheter surgelés, mais surtout non cuisinés. Pour les conserves, c’est pareil, sans sauce et sans assaisonnement, au naturel !

Pour le dessert, fruits rouges et noirs, pamplemousse et autres agrumes, … seront de précieux alliés, avec leur IG relativement bas. Si vous aimez les pommes, veillez à n’en manger qu’une par jour, l’après-midi ou le soir pour profiter de ses vertus apaisantes. Les personnes atteintes d’hypothyroïdie pourront se régaler avec des figues.

Privilégiez les cuissons douces et à l’huile

On ne le répètera jamais assez, mais les cuissons douces sont les meilleures pour la santé ! « Une cuisson violente endommage certains nutriments », rappelle le Dr Pierre Nys. Alors : cuisson à la vapeur (l’eau doit frissonner sous le panier), au four (s’il ne dépasse pas 160°), à l’étouffée,… vous avez le choix pour varier vos repas !

Si vous souhaitez faire cuire à la poêle certains aliments, l’huile d’olive ou de colza (en petite quantité) est plus indiquée que le beurre. S’ils présentent les mêmes IG, les huiles ont l’avantage de fournir des acides gras essentiels permettant aux parois neuronales de conserver leur perméabilité. « C’est une façon simple de se protéger contre la déprime et l’anxiété générées par les dysfonctionnements thyroïdiens », explique le nutritionniste.

 

Privilégiez les cuissons douces et à l’huile

On ne le répètera jamais assez, mais les cuissons douces sont les meilleures pour la santé ! « Une cuisson violente endommage certains nutriments », rappelle le Dr Pierre Nys. Alors : cuisson à la vapeur (l’eau doit frissonner sous le panier), au four (s’il ne dépasse pas 160°), à l’étouffée,… vous avez le choix pour varier vos repas !

Si vous souhaitez faire cuire à la poêle certains aliments, l’huile d’olive ou de colza (en petite quantité) est plus indiquée que le beurre. S’ils présentent les mêmes IG, les huiles ont l’avantage de fournir des acides gras essentiels permettant aux parois neuronales de conserver leur perméabilité. « C’est une façon simple de se protéger contre la déprime et l’anxiété générées par les dysfonctionnements thyroïdiens », explique le nutritionniste.

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

26-04-2014

Le meurtre d’un étudiant péjédiste et l »éventuel fracture du champ politique marocain

 Le meurtre de l »étudiant péjédiste et l’éventuelle fracture politique marocaine


Meurtre d’ un étudiant islamiste

Des étudiants islamistes et gauchistes à l’Université de Fès se sont violemment affrontés ce jeudi24 /4/2014 àDhar Lmahraz  à Fès, le bilan était tragique : un mort et une dizaine de blessés

Selon le secrétaire du groupe islamiste « attajdid attolabi » affilié au Mouvement Unicité et réforme  qui n’est  que le bras idéologique  sous l’égide de laquelle  exerce le PJD au pouvoir,les présumés agresseurs  sont  les membres du groupe de la gauche radicale portant le nom de la Voie Démocratique Basiste « annahj addimoqrati Alkaidi ».

Blessé à coup de couteau , le défunt Arrahim Hasnaoui avait succombé à ses blessures à l’hôpital de Fès

 Selon un communiqué des autorités locales.
Le parquet général près la Cour d’appel de Fès a ordonné l’ouverture d’une enquête, précise la même source, faisant état de l’arrestation jeudi soir de quatre étudiants soupçonnés pour leur implication dans cet incident. Les investigations « se poursuivent pour présenter les responsables de cet incident devant la justice ».

L’Etat est responsable ?

Dans une déclaration à F24, le chef de fil de l’organisation estudiantine islamiste a fait assumer la  responsabilité de cette agression mortelle aux responsables de l’Université et aux autorités locales qui selon lui , étaient au courant des préparatifs entretenus par les agresseurs.

Une telle accusation  est révélatrice d’une victimisation  accrue qui augurerait d’une éventuelle  fracture  dans l’espace politique marocaine.Autrement  il serait le signe d’une pure schizophrénie marocaine  incurable.

Cependant, pour quiconque connaissant bien le mouvement estudiantine marocain, ces heurts étaient toujours fréquents dans les universités du pays. Mais qu’il n’y avait pas d’exclusion mutuelle , les factions de gauche coexiistaient   tant qu’il reconnaisaient l’UNEM. L’UGEM affilié à l’istiqlal était presque une organisation secrète. abhorrée beaucoup plus que les fores de sécurité car elle était  considérée comme un bastion de parasites sas principes ni courage…A Fès , les membres de l’UGEM étaient non pas seulment bannis mais traqués.Oui , la violence  était un recours contre l’UGEM…

Un double défi lancé par les islamistes

Tout en dénonçant vigoureusement  ce meurtre criminel, il serait toutefois important de rappeler que ce qui avait déclenché ces tragiques incidents c’est la décision prise par le groupe islamique d’organiser une table-ronde  au tour du thème :les islamistes ,la gauche et la démocratie à laquelle était invité Abdelali Hamieddine, membre du secrétariat général du PJD,  soupçonné d’être derrière le meurtre d’un étudiant Benissa Ait Al Jid au début des années 90. C’est cette présence au sein de la faculté qui aurait provoqué l’ire des étudiants d’Annahj Democrati Al Qaidi, groupuscule  d’extrême gauche.

