Archives pour avril 2015

12-04-2015

Le vert d’Ouazzane

Le vert d’Ouezzane

La parole ,quelle parole ?

Je ne crois pas  qu’en gardant le silence on peut  vivre en paix. Et c’est souvent un grand plaisir qu’on ressent après avoir déballé tout ce qui  aménage nos rêves , attise nos angoisses, taraude nos esprits   et torture nos consciences.

Et pourtant un certain malaise  paralyse ma volonté et m’empêche de m’exprimer .

Quand les morts crient au scandale !!

De retour à ma ville natale, j’essaie de tâter   l’âme d’une cité qui  était  privée pendant  très longtemps de tout espoir de progresser  et d’embrasser  les lendemains meilleurs. Le constat est un peu mitigé, la ville va recevoir le forum international  des vielles anciennes.On en parle partout. Pour ce faire , des chantiers  de rénovation   et  d’embellissement  sont à pied d’œuvre   partout dans la ville. Les autorités et leur  pouvoir sont visibles tandis que les conseillers municipaux sont aux abonnés absents. Bien que les échos de leurs scandales soient retentissants. Le président est toujours en cavale. Il n’ a pas  encore eu l’occasion  de  savourer le bonheur    de résider dans son palais   bâti au niveau de  la Route de Chefchaouen. Il a été piégé par la défunte  Guedira    qu’il avait  dépouillée  de ses biens  en falsifiant  des documents. Des fonds de sa tombe , cette brave femme   avait battu ce  pur produit  de la pourriture régnante  et  fertilisée par l’impunité et le laisser-faire.

Ouazzane , tentera-t-elle de se lever   ou ce n’est qu’un effort ultime  avant de rendre définitivement l’âme ?

Les rues sont bien astiquées et  complètement nettoyées des marchands ambulants   qui avaient transformé toute la ville en un marché de puces…Une disparition  regrettables des paysans et paysannes étalant leurs produits de terroir.   Une mesure  curieuse car on ne les rencontre nulle part.  Dans une ruelle  étroite  et  escarpées, j’ai rencontré le chanteur Noamane Lahlou entourés de fans , on m’a dit qu’il était en train de repérer les lieux de tournage pour sa nouvelle chansons ayant pour thème Ouazzane. Les artisans et les petits  commerçants entreprenaient une action colle19952359 - Copie (2)ctive pour peindre les murs et les portes en vert  selon  deux nuances : foncée et pistache. Apparemment , une conscience  lente mais forte est en passe de s’imposer  chez les populations qui se sont rendues que leur ville dispose de certains atouts  susceptibles  de leur fournir un minimum de subsistance et de fierté.  Un réveil brusque qu’une jolie et grosse surprise récupère. Il y a beaucoup de détails à dépoussiérer qu’on ne trouve pas ailleurs : les djellabas ,les  sibsis, les babouches et autres produits artisanaux  typiquement locaux.

Condamnée à l’amnésie, Ouazzane a erré pendant longtemps.

Ce vert   enchantant  qu’on est en train de disperser sur les espaces locaux était caractéristique de la ville par le passé. Mais il a disparu pendant les langues années de la guerre  symboliques menées contre la ville. On a essayé  bêtement de singer Chafchaouen en lui empruntant son bleu. C’était une pure mascarade.  Un vert qui serait d’autant plus authentique que prémonitoire d’une moisson   satisfaisante  à condition  que la volonté soit réelle et non pas assujettie à l’occasion d’un événement de grande envergure.

Posté par TAHRI dans OUE>Z>ZANE | Pas encore de commentaires »

10-04-2015

Grave accident de circulation au sud du Maroc.Une quarantaine de jeunes trouvent la mort

Un  épouvantable accident  de  route   vient de se produire  tôt ce matin sur la route reliant Tan-Tan à Laâyoune au sud du Maroc à hauteur  de la commune de Chbika  où une grande station balnéaire est en train de voir le jour. Un autocar   de la CTM est entré en collision frontale avec  un camion citerne provoquant sur le champ  l’explosion des deux véhicules et une terribles déflagration.

Selon les dernières informations ; le bilan est très lourd, le nombre de passagers ayant péri dans le drame   s’élève à une quarantaine d’enfants  de Layoune  qui viennent juste de participer  à la 6ème édition des Jeux nationaux des écoles . On déplore également le décès de l’athlète Assengar

En effet , le camion-citerne  transportait  illégalement du gasoil  compensé par l’Etat et destiné aux    provinces sahariennes vers le nord en vue de le revendre  à un prix plus élevé. Une activité  lucrative  qui est pratiquée  au vu et au su des autorités locales  .Autrement dit  , une contrebande qui fait fi des lois  et  des codes . Une catastrophe d’une telle ampleur dans une route relativement peu carrossables ne pourrait s’expliquer  que par le laisser-aller qui encourage le détournement des aides de l’Etat  et l’absence de toute conscience professionnelltanatantantanes.

