21-06-2017

LE MAROC PLEURE LE DESESPOIR DE SES JEUNES.RACHID BENHASSI REND L ÂME LORS D’UNE EMBARCATION DE FORTUNE

.

Kaleet Mgouna où les roses poussent malgré elchahidles

Il s’appelait Rachid Benhassi   et surnommé Almastour .Né et élevé  à Klaat Meggouna  où s’organise le festival des rose traditionnellement le deuxième week-end de chaque mai .A cette occasion , la petite ville se pare de ses plus belles atours  pour la fête  .L’eau de rose coule à flot et   asperge les visiteurs , des chutes violentes des pétales  de roses noient ces visiteurs et couvrent leurs vêtements .Les  jardins de roses ouvrent leurs portes à tout le monde om il est permis de danse , de chanter et pour élire ; parmi les filles de la région  Miss Rose qui sera élue reine d’un jour.

Puis elle défilera sur un   char décoré et parfumé  traversant toute la ville ,parfumée est jonchée de pétales de roses   chante , danse …

Une parfaite illustration du vieux rêve oriental  de Baudelaire qui dit :

 

 Voici venir les temps où vibrant sur sa tige

Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir;

Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir;

 

 

Quelque chose qui  emplit le jeune homme d’amertume :

Valse mélancolique et langoureux vertige!

 

Le parfum quitte sa rose

Mais Rachid fut obligé de mettre tous ces souvenirs parfumés dans un coin de sa mémoire et  partir  à la grande ville poursuivre des études à  l’université.

Emporté par les échos des paroles du poète :

 

 Chaque fleur s’évapore ainsi qu’un encensoir;

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige;

Valse mélancolique et langoureux vertige!

Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

  Un départ vers l’inconnu , une renaissance dans la vacuité et les ténèbres. Les tristesses et les souffrances poussent et s’épanouissent.

Les fleurs du mal

Là c’était la lutte pour la survie et contre le mépris chacun fut laissé pour compte, l’Etat se désengage  carrément du manger et du loger d’étudiant venus de loin et dont les familles sont entièrement démunies…Par solidarité estudiantine et entrain juvénile, se cramponnant à des idéaux politiques et culturels ,Rachid et Cie intégralement dans une ambiance universitaire empreinte de violence et de polémique entre  les Amazighens ; les Sahraouis ; les Basistes marxistes et les islamistes de tous bords …. Rachid s’intéresse bien évidemment a son identité amazigh  qui  lui offre suffisamment de lumière pour comprendre les raisons de son malheur et ses souffrances. Pourquoi  fallait-il que je quitte mon havre de bonheur , ma mer de parfum  et venir dans une autre enflammée…Il sort du lot  et devient une référence .Sa réussite et surtout sa compétence   éloquente , sa capacité  à profiter de ses cours en sociologie  pour convaincre  son charisme physique , sa beauté et son corps élancé , son allure  synthétisant à la fois la force du caractère , la noblesse de l’âme mais surtout  une volonté de quitter la misère…

Une lutte acharnée contre l’angoisse du  désespoir :

Le violon frémit comme un coeur qu’on afflige,

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir!

Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;

Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige.

 

 Tendre leader

 

Un petit leader   pour ses congénère mais tout le temps concentré sur sa petite vie ; son affection pour sa petite  famille était bien évidente car débordante…

C’est ainsi qu’il s’est fixé comme objectif de quitter le pays et d’émigrer car le diplôme qu’il venait alors de décrocher ne lui servait à rien…

Les métaphysiciens démolissent les âmes

Benkirane et sa bande ont même barré le chemin de la stabilité  et de l’espoir aux jeunes diplômés …Ces jeunes sont tenus de passer une kyrielle de concours pour devenir  des  enseignants non-titulaires permanents…

Benkirane et sa bande avide de happer tout le pays et de le noyer dans les ténèbres et la mort avaient trouvé tous les moyens pour embaucher  confortablement  leurs progénitures  en prétendant qu’eux, seuls, arrivent à décrocher  des concours pour postes bien rémunérés…

 

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,

Du passé lumineux recueille tout vestige!

Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…

Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir!

L’exil en larmes

 

Tout ce marasme , ces injustices , ces conneries ,ces mensonges , toute cette hypocrisie qui se déferle sur la patrie , y brule les espoirs  et liquide les ambitions …Rachid ne voudrait pas apparaître à sa famille souffrant , à ses petits frères désespérant … Il prit alors le chemin de l’exil  au péril de sa vie , via  l’émigration clandestine .Arrivé courageusement  en Lybie , il paya pour prendre part à une embarcation de fortune qui sombra  aussitôt au milieu de la méditerranée…Rachid en martyr rendit l’âme en compagnie de beaucoup d’autres    malheureux …

Avant de quitter ce monde malheureux   , Rachid

 Avait  écrit sur son mur :

« Nous quitterons cette patrie tôt ou tard non par amour pour les patries des autres mais parce que nous  sommes obligées de l’abandonner ;ceux qui nous gouvernent par la force de la métaphysique  dominent complètement les cerveaux.

Nous la quitterons car nous sommes des gens excessivement sadiques, indifférents et désintéressés .Tout chacun roule pour ses propres intérêts personnels .

Nous la quitterons car nous ne possédons pas des culs à offrir aux Saoudiens et autres Noble.

Nous la quitterons car nous y sommes  menacés d’être corrigés par les gueux   de la patrie et d’être reprîmes par les mafias politiques …

Ma mère éprouvera beaucoup de nostalgie pour moi, elle aura besoin de moi quand elle sera incapable de marcher . Quand elle sera atteinte d’Alzheimer ; je lui serai une nécessité pour lui rappeler sa jeunesse, la conduire à notre maison  en passe de s’écrouler pour savourer la verdure des noyers .

Je laisserai mon petit frère  subir la violence de l’enfant du voisin ,analphabète qui est , cependant,  président de  la commune   .Je le  laisserai proie à la violence de la nature car c’est moi qui l’habille…

J’abandonnerai ma petite sœur au harcèlement de mon ami . je ne pourrais plus la défendre contre les agressions des crapules , elle restera  seule face aux bêtes humaines guettant l’occasion pour faire éclater ce qu’elle a entre les jambes en vue de satisfaire leurs plaisirs bestiales .

Je  quitterai aussi un père  qui ait toujours souhaité me voir  brillant et distingués  pour s’enorgueillir en compagnie de ses amis. Je le laisserai se réveiller avant l’aube pour être exploité par  le richard du village  en contrepartie de quelques dirhams ,juste de quoi acheter des vêtements à mon petit frère.

Nous quitterons cette partie , l’égoïsme a tué en nous tout ce qui est humain,  guidé par le vil slogan « moi et après moi le déluge »

Obligés de quitter cette patrie avant le grand départ … » 

 

 

Publié par TAHRI dans ACTUALITES ET PARADOXES MAROCAINES | RSS 2.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

politique |
Aequalis |
LE JOURNAL DES INFOS UTILES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CGT Menuiseries Gregoire
| La marche européenne des pa...
| Royaume du Maroc