Ait Ljid hante la mémoire de la gauche

Une provocation , selon les basistes, qui , soutenues par d’autres forces politiques de gauche continuent de scander les slogans appelant « à la fin de l’impunité, à la réouverture de ce dossier et à la fin de l’extrémisme religieux dans les facultés ». Les agresseurs, Hamieeddine entre autres, courent toujours » .Ils sont même passés pour d’illustres et  respectueux politiciens menant une vie de luxe   et aménageant les plateaux de télévisions et les pages de journaux. Ces étudiants de la gauche continuent  de se recueillir sur le lieu où avait été mortellement agressée Benaissa Aït Ljid.

Bonaissa Ait Ljid était un militant de la gauche. il était responsable au sein de la commission transitoire universitaire où étaient représentées toutes les factions historiques de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc (UNEM).

Son assassinat a eu lieu le 25 février 1993.Irrités par ses convictions gauchistes et sa capacité à polémiquer,un groupe d’étudiants, affiliés à deux factions islamistes alliées, Al Adl Wa Al Ihsan (Justice et Bienfaisance) et Al Wahda wat-Tawasoul (Unité et Communication), affiliée à L’islah wa Taouhid, futur Parti de Justice et Développement (PJD), avaient décidé de le liquider en dehors de l’enceinte universitaire. Ils ont alors intercepté   un taxi  où  il se trouvait  en compagnie d’un autre étudiant qui est pour le moment le principal témoin, il s’agit de Haddioui El Khemmar, tous deux appartenant à une faction gauchiste. Les deux étudiants, était desecendus  du taxi et sauvagement agressés. L’étudiant Aït El Jid  rendrait l’âme le 1er mars 1993, à ses blessures et à un sévère traumatisme crânien.

Des peines clémentes ?

Omar Mouhib, membre de la mouvance Al Adl wal Ihsane,  avait écopé de  deux années de prison, un verdict jugé « trop clément » par la famille de la victime. Pour la famille de la victime, l’impunité n’est plus acceptable. « Nul n’est au-dessus de la loi », ont crié les manifestants réclamant que justice soit faite.

Abdelali Hami Eddine avait purgé deux ans dans la prison de Ain kadouss de Fès, avant d’être relâché.

Donc c’est un assassinat qui a  malheureusement provoqué  avec le retour de l’assassin qui roderait autour du lieu de son crime.

Carcan idéologique et surestimation de soi

Les forces islamistes  éprouvent énormément de difficultés  à s’arracher du carcan idéologique religieux qui soumet les contingences politiques à la transcendance divine pour de laquelle ils se postulent être  les illustrateurs. Leur prétentions démocratiques sont toujours pragmatiques : la démocratie  n’ est bonne que lorsqu’ils en profitent

On sème les graines de la démocratie sur une terre érodée et en l’absence de lumière

A l’université de Fès précisément, la politisation à toujours débouché sur une sorte de démocratie sauvage dans le sens où  les concessions  sont souvent rejetées au nom d’une légitimité démocratique , politique , sociale , parfois historique.  L’UNEM est une organisation de masse démocratique progressiste  et indépendante.Ce qui  gênait les islamistes.En 1981 avant le célèbre 20 juin, il y eu des heurts pareils .Les islamistes voulaient organiser une activité en dehors du cadre chéri l’UNEM . Les combats étaient d’une violence extrême. Puis, les forces islamistes s’étaient dissimilées durant toute une décennie avant de réapparaître, fortes, organisées et surtout agressives …C’était l’époque du démantèlement de l’URSS où les anathèmes et les coups  s’abattaient sur la gauche partout dans le monde. C’était en ces moments qu’il y a eu l’assassinat d’Ait AlJid.

Halte à la violence !!

Le PJD et ses étudiants ont lancé un double défi aux étudiants basistes de Fès : faire fi du cadre syndical  actuel et remuer le couteau dans une plaie politique qui est loin d’être cicatrisée. N’avait-on pas un autre conférencier que Hammiddine ?Hammiddine n’a pas encore lavé ses mains de l’assassisnat pour laquelle il avait purgé deux petits ans.

Loin de justifier cette violence gratuite et cette vengeance insensée, il faut que le islamistes au pouvoir sache que celui qui sème le vent récolte la tempête.  Il est claire et net qu’ils n’ont pu rien changer du vécu des masses  déshéritées et  paupérisées  davantage  par leurs mesures antipopulaires …Dire qu’ils ne disposent pas du pouvoir est une vieille rengaine…Pourquoi ne se retirent-ils pas du  gouvernement  et dire la vérité toute la vérité au peuple. Rien de sérieux n’a été entrepris . Ils ne sont différents ni de l’Istiqla ni du PAM , pourquoi crient-ils au scandale quand ils perdent les élections ?