C’est l’économie de la rente  qui est mise en cause,  une  pure négation de l’égalité  des citoyens  et du respect de toutes les lois.

La politique imposée par Basri et Cie n ‘a mené nulle part .Une corruption généralisée ayant   donné lieu à des  mafias  qui ont tout accaparé  au détriment des populations privées de leurs droits les plus élémentaires.

Les autorités se sont dépêchées sur le lieu de l’accident.Le roi a envoyé des messages de condoléances aux familles de victimes . on s’attend à ce que des mesures concrètes soient prises en vue  mettre fin aux pratiques mafieuses et au défis des lois et des réglements en vigueur.

 

Posté par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | Pas encore de commentaires »

01-04-2015

UN PERSONNAGE DE ROMAN refuse d’être lâche et AGRESSE LE ROMANCIER A TAZNAKHT

Un personnage refuse d’être lâche et agresse le romancier

       avril 1, 2015 Un personnage refuse d’être lâche et agresse le romancier2015-04-01T12:17:04+00:00    Uncategorized     No Comment

 Un personnage  dangereux en cavale

Plus fort que « Le chat noir » d’Edgar Allan Poe  ou « Le nez » de Gogol , à Taznakht au Maroc c’est un personnage qui  s’est échappé du texte et a grièvement agressé son auteur-narrateur. Oui c’est du jamais vu et pourtant cela a eu  bel et bien  lieu dans cette région du Maroc. Taznakht, dans la région d’Ouarzazae , c’est dire la marge de la marge de la marge, le Maroc profond des profondeurs du profond…C’est là où  fleurissent souvent les idioties. C’est l’exil , le vide et la nature aride.

Philosophie , vacuité et  fraudes de petits apprentis-sorciers locaux

C’est là où atterrit un jour un jeune  et brillant professeur de philosophie. Il décida  spontanément d’aimer cette terre , de l’irriguer de son savoir et  son affection .Puis il eut l’idée  la reconfigurer selon sa sensibilité et  les lois de la raison qu’il avait apprises à l’université .Il plongea dans ses méditations , sa passion et entreprit  les mesures nécessaires  pour   charmer le  fleuve  qui    défendait  la ville par   ses eaux bénignes au moment de ses excès de folie hivernales. Un fleuve qui s’accaparait de son âme et et l’étreignait  contre lui.

Pour dompter   ce fleuve , les petits apprentis sorciers locaux  construisirent un pont qui s’écroula  sur le champ…On dirait que le fleuve  refusa de céder sa bien aimée aux énergumènes qui lorgnaient les montagnes , les mines et le soleil …

Sur les traces des romanciers  fantastiques

Aziz Benhadouch méditait ce conflit sourd entre la volonté de se libérer et celle d’ enchainer. Le désert caillouteux se déployant à perte de vue octroyait à chaque geste , à chaque regard , à chaque mot des sens  qui , à peine s’esquissèrent   qu’ils se jetèrent dans les eaux pour se noyer   volontairement

«  Le chat noir » d’Alain Edgar Poe  a fini par entrainer l’auteur et le narrateur vers les enfers de la folie et du suicide.  Se transformant en un mauvais  maitre  qui faisait subir  au chat qu’il aimait auparavant les supplices les plus impitoyables  jusqu’à ce que mort s’ensuivit. Pour Gogol , Le nez de l’assesseur coupé par inadvertance   symbolise le phallus. Le nez « mort » « tombé » symbolise la perte du phallus d’Ivan.  littéralement castré par sa femme. Il n’ose rien répondre: « où as tu coupé ce nez ? Plus qu’un phalllus , c’est la fierté et la dignité des hommes d’Etat  qui est bafoué.Le nez se met alors à circuler seul , libre, raisonnable sans qu’on ait osé  arrêter le barbier qui l’ avait coupé contrairement au Läche de Taznakht  qui  s’étaient étouffés à l’intérieur d’un texte. Notre philosophe eut   la volonté de construire sa propre cage pour y mettre ses propres mots.

Ce fut un roman intitulé L’ ILE DES MÂLES où  il évoquait la condition déplorable de la femme, l’histoire des amazighs de la région et leur gloire, le bien et le mal… Ses personnages sont l’enseignant ,l’élève, le berger,, Moha le falsificateur du cahier de l’ etat civil  sous le protectorat français en enregistrant des enfants fictifs en vue de percevoir un maximum d’indemnités…Des personnages réalistes qui ressemblent à ceux qui existent véritablement  dans la réalité . Après avoir fait des économie pendant presque une dizaine d’années , notre auteur publia son œuvre  à son compte. De retour à son lieu de travail , sa fierté était sans bornes pour  pouvoir rendre service au pays qui l’avait accueilli en  éternisant  son souvenir et sa douce vie.