La démocratie est une conviction qui s’exclut avec tout absolu ou absolutisme

Il  est temps qu’ils soient raisonnables  sinon ils déclencheraient une spirale de réaction et d ‘actions incertaines.

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

25-04-2014

Les vieillards et la politique au Maroc

Le printemps  jaillit en fin dans les rues de Casablanca mais sans odeur de fleurs d’oranger  ni  de mimosas  ni même de  menthe .Casa  est encensée de  carburant et de sueur, son air est déchiré de klaxons et de fumée  .Un printemps sans   gazouillis d’oiseaux ni odeur de  terroir. Mais  il est là , ce printemps qui pointe dans une existence  pénible. L’autre Casa connait son printemps éternel , celui qui ne disparait jamais  à Ain Diab  et ailleurs dans des villas –palais  calquées sur le paradis.  La température  modérée encourage  les passants aux idées lourdes et visqueuses  de balancer leur corps sur des terrasses de cafés  en fête.

Aussitôt eussé-je pris ma place au milieu de ces regards fatigués qu’un groupe d’hommes m’envahit tout en s’excusant poliment. C’est dire que je me suis trouvé en compagnie malgré moi .Le seul espace  vide était celui ou je me suis planté. Au début , ils étaient trois .Puis d’autres  sont arrivés …

Quand Hababi , Oufkir et Slaoui voulaient assassiner Hassane Deux

Un vieil homme brun au corps minuscule tirés à quatre épingles ,béret et lunettes  élégants , cigarette dans la bouche, tenait à la main des journaux. Il était déjà  en train de commenter la manchette d’un journal qui  rapporte les déclarations de Mohammed Lahbabi selon lesquelles, il avait planifié en compagnie du général Oufkir et du conseiller Driss Slaoui l’assassinat de Hassane Deux le 3 Mars 1972 :

« eh donc il ne faut pas en vouloir à Hassane Deux, on comprend bien  pourquoi il s’était comporté impitoyablement avec ses adversaires. On voulait le tuer pour prendre sa place »

Son ami , vieux mais paraissait en forme  avec des joues pourpres lui répliqua :

« fais voir , c’est un fou , ce Hbabi , pourquoi il n’avait pas dit cela avant ? Regardez-le , il attend la mort , il est atteint d’Alzheimer »

le petit brun insista  toujours sur la nécessité de comprendre la politique de Hassane Deux mais son interlocuteurs était catégorique :

«  Ces gens  qu’il évoque sont morts , et il ne faut pas dire du mal des morts , ils ne peuvent point exprimer leur point de vue ni donner leur version des chose ni même se défendre. Moi je me demande   ce que ce vieillard bluffeurs pourrait gagner de ces révélations insensées. On avait perdu confiance dans les partis politiques, maintenant , je crois que c’est au tour des journaux de se discréditer. »

Le troisième , vieux  lui aussi,   semblait défier son âge par l’entrain et la gaité, prit la parole :

«  moi il y a longtemps que je ne lis plus ces quotidiens , regardez la une  par exemple ,encore  un crime , des sutures et du sang , c’est navrant , ils veulent vendre à tout prix. Tous ceux qui sont nés après 1940  ne connaissent rien de l’Histoire du Maroc. On leur avait raconté l’Histoire. Ce n’est pas à moi, qui suis âgé de 72 ans ,de me parler des résistants et les militants… Des militants et des résistants qui parfois n’étaient que des traitres et des indic…Ceux qu’on a désignés après comme caïds et pachas…Ce n’est à moi qu’ils pourraient raconter leurs contes merveilleux  et leurs histoires qui font dormir debout. Toute une  Histoire falsifiée qu’on avait voulue   inculquer aux marocains qui étaient nés après 1940 .  »

Puis d’autres vieux sont arrivés, le cercle s’est agrandi et j’en faisais partie malgré moi. Ils parlaient sans aucune réserve ni  parti pris .Autrement dit, c’est une parole sincère  et porteuse d’une certaine vérité issue d’une longue expérience .Les  hommes sont des retraités,  leurs apparences attestent qu’ils étaient des fonctionnaires aisés.  Le vieil homme brun reçut un coup de téléphone , quitta le groupe pour répondre  et fumer.

 Meknès  et meknassis invitation sournoise d’un marrakchi

Celui qui était hostile à Lahbabi s’adressa à l’autre   , né  avant1940,  en ces termes :

« On dirait que tu es un meknassi, ce sont eux qui passent tout leur temps à discuter tout en formulant des idées étranges comme les tiennes. Peut-être tu es influencé par ton ami »

Et l’autre de lui riposter en rigolant :

« oh non je ne suis pas meknassi.Il y a plus de vingt  ans que je n’ai pas visité  Méknés …  Grâce  à l’autoroute .. . je la contourne…Tu parles d’AlHaj , il va venir…Tu sais , il y a trente ans au travail , tout le monde l’évitait car on ne supportait point ses longues discussions…Moi j’ai accepté de le fréquenter .Tous les collègues me disaient

308194t2

que je ne  pouvais pas le supporter plus de trois jours…Et nous voilà maintenant amis depuis trente ans .Il fallait  le laisser parler tant qu’il  voulait sans le contredire ni l’écouter…Je te le jure  , c’est  ainsi que je me comporte avec lui , je le laisse dire tout ce qu’il voulait sans l’interrompre. »

Les juifs marocains

Les vieux amis parlaient alors de Meknès , de Bab Mansour , de la station de CTM, du Mellah, des juifs.  L’ami du meknassi prit la parole et  évoqua les juifs ainsi :

« Les juifs, une force économique, sociale et culturelle que le Maroc a bêtement perdu .Ils sont très attachés à leur pays .Mois j’étais en France, à Toulouse , quelqu’un devait me restituer une somme d’argent qu’il me devait .Il ne voulait pas , il y eut une bagarre entre nous. Une juive était présente et m’avait demandé de quelle ville j’étais .Quand elle avait appris que je suis marocain de Casablanca ; elle m’avait parlé ainsi : « écoute mon compatriote , je me porte garante, tu partiras à Paris et tu auras ton argent dans trois jours ».Effectivement elle avait tenu sa parole et j’avais reçu mon argent. Une autre fois à Barbès , la veille de mon départ pour la Maroc , j’avais aperçu dans une vitrine un tissu qui m’avait plu .Mais je n’avais assez  d’argent.   J’avais entendu l’employé parler arabe…Je lui avais exprimé mon vœu. Il m’avait demandé de m’adresser au patron qui était un juif marocain. Je lui avais dis que je pouvais le payer par chèque endossable au Maroc …Il m’avait livré le tissu pour un prix dérisoire 100francs au lieu de 600 francs…Il m’avait demandé de payer ce que je pouvais. .. Le marchand de tissu était un pur meknassi »

Et soudain Al Haj arriva  et  s’égaya de trouver le groupe en train de parler de Meknès. C’était un septuagénaire, comme ses camarades , une barbe légère, de larges joue

« mais que dîtes-vous de Méknès, parle !! toi au nom de Sidi Ali Bous et un gros nez. L’air distrait , il intervint : saghrine ha ha ha, où est Mansour ? il n’y a que ses journaux » 

Mansour , le petit brun revint à sa chaise. Le meknassi  le taquina au sujet de la cigarette mais l’autre lui montra au nez un paquet de Marlboro , puis sortit deux autres et lui dit qu’il a des cartouche chez lui , bien approvisionné  en cas de pénurie !!!  Le meknassi lui demanda quand ils iront à Marrakech .Le brun lui riposta qu’ils iront à Marrakech et plus précisément à Derb Dabach mais il faudra faire attention car les habitant de ce quartier adorent la tanjyya !!Tout le groupe éclata de rire .

Le vieux fassi , les bonnes nouvelles  et les métaphores érotiques

Un autre homme corpulent se joignit au groupe , il avait leur âge. Dès qu’il se fut installé ,on lui demanda les prix des  légumes et des fruits .Il répondit que les prix étaient très bas. Il ajouta que peut être le gouvernement de BenKirane s’est rendu compte que le climat social est tendu  et a procédé  à baisser les prix. Son accent fassi était imposante ainsi que son teint blanc . «  Tout est bon marché , ajouta-t-il en souriant, les pommes à croquer ou à sucer et même les petits brasiers pour vous chauffer ha ha ha »  les hommes éclatèrent de rire , ils comprirent bien la métaphore .Il prit le journal et lit puis commenta :

«  dîtes-moi si un caïd fils d’un général a commis une faute , pourquoi on évoque le père et on le sanctionne ? »

Caid fils de général des forces auxiliaires  homicide par excès de mépris

« Mais comment un jeune caïd s’est-il  trouvé par hasard fils d’un général ? »

« le général commandant de la zone sud , oui commandant des mroud , les forces auxiliaires »

« Non du Nord car celui du Sud c’est Laanigri , l’ancien patron de la DST et de la Sûreté Nationale »

Deux points de vue se sont opposés à ce sujet .Les uns disaient que le Caïd  doit assumer ses responsabilités puisqu’il avait bafoué la dignité d’un jeune homme  en lui rasant le crâne. Le jeune ouvrier pris injustement et inconsidérément pour un « mcharmal » s’est suicidé par la suite. Le fait  de suspendre son père le général n’a aucun sens. Les autres  soulignaient que ce fils n’était devenu caïd que grâce à  son père , le général des FA. Et le fait  d’humilier les citoyens est un élément essentiel dans l’éducation que le fils avait reçu de son père.

 

 

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

24-04-2014

vieilles vérités ou illusions de vieillards?

Meknassi , marrakchi   et  la tanjyya!!!!