La revanche d’un personnage  refusant sa lâcheté

Cependant ,tout se transforma brusquement en un cauchemar. L’un de taznakhtttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttses personnages  déverrouilla l porte du  texte et se jeta sur lui :

« le 22 mars, j’étais à l’intérieur  de ma voiture quand un notable connu dans la région, m’attaqua et me roua  de coups de bâton avec l’intention de me tuer. Il tenta alors de casser la par brise de la voiture  avant que  je ne me l’échappe bel pour m’arrêter devant les locaux de la gendarmerie. Mon corps saignait , je perdis connaissance avant de reprendre conscience   à l’hôpital d’Ouazazate , avait déclaré l’écrivain au média électronique Badil média..Selon cette même source , Aziz avait expliqué cette tentative de meurtre ainsi : «  Le roman que j’ai écrit présente une critique  des pratiques , des traditions et des conceptions religieuses  archaïques  au sein des sociétés conservatrices comme celle à laquelle j’appartiens. Je crois qu’un personnage que j’ai appelé « Bahous » qui signifie en tamazigh « lâche » « ، est la goutte qui a fait déverser le verre. L’agresseur a cru alors qu’il agit de  lui »

 

 

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

01-04-2015

Coupez cet argent qui engloutit l’Ecole marocaine!!!

De l’argent , de l’argent et de l’argent

Oui , c’est vrai ,ce qui risque d’achever l’école marocaine est ce trop plein d’argent. De l’argent qui Provient de partout ,du budget de l’Etat, des instances internationales , des banques mondiales, des pays développés, un argent qui court  tellement vite qu’il devient imperceptible à l’œil nu. Un spectacle de magie noir car il débouche sur les pires tragédies. De l’argent qui circule en haut , dans les sommets  sans pour autant descendre en bas pour irriguer les espaces arides  où les racines meurent  de soif.. Une messe interminable, voire même des funérailles interminables   pour une enterrement qui n’a pas eu lieu. Au contraire, la scène morbide s’est transformée en  une messe  pour cueillir et cueillir des offrandes…Même  le malheur est profondément   exploité pour ramasser des sous .Dernièrement , le ministre de l’Education Nationale a accueilli les représentants de Etats et des Banques pour quémander et percevoir des fonds nécessaires pour une énième  éventuelle   réforme  .

Le CCE est en train de préparer son rapport , ses membres sont choisi aléatoirement  pour recevoir d’énormes indemnités   .

Ce n’est pas une question d’argent mais de desseins malveillants

Hélas ! hélas ! Tout l’argent du monde ne pourrait permettre d’améliorer les scores et la compétitivité de l’Ecole marocaine. En fin de compte tout cet argent  finit par  atterrir dans   les poches des autorité qui s’arrogent le droit de gérer , de légiférer et de planifier au détriment des concernés qui sont les élèves et leurs enseignants. Cet argent leur servirait d’emboiter le pas  aux responsables en vue de payer  au moins la scolarité de leurs enfants dans les établissements issus des missions étrangères.  Les autres , qu’ils aillent à l’enfer ou qu’ils  rattrapent les processions folkloriques  … Ceux qui passent pour les maîtres de l’Ecole marocaine,n’ont aucune contact direct avec elle ?

Hé oui ; les plus  intelligents parmi les marocains envoient leurs enfants dans des écoles privées ou des missions étrangères .Ils croient être à l’abri des maux et des calamités de l’eMANIFFFnseignement public marocain .Et pour fiancer ces études qui coutent chers , ces responsables  s’accaparent les postes les plus lucratifs de l’Education Nationale et se plaisent à perpétrer la crise de laquelle ils profitent normalement.

Tant qu’on parle de la crise qu’on calque tantôt sur le marché du travail , ou sur les problèmes sécuritaires ou identitaires ,tout ce qui est susceptible  de donner des relents monstrueux à la dite crise, ces taupes remplissent  leur poches tout en levant t leurs voix pour nous leurrer.

Un haut responsable qui déverse, tôt, sa haine et son mépris sur l’Ecole publique pour défendre son fils

 

Un matin , j’ai remarqué qu’une personne est à la foi étrangère   et familières  se trouvent dans la cour de mon école. Son regard d’inquisiteur, ses gestes furtifs et son air exprimant une certaine  supériorité  par rapport à ses interlocuteurs m’ont fait pensé qu’il s’agissait d’une personnalité éminente ou d’un responsable chargé d’une mission officiel. Effectivement , quand je me suis enquis sur  cette  personne, on m’avait dit que c’est le chef du Département juridique à l’Académie locale de l’éducation et de l’enseignement. On m’avait dit qu’il était venu blâmer toute l’administration de l’école .Son fils qui poursuivait ses études dans une école  espagnole adjacente à la nôtre lui avait dit que certains de nos élèves  les lapidaient  de  pierres  detemps entemps !!!!!

Que comprendrait un tel responsable aux problèmes de l’Ecole marocaine ?Lui qui n’a ni enseigné ,ni placé ses enfants dans cette école.

Posté par TAHRI dans Non classé | Pas encore de commentaires »

va95 |
Brèves de canapé |
Aequalis |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La marche européenne des pa...
| Me Olicier PIERICHE
| Hélioparc, une bien sale hi...