Et soudain Al Haj arriva  et  s’égaya de trouver le groupe en train de parler de searchMeknès. C’était un septuagénaire, comme ses camarades , une barbe légère, de larges joues et un gros nez. L’air distrait , il intervint : 

« mais que dîtes-vous de Méknès, parle !! toi au nom de Sidi Ali Bousaghrine ha ha ha, où est Mansour ? il n’y a que ses journaux »

Mansour , le petit brun revint à sa chaise. Le meknassi  le taquina au sujet de la cigarette mais l’autre lui montra au nez un paquet de Marlboro , puis sortit deux autres et lui dit qu’il a des cartouche chez lui , bien approvisionné  en cas de pénurie !!!  Le meknassi lui demanda quand ils iront à Marrakech .Le brun lui riposta qu’ils iront à Marrakech et plus précisément à Derb Dabach mais il faudra faire attention car les habitant de ce quartier adorent la tanjyya !!Tout le groupe éclata de rire .

 le  fassi    , les raisins et les figues

Un autre homme corpulent se joignit au groupe , il avait leur âge. Dès qu’il se fut installé ,on lui demanda les prix des  légumes et des fruits .Il répondit que les prix étaient très bas. Il ajouta que peut être le gouvernement de BenKirane s’est rendu compte que le climat social est tendu  et a procédé  à baisser les prix. Son accent fassi était imposante ainsi que son teint blanc . «  Tout est bon marché , ajouta-t-il en souriant, les pommes à croquer ou à sucer et même les petits brasiers pour vous chauffer ha ha ha »  les hommes éclatèrent de rire , ils comprirent bien la métaphore .Il prit le journal et lit puis commenta :

Caïd fils de général  et le suicide d’un faux « mcharmel »

«  dîtes-moi si un caïd fils d’un général a commis une faute , pourquoi on évoque le père et on le sanctionne ? »

« Mais comment un jeune caïd s’est-il  trouvé par hasard fils d’un général ? »

« le général commandant de la zone sud , oui commandant des mroud , les forces auxiliaires »

« Non du Nord car celui du Sud c’est Laanigri , l’ancien patron de la DST et de la Sûreté Nationale »

Le général victime de son fils

Deux points de vue se sont opposés à ce sujet .Les uns disaient que le Caïd  doit assumer ses responsabilités puisqu’il avait bafoué la dignité d’un jeune homme  en lui rasant le crâne. Le jeune ouvrier pris injustement et inconsidérément pour un « mcharmal » s’est suicidé par la suite. Le fait  de suspendre son père le général n’a aucun sens. Les autres  soulignaient que ce fils n’était devenu caïd que grâce à  son père , le général des FA. Et le fait  d’humilier les citoyens est un élément essentiel dans l’éducation que le fils avait reçu de son père.

 

 

 

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

24-04-2014

Vieilles vérités ou délires des vieux?

Seuls les septuagénaires connaissent l’Histoire du Maroc?

Le troisième , vieux  lui aussi,   semblait défier son âge par l’entrain et la gaité, prit la parole :

«  moi il y a longtemps que je ne lis plus ces qumes-barmitsvaotidiens , regardez la une  par exemple ,encore  un crime , des sutures et du sang , c’est navrant , ils veulent vendre à tout prix. Tous ceux qui sont nés après 1940  ne connaissent rien de l’Histoire du Maroc. On leur avait raconté l’Histoire. Ce n’est pas à moi, qui suis âgé de 72 ans ,de me parler des résistants et les militants… Des militants et des résistants qui parfois n’étaient que des traitres et des indic…Ceux qu’on a désignés après comme caïds et pachas…Ce n’est à moi qu’ils pourraient raconter leurs contes merveilleux  et leurs histoires qui font dormir debout. Toute une  Histoire falsifiée qu’on avait voulue   inculquer aux marocains qui étaient nés après 1940 .  »

la Vérité????!!!

Puis d’autres vieux sont arrivés, le cercle s’est agrandi et j’en faisais partie malgré moi. Ils parlaient sans aucune réserve ni  parti pris .Autrement dit, c’est une parole sincère  et porteuse d’une certaine vérité issue d’une longue expérience .Les  hommes sont des retraités,  leurs apparences attestent qu’ils étaient des fonctionnaires aisés.  Le vieil homme brun reçut un coup de téléphone , quitta le groupe pour répondre  et fumer.

Celui qui était hostile à Lahbabi s’adressa à l’autre   , né  avant1940,  en ces termes :

« On dirait que tu es un meknassi, ce sont eux qui passent tout leur temps à discuter tout en formulant des idées étranges comme les tiennes. Peut-être tu es influencé par ton ami »

Meknès et méknassi

Et l’autre de lui riposter en rigolant :

« oh non je ne suis pas meknassi.Il y a plus de vingt  ans que je n’ai pas visité  Méknés …  Grâce  à l’autoroute .. . je la contourne…Tu parles d’AlHaj , il va venir…Tu sais , il y a trente ans au travail , tout le monde l’évitait car on ne supportait point ses longues discussions…Moi j’ai accepté de le fréquenter .Tous les collègues me disaient que je ne  pouvais pas le supporter plus de trois jours…Et nous voilà maintenant amis depuis trente ans .Il fallait  le laisser parler tant qu’il  voulait sans le contredire ni l’écouter…Je te le jure  , c’est  ainsi que je me comporte avec lui , je le laisse dire tout ce qu’il voulait sans l’interrompre. »

Les vieux amis parlaient alors de Meknès , de Bab Mansour , de la station de CTM, du Mellah, des juifs.  L’ami du meknassi prit la parole et  évoqua les juifs ainsi :

Une perte marocaine

« Les juifs, une force économique, sociale et culturelle que le Maroc a bêtement perdu .Ils sont très attachés à leur pays .Mois j’étais en France, à Toulouse , quelqu’un devait me restituer une somme d’argent qu’il me devait .Il ne voulait pas , il y eut une bagarre entre nous. Une juive était présente et m’avait demandé de quelle ville j’étais .Quand elle avait appris que je suis marocain de Casablanca ; elle m’avait parlé ainsi : « écoute mon compatriote , je me porte garante, tu partiras à Paris et tu auras ton argent dans trois jours ».Effectivement elle avait tenu sa parole et j’avais reçu mon argent. Une autre fois à Barbès , la veille de mon départ pour la Maroc , j’avais aperçu dans une vitrine un tissu qui m’avait plu .Mais je n’avais assez  d’argent.   J’avais entendu l’employé parler arabe…Je lui avais exprimé mon vœu. Il m’avait demandé de m’adresser au patron qui était un juif marocain. Je lui avais dis que je pouvais le payer par chèque endossable au Maroc …Il m’avait livré le tissu pour un prix dérisoire 100francs au lieu de 600 francs…Il m’avait demandé de payer ce que je pouvais. .. Le marchand de tissu était un pur meknassi »

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

24-04-2014

Vieilles vérités ou rêves de vieux?

lLe printemps casablancais  tiré par les chevaux308194t2

Le printemps  jaillit en fin dans les rues de Casablanca mais sans odeur de fleurs d’oranger  ni  de mimosas  ni même de  menthe .Casa  est encensée de  carburant et de sueur, son air est déchiré de klaxons et de fumée  .Un printemps sans   gazouillis d’oiseaux ni odeur de  terroir. Mais  il est là , ce printemps qui pointe dans une existence  pénible. L’autre Casa connait son printemps éternel , celui qui ne disparait jamais  à Ain Diab  et ailleurs dans des villas –palais  calquées sur le paradis.  La température  modérée encourage  les passants aux idées lourdes et visqueuses  de balancer leur corps sur des terrasses de cafés  en fête.

Les coqs et les ânes   

Aussitôt eussé-je pris ma place au milieu de ces regards fatigués qu’un groupe d’hommes m’envahit tout en s’excusant poliment. C’est dire que je me suis trouvé en compagnie malgré moi .Le seul espace  vide était celui ou je me suis planté. Au début , ils étaient trois .Puis d’autres  sont arrivés …

Un vieil homme brun au corps minuscule tirés à quatre épingles ,béret et lunettes  élégants , cigarette dans la bouche, tenait à la main des journaux. Il était déjà  en train de commenter la manchette d’un journal qui  rapporte les déclarations de Mohammed Lahbabi selon lesquelles, il avait planifié en compagnie du général Oufkir et du conseiller Driss Slaoui l’assassinat de Hassane Deux le 3 Mars 1972 :

Hassane Deux victime de complot?

« eh donc il ne faut pas en vouloir à Hassane Deux, on comprend bien  pourquoi il s’était comporté

impitoyablement avec ses adversaires. On voulait le tuer pour prendre sa place »

Son ami , vieux mais paraissait en forme  avec des joues pourpres lui répliqua :

« fais voir , c’est un fou , ce Hbabi , pourquoi il n’avait pas dit cela avant ? Regardez-le , il attend la mort , il est atteint d’Alzheimer »

le petit brun insista  toujours sur la nécessité de comprendre la politique de Hassane Deux mais son interlocuteurs était catégorique :

Bluff ou vérité ?

«  Ces gens  qu’il évoque sont morts , et il ne faut pas dire du mal des morts , ils ne peuvent point exprimer leur point de vue ni donner leur version des chose ni même se défendre. Moi je me demande   ce que ce vieillard bluffeurs pourrait gagner de ces révélations insensées. On avait perdu confiance dans les partis politiques, maintenant , je crois que c’est au tour des journaux de se discréditer. »

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

20-04-2014

Bouteflika aurait été hospitalisé d’urgence !

Urgent ! Urgent : Bouteflika aurait été hospitalisé d’urgence !

Par lib dans Accueil le 18 Avril 2014 à 15:25

 

 

Après la dure épreuve que vient de faire Bouteflika, président et candidat à la présidentielle de 2014, en se présentant en fauteuil roulant pour voter, voilà qu’il finisse dans un hôpital. Une source nous informe qu’il aurait été hospitalisé il y’a deux heures.

A en croire. Le président Bouteflika est fatigué et souffre d’un malaise. Il aurait pu bouder l’urne pour qu’il assure sa bonne santé tout d’abord. Maintenant qu’il est en tête des élections, les choses sont compliquées. Son clan estime pouvoir tout gérer en son absence.

 

« Manifestation contre le 4e mandat de Bouteflika à Nice : Crainte ou coup monté de Yassine Bourrais !

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

20-04-2014

La réelection de Boutef vue par la presse internationale

Présidentielle : la réélection de Bouteflika vue par la presse étrangère

IMPRIMER
18

ActualitéPolitique - le 19 avril 2014 à 12 h 34 min - Selma Kasmi, Massissilia Chafai.

« Algérie : la gêne de Paris et le silence des Occidentaux dictés par la realpolitik », titre le journal français Le Monde. Le journal revient sur la   réaction de la France suite à la réélection de Bouteflika. « La France a réagi avec une extrême prudence à la réélection du président algérien Abdelaziz Bouteflika », estime-t-il. « On peut difficilement faire plus lénifiant. Malgré l’embarras suscité par le score soviétique de M. Bouteflika, la retenue française est dictée par la volonté de ne pas jeter de l’huile sur le feu d’une relation toujours empreinte d’émotion et de susceptibilité », écrit le grand quotidien français.

Annoncés vendredi 18 avril après-midi, les résultats de l’élection présidentielle sont commentés ce samedi par la presse étrangère. Le quotidien américain The New York Times titre : « Le président Abdelaziz Bouteflika remporte un quatrième mandat ». «  Abdelaziz Bouteflika a remporté un quatrième mandat en obtenant 81,5 pour cent des voix, ont indiqué des responsables vendredi », rapporte le quotidien. « Les leaders de l’opposition qui ont boycotté l’élection ont  immédiatement mis en doute les résultats, accusant M. Bouteflika et ses  partisans de fraude généralisée et de gonfler le taux de participation, qui était officiellement de 51,7 pour cent », ajoute le journal américain.

« Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53% en Algérie », titre le magazine français L’Express. Le journal commente cette victoire de Bouteflika : « Malgré sa faiblesse physique, Abdelaziz Bouteflika dispose toujours du soutien d’une large partie de la population, inquiète de voir ressurgir les violences islamistes qui avaient fait quelque 200 000 morts pendant la décennie noire des années 1990, après l’arrêt du processus électoral qui semblait en passe de porter au pouvoir le Front islamique du salut (FIS) ». Et d’ajouter : « Sa réélection pourrait aussi permettre d’organiser une transition en douceur, une stratégie qui a les faveurs des Américains et des Européens soucieux de maîtriser les mouvements islamistes dans la zone saharienne ».

Sur son site internet, la télévision américaine ABC News s’interroge : « Après la victoire écrasante de Bouteflika quelle sera la suite ? ». ABC News se demande quel sera l’avenir de l’Algérie après la réélection de Bouteflika. « Le président algérien malade a remporté un quatrième mandat avec une victoire écrasante. Cette situation met cette nation d’Afrique du Nord riche en pétrole devant une question cruciale qui est : et maintenant ? », souligne-t-elle.

« Bouteflika et l’apathie gagnent encore une fois », titre ce matin le quotidien espagnol El Pais. « Le président Bouteflika a gagné les élections présidentielles avec 81,53% des voix. De ce fait, il entamera  son quatrième mandat consécutif à 77 et convalescent », écrit-il. « La lenteur et la bureaucratie sont facilement observables dans plusieurs aspects en Algérie, et elles étaient bien présentes hier,  dans la journée prévue pour l’annonce des résultats officiels », souligne le journal, en référence au retard de plus d’une heure et demie pour la tenue de conférence de presse de Tayeb Belaiz.

« Bouteflika remporte les présidentielles en Algérie », titre sobrement le quotidien chinois Shanghai Daily. «  À 77 ans, le président malade, qui n’a fait que de très rares apparitions depuis son  AVC de l’année précédente,  était largement attendu comme vainqueur, comptant sur l’appui des militaires et du FLN », note le quotidien. «  Le plus grand taux de participation a été enregistré à Relizane avec 82%, tandis que le plus bas taux est de 20%, enregistré à Tizi Ouzou », précise Shangai Daily.

Le quotidien australien SBS titre : «  Bouteflika gagne une quatrième fois ». « Abdelaziz Bouteflika, dont la maladie l’a obligé à voter sur une chaise roulante, a gagné pour une quatrième fois les présidentielles en Algérie, avec 81% des voix », rapporte le quotidien australien. Il ajoute que « Benflis a rejeté immédiatement les résultats, et parle de sérieuses irrégularités, et d’une fraude massive ». SBS rappelle également que ces « élections ont connu un taux de participation très bas, après l’appel au boycott lancé par plusieurs partis de l’opposition ».

 

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

20-04-2014

5 fruits du mois d’avril

5 fruits du mois d’avril : La banane

Accueil > Mieux manger > Les fruits et légumes

Lutter contre le cholestérol, faire le plein d’antioxydants, protéger du cancer… Les fruits sont excellents pour la santé. PasseportSanté fait le point sur les bienfaits de 5 fruits de saison à consommer sans modération !

Le citron

Grâce à sa teneur en flavonoïdes comme l’ériocitrine et l’hespérétine, des composés chimiques naturels, le citron est connu pour être un puissant antioxydant. Il permet ainsi de lutter contre l’apparition des maladies cardiovasculaires et de certains cancers comme celui de l’œsophage, de l’estomac, du côlon ou du pharynx. Les flavonoïdes et les limonoïdes du citron ainsi que sa teneur en fibres solubles comme la pectine, permettent également de réguler le taux de cholestérol dans le sang.  Peu calorique, avec environ 25 kcals pour 100g, il constitue une très bonne alternative à l’orange ou à la clémentine.
Astuce : le citron a l’avantage de s’adapter à la préparation de multiples légumes, de multiples poissons et même de desserts. N’hésitez plus à le mettre au menu !

Publicité

Comment vivre mieux et plus longtemps?Renseignez-vous auprès des meilleurs médecins au sein de la Faculté de Médecine de Harvard

En savoir plus

Vos commentaires

1 DE 5

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

19-04-2014

Kénitra: les gendarme en rut , le syrien et la terre convoitée

Une agression caractérisée
Une grave atteinte aux droits de l’homme

Le bureau exécutive de la ligue marocaine de la citoyenneté et des droits de l’homme dénonce avec vigueur  l’agression perpétrée  par les gendarme du centre d’ElKseba , province de Sidi Slimane , Wilaya de Kénitra ,  60 kilomètres au nord de Rabat, à l’encontre d’une femme et de son fils mineur. Le bureau exécutif   appelle les autorités compétentes en vue d’ouvrir une enquête  urgente à  Uce etsuj.

40 hectares cédés mystérieusement à un syrien

Cette grave agression a eu lieu le lundi 14 Avril 2014.Son acteur principal n’est qu’un syrien à    qui  le ministère de l’intérieur avait légué dans des circonstances opaques quarante hectares. Les ayants droit qui sont les membres de la tribu Laababda,continuent de refuser cette cession illégale du foncier  congénital tribal. Ce syrien accompagné de son associé marocain ont attaqué l’enclos et la maison de madame Achoura AlKhallouq. En l’absence du mari , travaillant loin de chez loin ,ils ont procédé à la destruction des murs  à l’aide d’un tracteur. Devant la résistance farouche et la volonté intrépide de la dame et ses enfants  , les deux assaillants ont reculé et ont quitté les lieux

Des gendarmes marocains à la solde d’un magnat syrien

Mais la surprise a eu lieu le 15 avril 2014 à 14heures quand six gendarmes avaient défoncéillégitimement  la maison de madame Achoura. Ils  l’ont menacée de lui coller le délit  de trafic de stupéfiants. Puis ils  ont mis   la maison  sens dessus-dessous avant de l’emmener en compagnie de son fils Hassan Mouhid(14 ans) qu’ils ont balancé comme un  objet  dans le coffre  de la voiture alors qu’il était presque nu. La mère et son fils ont été détenus dans une cellule étroite sans  eau , sans nourriture ni toilettes. Les victimes ont subi des actes humiliantes et mêmes de durs châtiments physiques .Ils les avaient  roué de coup de baston. Ce qui a déclenché chez l’enfant une  grave crise de nerfs ; tellement terrorisé qu’ il s’est mis alors  à hurler et à pleurer  sans répit. De crainte qu’un incident fatal se produise dans les locaux de la gendarmerie, les gendarmes ont décidé de le relâcher et  le chasser loin de la brigade à 14 kilomètres de chez lui dans  dans  dix heures d ، dans  une zone à hauts risques sécuritaires.Quant à la mère, elle était obligée de subir les sévices inhumaines des sbires sensés protéger les citoyens ;des  insultes humiliantes , des invectives immorales, toute une dignité de mère et d’épouse bafouée par des responsables qui  faillissent à leur devoir. Finalement , ils ont atteint leur but ; la contraindre  à mettre son empreinte sur un rapport dont elle ignorait complètement le contenu. Ils l’avaient libérée en fin  à 3 heures du matin

Même le moqaddam sème la terreur à Laqsebyya.

Quand les membres de la ligue de la citoyenneté et des droits de l’homme avaient rendu visite à la victime chez elle, ils ont rencontré L’agent d’autorité dénommé Moubarak Al Harrass de la kiadat de la qsebyya en train de menacer l’époux de la victime pour le dissuader  de ne pas déposer de plainte et de   vider la  maison sous peine de subir davantage.

La ligue de la citoyenneté et des droits de l’homme avait décidé de porter plainte   chez le procureur du roi.Elle interpelle les autorités compétentes pour ouvrir une enquête urgente et sérieuse en vue de réhabiliter les victimes des actes arbitraires  des autorités  et de traduire devant la justice tout ceux qui se fixent comme objectif le pillage des terres communes  des groupes tribaux et congénitaux .Elle dénonce avec force les lobbies économiques et leurs alliés, les politiciens corrompus, qui   veulent dépouiller les  paysans     de leurs terres …La cession de Quarante hectares à un syrien est l’expression

.

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

va95 |
Brèves de canapé |
Aequalis |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La marche européenne des pa...
| Me Olicier PIERICHE
| Hélioparc, une bien sale hi...